Les 7 commandements pour une garde partagée qui ne te fera pas suer

mother angry with baby

Toutes les séparations amènent leur lot de déceptions, d’amertume pis de colère. Mais si y’a des petits en jeu, tout le monde gagne au change en mettant de l’eau dans son vin et en s’organisant pour réussir sa séparation à défaut d’avoir réussi son couple. C’est raide, je le sais. Ça fait mal, je le sais. Mais si tu veux tourner la page plus tôt que tard et ne pas perdre la totalité de ton jus à en vouloir à ton ex et à te demander s’il prend soin de tes p’tits sur le sens du monde, voici les six commandements à suivre.

Pis aye, avant que ça te brûle les lèvres de me le dire, ben non, ces commandements-là ne s’adressent pas à celles dont la famille a subi de la violence physique ou psychologique, on se comprend. Mais pour toutes les autres, ça s’applique. Un bon moment donné, il faut arrêter de croire qu’on est l’exception qui confirme la règle. Même si ton ex est ben épais, t’as tout à gagner à m’écouter.

#1  Communique tes attentes pis tes besoins

Ce qui se passe dans ta tête, personne ne le devine. Ça fait que si tu veux que ton ex fasse quelque chose, dis-lui. Ne t’attends pas à ce qu’il t’informe toutes les fois que ton p’tit se pète la gueule. Ne t’attends pas à avoir un rapport complet à la sortie du rendez-vous annuel chez le dentiste. Ne t’attends pas à ce qu’il t’informe quand il part en vacances en Gaspésie avec votre progéniture une bonne fin de semaine quand c’est sa semaine de garde. Ne t’attends pas à ce que tes enfants t’appellent le jour de Noël si tu ne lui as pas demandé. Même si ça tombe sous le sens pour toi qu’il fasse tout ça sans que tu lui demandes, ça ne veut pas dire que ça tombe aussi sous le sens pour lui. Arrête d’être frustrée de ton bord devant tes attentes déçues et fais-moi le plaisir de cesser de croire qu’il fait tout ça volontairement; communique tes attentes et tes besoins. Mais avant de faire ça, merci de lire la suite.

#2  Mêle-toi de tes affaires

Ça se peut que, lorsqu’il est chez son père, ton p’tit mange beaucoup de macaroni à la viande pis de Ramens. Ça se peut aussi qu’il écoute la télé trop longtemps à ton goût et qu’il porte les mêmes culottes deux jours de suite. C’est aussi possible qu’il se fasse garder par Mamy tous les samedis (pis même les dimanches). Tant que sa santé (globale) et sa sécurité ne sont pas en jeu, mêle-toi de tes affaires. Ce qu’il fait la semaine où il n’est pas chez vous ne t’appartient pas.

#3  Choisis tes combats pis lâche prise

Qu’on se comprenne bien, ce n’est pas parce que je te dis que la semaine où ton enfant est chez son père ne t’appartient pas que tu n’as pas de droit de regard sur rien pantoute. Mais de grâce, choisis tes combats pis détermine tes priorités. Ça fait un bout que ton gars te parle des émissions violentes qu’il écoute chez papa et ça t’inquiète, parle-lui en. Mais garde bien en tête que si c’est la quarante-huitième inquiétude dont tu lui fais part en sept jours, ça se peut qu’il soit moins ouvert à la communication. Avant de t’enflammer, respire et demande-toi si le combat que tu t’apprêtes à mener en vaut la peine. Sincèrement. Est-ce que la situation menace la vie de ton p’tit ? C’est quoi, les vraies conséquences de laisser couler ? Est-ce que c’est vraiment important pour toi ou c’est ton besoin d’avoir le contrôle qui prend le dessus ?

C’est parfois difficile de répondre à cette question-là en début de garde partagée. Mais plus vite tu réponds efficacement et avec sincérité, plus vite tu vas pouvoir passer à un autre appel et arrêter de perdre ton temps et ton énergie à mener des luttes qui n’en valent pas la peine.

#4  Range ton amertume dans un placard qui se débarre pas

Mon problème, c’est pas que tu pourris la vie de ton ex en entretenant ton amertume envers lui. Mon problème, c’est que c’est surtout ta vie à toi que tu pourris à passer ton temps à lui en vouloir pis à être sur son dos. Les motifs de séparation varient et ne sont pas tous reluisants, je le sais ben, mais gaspiller ton jus à détester ton ex, ça ne te mènera nulle part et ça va dangereusement nuire aux points 1, 2 pis 3. Ça fait que éteins le feu de ta haine pis range ton amertume dans un placard qui se débarre pas. Pas pour ton ex. Pas pour tes enfants. Pour toi.

#5  Ne parle jamais en mal de ton ex devant les p’tits

Inévitablement, même dans les séparations qui se passent bien, tu finis par te pogner avec le père de tes p’tits; c’est pas pour rien que vous vous êtes séparés, t’sais. Mais quand ça arrive, ventile avec tes chums, ventile avec ta mère, mais laisse tes enfants en dehors de ça . Rappelle-toi qu’eux autres, malgré la garde partagée pis votre couple qui a pris le bord, ils vous aiment à parts égales, toi pis ton ex, pis c’est une maudite bonne affaire. Une maudite bonne affaire qui devrait être préservée en tout temps. Pis aye, n’oublie pas que ce que tu dis, ce que tu fais pis la façon dont tu agis avec le père de tes enfants, tes p’tits l’impriment noir sur blanc dans leur tête et ils en font bien souvent leur modèle pour l’avenir.

#6  Rappelle-toi que t’as choisi le père de tes enfants dans le temps

Les raisons de l’haïr ne manquent peut-être pas mais ton ex, c’est toi qui l’as choisi pour être le père de tes enfants. Dans la mesure où il aime ton p’tit et il est parlable parce que tu l’es aussi, assume-le.

#7  Arrête de croire que ton ex, c’est l’exception à la règle

Je le répète, outre les cas extrêmes cités en début de textes, ces commandements-là s’appliquent à tout le monde et ton ex ne fait pas exception à la règle. Même s’il est pas smart. Même s’il t’a trompée. Même s’il est pas parlable. Fais-moi le plaisir d’appliquer tout ça pour toi.

Peu importe la façon dont il y réagira, je te promets que toi, tu en sortiras toujours gagnante.

 

logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *