Maman, c’est de ta faute si mes enfants sont gâtés

little girl with candy

Maman, c’est de ta faute si mes enfants sont si gâtés. C’est de ta faute si ma maison a des allures de garderie et si la salle de jeux déborde. C’est de ta faute si l’approche de Noël et des anniversaires me fait faire des crises d’anxiété tellement je ne sais pas où on va pouvoir ranger les dizaines de cadeaux que tu vas leur apporter. C’est définitivement de ta faute si mes enfants pensent que l’argent pousse dans les arbres et qu’il suffit de se rendre au magasin pour avoir tout ce qu’on a demandé.

Maman, c’est de ta faute si mes enfants sont si indisciplinés. C’est de ta faute si elles pensent qu’elles peuvent faire tout ce qu’elles veulent et que je n’ai aucune autorité dès que nous sommes à tes côtés. C’est de ta faute si elles me font parfois honte en sortie. C’est de ta faute si elles me répondent « ce n’est pas grave si tu dis non, je vais demander à mamie ». C’est clair que mes enfants pensent que tu ne sais pas dire non et qu’avec toi, elles seront toujours les reines de la maison. Et des fois, j’ai l’impression qu’elles ont bien raison.

Maman, c’est de ta faute si mes enfants mangent autant de cochonneries. Elles connaissent par cœur toutes les sortes de biscuits qui se trouvent dans ton garde-manger. Elles demandent un jus à la minute où elles passent le seuil de ta porte. À croire qu’on ne leur donne jamais ni à boire, ni à manger. C’est de ta faute si elles demandent des céréales sucrées à l’épicerie et qu’elles ne comprennent pas quand on leur dit que ce n’est pas bon pour la santé. Maman, c’est de ta faute si on a des réserves de sucreries pour toute l’année dès que Pâques est passé. Et pire encore, c’est de ta faute si je suis obligée d’en manger pour éviter de les gaspiller.

Maman, c’est surtout grâce à toi si mes enfants sont aussi choyés. C’est grâce à toi si elles sont si bien entourées. Continue de les gâter. Continue de leur faire plaisir avec des petites douceurs sucrées. Continue de leur dire oui même quand tu devrais leur dire non. Continue de les coucher trop tard quand tu les gardes. Continue de briser leur routine. Maman, je t’en prie, continue de créer de la magie dans leur vie. N’arrête jamais de remplir leurs petites têtes de fantastiques souvenirs. Continue de les aimer profondément et sincèrement comme toi seule sais le faire. Aime-les avec excès, sans limite et sans contrainte. Pour le reste, je ferai ma job de mère en leur apprenant à être reconnaissantes, à apprécier ce qu’on leur offre et à vivre en société sans crier à la moindre contrariété.

Maman, c’est de ta faute si je suis la mère que je suis. Et je veux absolument te dire merci. Merci de m’avoir offert une enfance tellement belle et heureuse que je ne peux que m’en inspirer pour que celle de mes enfants soit tout aussi merveilleuse. Merci de m’avoir offert l’amour d’une famille tricotée serrée sur qui on peut toujours compter. Merci d’avoir cru en moi, en mes projets, en mes aspirations. Merci de m’avoir fait confiance et de le faire encore. Tu m’as fait pousser des ailes. Des ailes qui volent avec facilité dans la maternité, inspirées par celle qui me les a données.

Maman, ce sera de ta faute si je deviens une mamie gâteau qui dépense sans compter.

Et je serai alors très fière de dire que je suis l’exemple de ma mère.

Maryka
MARYKA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *