Comment survivre à ta maudite routine du matin

mother and daughter breakfast

Il y a des milliers d’années, c’est-à-dire avant d’avoir enfanté, ta routine du matin se résumait à : entendre le cadran, snoozer ledit cadran, somnoler au lit, finir par te lever, siroter un café chaud en déjeunant plus ou moins tranquillement, choisir ton powerkit-qui-fitte, (te coiffer et te maquiller si tu étais checkée au bureau), enfiler ton manteau s’il y a lieu, partir tranquillement en fredonnant, le sourire aux lèvres et on-ne-peut-plus zen.

Maintenant, force est d’admettre que les choses ont un peu changé.

Premièrement, si tu as des enfants qui se lèvent à une heure « normale », c’est avoisinant les six heures, quel que soit le jour de la semaine ou la saison. Cesse de te convaincre que coucher les enfants plus tard va faire en sorte qu’ils se lèveront plus tard. Même chose pour les fameux draps black out. Ne jette pas ton argent par les fenêtres avec ça. Been there, done that.

Comme ce sont dorénavant tes p’tits qui dictent ta routine du matin, si tu travailles à l’extérieur de la maison et que tu ne veux pas courir pendant deux heures les yeux encore collés à sept heures le matin, tu dois être prévoyante la veille (de tous les jours). Le soir, tu prépares donc les lunchs, le linge des enfants et le tien, tu veilles à ce que les suits d’hiver et tout le tralala soient secs (sinon gare aux criiiiiiiiiiises!!). Si tu es willing, tu mets la table pour  le déjeuner. As-tu une cafetière programmable? Non ? Achètes-en une. Ce sera ta nouvelle meilleure amie.

Le matin, au réveil, tu as deux choix. Soit tu dors le plus longtemps possible pour pallier à ton manque flagrant de sommeil (pis risquer de te faire réveiller brutalement par un p’tit qui te regarde sans bouger tel un fantôme ou te harcèle de mille questions à la barre du jour), soit tu règles ton cadran AVANT l’heure de lever de tes chérubins, ne serait-ce que pour boire une gorgée de café chaud et t’habiller dans la quiétude surréelle momentanée pré-réveil. Peu de temps plus tard, tu termines les boîtes à lunch en déjeunant su’l coin du comptoir, pitch les collations réglementaires aux endroits prescrits (simplicité = banane et fromage pré-emballé).

Il est maintenant passé six heures et tes amours se réveillent ou tu les tires du lit avec ton gant de velours ou ta main de fer, c’est selon.

L’habillage prend un temps fou. C’est l’enfer. Et ce temps est TOUJOURS inversement proportionnel au temps que tu as devant toi. Le samedi, étrangement, ils sont rapides comme l’éclair. C’est à n’y rien comprendre. Console-toi, c’est pareil partout. Il va toujours leur rester plus ou moins vingt minutes pour déjeuner, peu importe ce que tu dis, fais, cries, name it. Perds pas ton énergie avec ça. Mieux vaut boire ton café. Respiiiiiiiiiiire. Dans le pire des cas, une barre tendre dans l’auto fera office de très bon déjeuner.

Ta progéniture a réussi à enfiler son linge ET a du temps pour déjeuner? Achète-toi un 6/49, fais-toi un high five accompagné d’une tape sur l’épaule – tu le mérites. Les matins de semaine, faut faire ça simple. TRÈS simple. Ça tient en un mot : céréales. On fait les couettes des fillettes pendant qu’elles mangent (ça sauve la vie; elles ont les mains ET la bouche occupées!!)

Peu importe les circonstances, vise l’inatteignable. Si tu veux partir à 7h30, tente l’impossible pour partir à 7h00. Tu sais au moins que dans le meilleur des cas, tu seras juste un p’tit peu d’avance, thanks to le caca dernière minute de ton mini ou la légendaire non-coopération de ta préado…

S’ensuit une agréable ballade en voiture vers tes multiples stop-and-go pré-boulot. Il est 8h00 pis t’es brûlée comme si tu avais couru un marathon? Tu n’es pas la seule.

Bonne journée.

Lysiane Beaubien
LYSIANE BEAUBIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *