À toi, la maman stylée 

mother and son

À toi, la maman stylée,

J’aimerais prendre un moment pour te dire que je t’admire. Sincèrement et sans sarcasme. Si tu savais comment je t’envie. Quand je te regarde te promener le dimanche matin avec ta marmaille, je dois honnêtement parfois me parler fort pour me convaincre de ne pas me garocher en boule dans le coin de mon salon.  

T’es là, avec tes skinnies, tes bottes de pluie et ton chignon sur la tête et tu RESPLENDIS en plein milieu de la garnotte et des flaques de boue. Tes lunettes de soleil et ton foulard carreauté sont parfaitement agencés. Même ton thermos de café me semble plus hot que le mien.  

Je sais, tu vas me dire que la jalousie, c’est pas ben beau. Que ce n’est pas un pieux sentiment pis que j’ai juste à me prendre en main pour devenir ce que j’ai envie d’être.  

Mais là vérité là, c’est que c’est tellement plus que ça. Si au moins je manquais juste de volonté. La vraie affaire là, c’est que je ne sais plus du tout qui je suis, moi.  

Oh ! Je ne te parle pas des affaires profondes là. Je connais mes valeurs, mes convictions, mes croyances et mes buts. Traite-moi de weirdo si tu veux, mais aussi superficiel que cela puisse te paraître, j’ai mal à mon style ! 

Parfois, quand je me regarde sur une photo du temps où la maternité n’était encore qu’un projet, ris pas, mais je fais le saut ! J’étais capable d’avoir un style, avant ?  

À toi, la maman qui n’a pas perdu la main, qui a su rester à l’écoute de ce qu’elle est, ce qu’elle dégage, eh bien chapeau. Certains diront que ce sont des futilités; moi,  je leur répondrai que c’est une question d’identité.  

J’ai l’impression que ma garde-robe est en dépression. Oui, ok, parfois c’est faute de budget. Parce que t’sais, mes enfants eux, y’en manquent pas de styles ! Mais souvent, je dois être honnête avec toi, je sais juste plus ce que j’aime, ce que je veux. Ma tête est tellement remplie, que j’ai depuis trop longtemps utilisé le vêtement pour son utilité première : me vêtir.  

Y’a des matins où je me dis que c’est assez, que ça a assez duré ! Je replonge dans mes tableaux Pinterest et je me convaincs que je suis capable moi aussi d’avoir du style. Pendant quelques instants, je fais ma fraîche, je me sens hot : j’y suis quasi arrivé avec ce que j’avais sous la main. Je me suis créé un style qui me parle en dedans. Le maudit problème là-dedans, c’est qu’une fois endimanchée de même, eh bien, je ne m’assume pas.  J’ai l’impression d’être une gamine qui vient de se déguiser dans les dentelles de sa mère. Dans ma tête, ça se met à raisonner que tout le monde au bureau va se demander ce qui m’est passé par la tête « à matin ».  C’est là que ça me revient, c’est là que ça me rattrape : fille, t’as plus de style. Ça fait que j’enlève tout et que je me refous les mêmes guenilles sur le dos en me répétant quand même que ce n’est pas ça mon style… 

Je m’ennuie du temps où magasiner pour moi n’était pas une corvée. Où regarder le linge dans les boutiques ne me donnait pas l’impression que je venais d’atterrir dans une nouvelle galaxie. Il me manque le temps où je virais semi-folle en me créant des out-fit pour la semaine et pour sortir !  Je m’ennuie de celle qui savait ce qu’elle avait envie de porter pis qui savait surtout c’était quoi ses goûts. Depuis que je suis devenue maman, j’ai découvert des dizaines d’affaires sur mon identité de femme. Ça reste que c’est plus fort que moi, j’ai quand même l’impression de m’être perdue entre mes look de maternité, mes cotons ouatés pis mes jeans troués.  

Ça fait qu’aujourd’hui, toi la maman stylée, j’ai comme l’envie de te remercier. Parce que moi, je ne te trouve pas du tout superficielle, je te trouve belle. Dans ce que tu te permets d’être et ce que tu dégages.  Pis en plus, tu le sais pas,  mais tu me permets de croire qu’un jour, moi aussi  je vais réussir à me retrouver .

Phonzine
PHONZINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *