Voici pourquoi je ferme mon service de garde en milieu familial

home daycare

ATTENTION : ce texte reflète l’opinion de son auteure et non l’opinion de la plateforme de La Parfaite Maman Cinglante dont le but n’est pas de prendre position mais d’offrir une tribune à toutes les mamans souhaitant faire part de leur vision de la maternité ainsi que de leur expérience personnelle. Par ailleurs, si vous souhaitez écrire un texte en réponse à ce billet, notez que vous pouvez le faire en tout temps et le faire parvenir à collabo@parfaitemamancinglante.com.

Moi, maman à la maison, j’ai décidé de prendre soin de d’autres petits cocos, de les accueillir dans mon nid, dans mon coeur. Il y a treize ans, j’ai décidé de devenir la meilleure gardienne du monde et c’est ainsi qu’une belle aventure a commencé. J’arrive à la fin, heureuse de mon choix. Mes enfants ont mon odeur, mes couleurs et tout cet amour que je porte en moi a été partagé.

Mais si c’était à refaire, Monsieur le Ministre de la Famille, je ne te laisserais pas entrer chez moi.

Je t’ai ouvert ma porte pour offrir aux parents le meilleur prix, 7$ par jour, parce que ça paraît dans un budget. Mais petit à petit, tu as envahi la place, tu as brisé mon échelle de valeurs et tu as dénigré ce que j’ai de sacré et de beau : ma qualité de mère.

Tout au long de notre « collaboration », tu n’as pas cessé de me parler de l’importance d’améliorer mon service pour accommoder ma clientèle.  De me rappeler que la chaleur, le temps, les encouragements, la rigueur, la tendresse, les sourires et l’amour ne sont pas suffisants.

Aujourd’hui, pour être  »conforme », j’ai une trousse de premiers soins avec beaucoup trop de bébelles dedans, j’ai des gants en latex pour changer les couches (au cas où je n’aurais plus de savon?), j’ai mis mes produits nettoyants sous clé et patati et patata. Avant que tu débarques, bien évidemment, mes enfants marchaient sur des clous et buvaient du Windex.

Bien sûr, j’ai réussi tous les cours un peu niaiseux que tu m’as demandé de suivre, mais mis à part le cours de premiers soins, elles ne m’ont servi à rien, ces formations-là. C’est certain que je ne suis pas une éducatrice formée qui a fait trois années de cégep et qui, à vingt ans, est enfin prête à s’occuper des petits Québécois. Mais j’ai eu un cours accéléré quatre fois plutôt qu’une. J’ai une bonne dose de patience, je respire le gros bon sens et ça fait dix-neuf ans que je suis « stagiaire » dans ma propre maison et que je m’affaire à prendre soin de ma marmaille. C’est peut-être fou, mais malgré mon manque de scolarité, mes quatre enfants sont toujours vivants.

Il y a treize ans, j’ai décidé d’être la meilleure gardienne du monde, parce que j’aime les enfants. J’accumule les bons moments, et les moins bons, j’ai gardé des petits doux sages et des petits durs pas sages du tout. Je me souviens de chacun d’eux, de leur nom, de leur date de naissance. Ma tête et mon coeur sont remplis d’instants figés dans le temps. De doux étés passés à se prélasser au soleil, à jouer dans l’eau, dans le sable, de durs hivers qui ne finissent plus, des crises de bacon provoquées par l’obligation de porter tuque et mitaines. Des milliers de becs et de je t’aime. Quand mes pensées s’évadent par là, mon coeur se gonfle et menace d’éclater, mais la réalité me rattrape et me rappelle que je dois me demander quelle sphère de développement a été sollicitée chez l’enfant dans ces instants.

Je suis désolée, mais je te claque la porte au nez. Parce que ça ne t’est pas venu à l’idée que ce que j’ai à offrir est tout aussi bon que ce que propose l’éducatrice formée. Parce que ça fait treize ans que tu inventes des nouvelles niaiseries et que tu veux que ma maison ressemble à une installation.

NON. C’est assez.

Plus de fiches d’assiduité, plus de grandes désinfections après mes cinquante heures de travail, plus de copeaux partout dans ma cour, plus d’avertisseur sonore à chaque fois qu’on ouvre la porte, plus d’enseignes non-fumeurs sur mes murs (misère, belle décoration).

ICI C’EST UNE MAISON OÙ VIVENT DES GENS.

Il est dix-sept heures et avec amertume, je vais fermer ma porte pour la dernière fois, comme d’autres avant moi. Je ne veux plus être la meilleure gardienne du monde, je n’y crois plus.

Monsieur le Ministre de la Famille, au lieu de dénigrer notre qualité de mère au foyer, tu devrais la célébrer et laisser les parents de nos petits cocos choisir la couleur de leur service de garde.

Geneviève Ricard
GENEVIÈVE RICARD

9 thoughts on “Voici pourquoi je ferme mon service de garde en milieu familial

  1. Isa Répondre

    Magnifique. J’en ai eu des frissons. Je suis au privé et je suis dans cette réflexion. Merci

  2. Cri Répondre

    Tu sais, je suis une éducatrice formé. J’ai trimer dur au cégep. J’ai travailler en cpe où on m’a désélusionner. J’ai ouvert mon service de garde régit. Au début de mes 4 ans j’adorais ça! Mais comme tu le décris si bien, ma maison n’est plus une maison. L’agente de conformité arrive ici 3 fois dans l’année et vérifie que j’ai plus que des pelles et un carré de sable… que celui-ci est recouvert et me sermonne que je devrais avoir bcp plus à offrir. Moi j’ai ouvert mes portes par amour et passion pour les enfants. Je leur offre mon coeur, de belles valeurs et de beaux souvenirs. Il me semble que enfant nous n’avions pas le gros module de jeux, la piscine restait plus de 2h rempli l’été et chaque jour était nouveau! Je suis à la croisée moi aussi. En grand questionnement sur mon avenir avec les tout petits. Je n’y arrive juste plus. On doit ouvrir 10h par jour. Pas le droit d’aller à des rdv à moins de payer une remplaçante qui nous coûte plus cher que ce que l’on gagne dans une journée. Interdiction de prendre une grand-maman qui a élevé 3 enfants. C’est tellement dangereux!!! Pas facile en étant maman d’enfants qui ont besoin de suivi en ergo et ortho. Moi qui avait choisi de rester ici avec ma famille pour être la maman présente, je me retrouve à être l’absente ne pouvant pas me faire remplacer… on doit accomoder les parents. Les loi sont d’ailleurs faites pour eux. Mais nous qui pense à nous?! Tjrs plus de charge de travail, de papiers de toute sorte… non vraiment je te comprends.

    1. Sylvie Répondre

      T’as pas idée comme je suis d’accord avec tout ce que tu dis…je ferme mon SDG après 25ans de loyaux services auprès d’enfants que j’ai aimé comme les miens…mais moi aussi pu capable des règles tout à fait inutiles …d’après moi en tout cas…! Je suis même grand-maman 4 fois et j’ai eu mes petits amours aussi à mon SDG , je peux te dire que c’est eux qui ont fait que j’ai pu continuer encore quelques années…..j’ai tellement aimé mon métier et ces enfants, mais Monsieur le Ministre de la Famille et quelques Madames ministres aussi, ont réussi à me faire douter de mes capacités…quand tu te fais dire que même la pâte à dents est dangereuse….je sais pas c’est qui qui est le plus dangereux …il veut même barrer toutes les portes de notre 2ème même si les enfants n’y ont pas accès …au cas où… je m’arrête ici car ça pourrait être long…toutes les filles qui sont régies savent de quoi je parle …pourtant tous les enfants sont partis tout à fait en marchant…aucun blessés..en parlant oui oui et en étant propres…..bien sans couches et en plus , et oui, ils savaient leur alphabet et compter jusqu’à 10 au moins ….et oui ils faisaient des bricolages et toutes sortes d’activités avec moi….comme mes propres enfants ont fait quand ils étaient avec leur maman…mais bon….faut croire qu’être une simple maman ou une simple gardienne , enlève la possibilité à ces enfants d’avoir un développement normal…

  3. Sonya Nadeau Répondre

    Je suis bien d’accord qu’il faut un environnement sécuritaire et une certaine norme a respecter…mais il faut pas être plus catholique que le Pape non plus!!! Misère! Quand tu dis qu’on est obligé d’installer 2 détecteurs de monoxyde de carbone dans une maison sans poêle à bois ni autre source…il faut toujours ben se servir de notre gros bon sens! Mettre le savon à vaisselle et le shampoing sous clé…voyons donc! Et le savon à main, lui ???? Nous sommes pas sensé leur apprendre l’autonomie…du savon reste du savon! Et toujours les changements de paperasses….comme si nous avions seulement ça a faire…remplir des documents à longueur de semaine! Je comprend parfaitement celles qui ferme leur service de garde! Et en septembre ça sera encore pire….. J’ai ouvert mon service il y a de cela 19 ans, par amour pour les minis…..et je suis maintenant, moi aussi, en questionnement….

  4. Chantale Répondre

    Bravo pour ce texte percutent de vérité. Cela aurait fait 18 ans en juin que j’ai un service de garde régie. J’ai décidé en décembre de remettre mon accréditation et de m’en aller en privé avec la nouvelle loi 143 qui arrive. Le ministère et ses bureaux coordonnateurs nous écœurent tellement que ca n’est plus vivable ce métier. Mon travail est de donner le meilleur de moi même a mes ptits amours. Mon travail est aussi de donner les meilleurs soins et tout mon amour a mes petits cocos, pas de remplir un nombre toujours grandissant de paperasse inutile et a obéir a des règlements tous aussi farfelus les uns les autres. On est plus maitres dans nos propres maisons. Quand c’est rendu qu’il faut que tu installe 2 détecteurs de monoxydes de carbone même sil n’y a pas de ligne de gaz dans ta maison et que tu n’as pas de foyer, pas de poele au gaz c’est complétement ridicule. Quand on t’oblige a tout mettre sous clé incluant le savon a vaisselle c’est nous prendre pour des cruches. Quand tu passes des heures a toutes les semaines a remplir un tas de paperasse a en être enterré par toutes cette paperasse qui va aller mourir sur des tablettes poussiéreuse, et je passe toutes les autres incongruités que le ministère nous oblige a. Il y a de sérieuses questions a se poser sur l’ingérence du gouvernement dans la vie des RSG.

  5. Lyse Breton Répondre

    Ahhh que je comprends ta réaction, moi aussi ça fait treize ans que je m’occupe avec amour de tout ses petits cocos, depuis les cinq dernières années je me suis fait détruire par l’agente de conformité, toujours des menaces de contraventions pour des niaiseries à chaque visite et des relances à tout bout de champs pour avoir des documents par téléphone, je suis humaine et mon rôle c’était de rendre mon service de garde agréable et sécuritaire, je dis bien (c’était) parce que cette agente de conformité m’a eu à l’usure oui oui et j’ai envoyé un fax lui disant que j’en pouvais plus de son acharnement et que je demissionnais et bien croyez le ou non mais le même soir le conseil administratif était convoqué pour résilier mon permis et j’ai reçu par e-mails une lettre de deux pages me disant que le jour même où j’ai donné ma démission par fax je n’avais plus de permis et ils ont bien insister pour m’indiquer que c’était mon dernier jour payable…. J’ai pris connaissance de ce email le vendredi soir donc trois jours de travail pour rien et de gros embarras pour les parents qui ce retrouvaient sans service de garde du jour au lendemain, oui j’ai bien mentionné que je demissionnais mais je n’avais pas donné de date précise et je n’ai jamais commis de délie criminel car la loi demande à la responsable un délais minimum de un mois avant de fermer dans le but d’aider les parents à trouver de nouvelles places ailleurs… Voilà mon histoire ah oui en passant cette agente de conformité ne se gênait pas pour raconter au bureau mes confidences ce qui m’a créer de désagréable surprise, je vous souhaite pas de vivre ça moi ça m’a créer une angoisse et de l’anxiété ainsi que bien des nuits d’insomnie

  6. Marie-France Répondre

    Je ne peux qu’applaudir et affirmer tout haut moi aussi que c’est insultant et rabaissant tout ce que le ministère nous demande en tant que responsable d’un service de garde en milieu FAMILIAL. J’ai un DEC en éducation en service de garde, 20 ans d’expérience en tant que maman et 25 ans que je donne mon amour aux tout-petits qui viennent passer la journée chez moi pendant que leurs parents vont travailler. Plus ça va, plus mon milieu a l’allure d’un mini-cpe avec toutes les demandes du bc et du gouvernement. Les parents qui me confient leurs trésors ont choisi ma maison, ma famille et nos valeurs pour que leurs enfants passent leurs journées quand ils ne peuvent être auprès d’eux. Pourquoi moi et non un cpe?? Pour le côté familial, maternel et plein d’amour que mon style de garde offre. J’offre 50 heures de présence auprès des enfants. J’ajoute facilement 15 heures de plus pour la désinfection, l’épicerie, la préparation des repas et collations, la planification des activités et la paperasse. Sans compter les réunions et les formations qui occupent soirée ou week-end 1 ou 2 fois par année… Il reste 3 ans avant la rentrée scolaire de ma p’tite dernière et je suis aussi en réflexion quant à mon avenir professionnel. J’ai même dissuadé mon adolescente d’étudier en service de garde à cause des conditions de travail et du peu de reconnaissance de la part du gouvernement pour tout ce que nous accomplissons avec les générations futures…

  7. Daniel Noel Répondre

    Je ne peux que vous féliciter. C’est aussi pour toutes ces raisons que ma fille a ouvert un service de garde privé non-accrédité. Bravo de tenir tête aux grands penseurs et administrateurs gouvernementaux.

  8. Danie Répondre

    Voila pourquoi je n’ai jamais voulu être accrédité. Completement ridicule ces lois-la!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *