La chance d’avoir eu une enfance dans les années 80 et 90

vintage family

Vous aurez remarqué que les années 80 sont à la mode dernièrement. Dans les films, les séries télé, les romans, on revisite avec nostalgie cette époque où les petits culs à bicycle envahissaient nos rues, où le fluo avait pris d’assaut notre garde-robe, où les jeux de société et le sport constituaient notre principale source de divertissement.

Au restaurant, on dessinait à l’endos du menu. On jouait au tic-tac-toe ou avec nos figurines de G.I. Joe. Notre père mastiquait un steak trop cuit, un morceau de patates pilées pris dans sa grosse moustache. On se chamaillait sur la banquette avec nos frères et nos cousines. Notre mère, avec sa permanente, ses épaulettes et ses paupières colorées de mascara bleu, nous disait de nous calmer à grands coups de hey et de gros yeux. Nos voisins de table n’en faisaient pas un cas, car c’était ça l’enfance et c’était bien correct ainsi.

On marchait avec insouciance pour se rendre à l’école. On n’avait pas peur des pédophiles et des meurtriers. Il n’y avait pas d’infos en continu et de réseaux sociaux pour effrayer nos parents et amplifier un phénomène marginal. Dans nos boîtes à lunch en métal : un sandwich beurre de peanuts et confiture, un jus en boîte et un Jos Louis. On ne savait pas ce qu’étaient les allergies et je préférais les May West. On était gavés de sucre, mais ce n’était pas trop grave parce que nos temps libres ne se passaient pas écrasés sur un sofa, les yeux rivés sur un écran.

Dans la rue, des parties de hockey, de ballon-chasseur et de kickball s’organisaient à l’improviste. Notre mère n’avait pas à nous obliger à sortir dehors, c’était nous qui l’implorions de nous laisser sortir. L’hiver, on jouait au roi de la montagne, l’été, on creusait des trous en forêt avec l’espoir de trouver un vrai trésor. Assis sur le trottoir, on échangeait nos cartes de hockey Pro-Set, on lançait nos plus grosses billes sur une plaque de bois ou on gamblait nos meilleurs Pogs.

Il y a de quoi être nostalgique.

Aujourd’hui, les enfants ne doivent pas trop déranger. On les plogue sur leur tablette dans la salle d’attente ou au resto par peur qu’ils importunent les gens. Des profs demandent aux parents de mettre leurs petits monstres sur le Ritalin, car ils sont trop turbulents.

Aujourd’hui, les enfants ne doivent pas prendre de risque. On aseptise leur monde, car les microbes c’est vraiment très dangereux. Ça nous rassure de les voir à la maison devant leur émission de télé préférée, plutôt que de les laisser aller faire des petits mauvais coups dans le voisinage.

Aujourd’hui, les enfants ne s’approprient plus la rue. Ils n’ont plus à sortir de chez eux pour interagir avec leurs amis. Ils collectionnent désormais des pièces de monnaie virtuelles, des fermes virtuelles, ou des bases militaires virtuelles.

Les enfants n’ont jamais été aussi confortables et protégés qu’aujourd’hui. Pourtant, je ne les envie pas. Nous sommes chanceux, nous, milléniaux, d’avoir vécu notre enfance dans les années 80 et 90. Le temps était plus lent. Nous avions plus de liberté. Notre imagination nous aidait à échapper à la réalité, pas les algorithmes d’un iPad.

Oui, nous sommes chanceux. Nous, les milléniaux, avons vécu à la dernière époque non connectée de l’histoire de l’humanité.

Charles
CHARLES

2 thoughts on “La chance d’avoir eu une enfance dans les années 80 et 90

  1. Genevieve Cournoyer Répondre

    Oh mon Dieu, tu m’as fait faire un nostalgique voyage dans le temps!! C’était vraiment une belle époque! Mes parents me laissait me partir le matin, je jouais toute la journée avec la marmaille du voisinage en retrant juste pour manger puis on continuait ainsi jusqu’au crépuscule. Personne ne capotait. S’il y avait des chicanes, on les réglait nous mêmes, s’il y avait de bobos on pleurait un ti coup puis on rembarquait sur notre vélo après avoir reçu une petite accolade de notre ami!
    J’aimerais bien dire que c’est ça que je veux pour mes enfants, mais maintenant que c’est moi le parent….. ça me stresserait bien trop!!!! Hahahah!

  2. Ariane Répondre

    Et maintenant c’est à nous parents ayant grandit en 80′ 90′ de laisser jouer nos enfants.
    On doit les encadrer oui, mais jusqu’à un certain point. Pensez à vos parents et faites comme eux, laissez vos enfants se salir dans la boue, laisser les danser sous la pluie, sauter dans les flaques d’eau nue pieds… c’est pas compliquer et tant qu’à y être faites le avec eux, vous allez voir comme ça fait du bien de revivre un peu de ces belles années en 2018. 😉😁 C’est à nous a leur apprendre à se méfier des gens inconnus, de rentrer avant le coucher du soleil… nos parents nous l’on bien appris, alors pourquoi ne serions nous pas capable nous?
    Décrochez les et decrochez vous de vos tablettes/télé et tout le monde dehors!

    D’une maman d’un 2ans et demi, qui profites du dehors avec lui tout les jours et qui fait de son mieux pour lui apprendre la vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *