N’aie pas peur d’accoucher

baby delivery day

À toi la maman qui va accoucher bientôt, pour la première ou la énième fois, il y a tant de choses que j’aimerais te dire.

J’aimerais pouvoir effacer les histoires d’horreur et les images de souffrances terribles qui te hantent quand tu penses à l’enfantement. J’aimerais pouvoir nettoyer ton cerveau de ces a priori violents qui teintent ta vision de la naissance. J’aimerais te parler d’accouchements d’une beauté qui donne des frissons et qui se vivent dans une ambiance feutrée et d’une douceur sans nom malgré toute l’intensité du moment. J’aimerais que ce soit ces images emplies de zénitude qui tournent en boucle dans ta tête quand tu fermes les yeux en pensant au moment où tu vas donner la vie.

J’aimerais te dire que ton corps connaît son travail. Qu’il sait quoi faire. Fais-lui confiance. Il a fabriqué un petit humain pendant neuf longs mois, il est également capable de le faire sortir. Ton travail à toi est de plonger, de le suivre. J’aimerais te dire d’entrer dans la danse. Crois-moi, ce sera ton plus beau slow. Le seul qui te permettra de danser dans une autre dimension, celle du vortex de la naissance. Cette dimension où tu deviendras à la fois femme et animal. Cette dimension où tu pourras te connecter à ton bébé comme jamais auparavant. Sens ce lien invisible qui vous unit, savoure-le. J’aimerais tellement que tu vives une naissance à la hauteur de tes attentes, qui laissera une douce et profonde empreinte dans ton cœur, ton corps et ton esprit.

J’aimerais te dire que je comprends parfaitement que pour toi, le processus est aussi important que le résultat. Que bien que ton but ultime est d’avoir ton bébé dans les bras, tu préfères qu’il y atterrisse sans analgésique. J’aimerais te dire qu’une naissance est un moment sacré et que ce moment a le pouvoir de nous changer à tout jamais. J’aimerais te dire que chaque fois qu’une femme met un enfant au monde, elle renaît un peu elle aussi. Qu’il s’agit d’un passage important dans la vie d’une femme. Embrasse ce passage initiatique. Salue-le. En plein cœur des contractions, rappelle-toi de profiter de chaque instant de ce merveilleux voyage. Au bout de la route, même si les plans ont changé, tu auras la certitude d’en avoir pleinement profité.

J’aimerais te dire de bien t’entourer. Tu vas vivre une épreuve surhumaine. Tu vas escalader l’Everest. Tu vas accomplir l’extraordinaire. Tu seras tout en puissance, tout en ayant jamais été aussi vulnérable. J’aimerais que ce ne soit pas des protocoles hospitaliers qui rythment ton accouchement, mais simplement tes contractions et ton ressenti. J’aimerais qu’on t’offre de la chaleur humaine plutôt qu’une aiguille dans le bas du dos. Choisis avec attention ceux qui auront l’immense privilège d’assister à la naissance de ton enfant. Entoure-toi d’amour. Laisse-toi guider par leurs mots qui encouragent, qui réconfortent, qui embrassent. Laisse-toi guider par leurs mains qui massent, qui serrent, qui enlacent. Ils seront tes meilleurs alliés pendant les moments plus difficiles. Ils sauront te supporter, t’écouter, t’accompagner.

Finalement, je veux juste te dire de ne pas avoir peur d’accoucher. Que si ton désir est d’accoucher naturellement, crois-y. Laisse faire ceux qui lèvent les yeux au ciel ou qui rigolent quand tu leur exposes ta vision de la naissance. N’écoute surtout pas ceux qui essaient de te décourager. Crois en tes capacités de donner la vie. Tu es merveilleuse. Tu es forte. Tu es capable. Allez, laisse-toi bercer par les vagues et bientôt, c’est toi qui vas bercer ton bébé.

Maryka
MARYKA

4 thoughts on “N’aie pas peur d’accoucher

  1. Karine Répondre

    C’est tellement moin pire qu’on pense accoucher! Notre corps est fait pour accoucher donc écoutez votre corps et tout va bien aller 😉 d’une maman qui a connu le avec péridurale et le sans péridurale…. Sans est ben mieux 😉

  2. Adriana Répondre

    Salut Maryka! Quel bel article!

    J´aimerais te contacter, mais je n´ai pas trouvée tes coordonnées!

    Merci!

    Adriana – terapeuta.adriana@gmail.com

  3. Andree-anne Répondre

    J’ai accouché de ma fille avec l’épidurale et à mon garçon à 100% naturel. J’ai adoré au naturel et lorsqu’on a enfin dans nos bras ce petit être tant désiré, nous oublions totalement la souffrance de l’accouchement (pour ma part) bref c’est un mal sans cœur.

  4. Cialischeap Répondre

    Je ne tire pas un trait sur la péridurale, non non, je suis pas folle. Si je dois vivre une nouvelle provocation jamais je ne le ferai sans péridurale, c’est clair et net. Dès la première contraction de ma provocation, j’aurais noté ma douleur à 9/10. Quand je suis arrivée à la maternité 30mn avant mon 2ème accouchement, j’ai évalué ma douleur à 3/10 : clairement ça se gérait. J’ai parfois plus mal lors de mes règles. J’allais prendre la péridurale, parce que j’étais persuadée de n’être qu’aux prémisses du travail. Je pense que le fait d’avoir fait tout le travail à la maison, tout en gérant le quotidien, m’a permis que ça se passe plus facilement que si j’avais été à l’hôpital. Je crois que les examens répétés, la lumière crue, le lieu étranger auraient rendu l’accouchement plus douloureux en me stressant et en me focalisant sur le fait « j’accouche ». Mais je dis ça en revenant de loin : pour mon premier, j’avais obtenu une césarienne de convenance pour peur d’accoucher, que j’ai annulée la veille. Alors, oui, je me souhaite un potentiel 3ème accouchement aussi facile, aussi peu douloureux, mais s’il ne devait pas l’être, je ne cracherais pas sur la péri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *