Mes enfants, vous m’avez donné confiance

mother and daughter in front of mirror

Mes enfants, vous m’avez donné confiance.

Avant votre venue, je n’aimais aucune parcelle de mon corps.  Je le cachais, autant que possible.  Parce que j’étais consciente qu’il n’était pas parfaitement parfait, parce qu’il n’était pas ce que je voulais qu’il soit.  Parce que j’avais peur qu’il fasse peur.

Il n’avait jamais porté de bikini.  Jamais mon nombril n’avait eu droit à un bain de soleil.  Ceux qui l’avaient touché l’avaient fait à tâtons, dans le noir absolu.  Et je n’avais pas su apprécier ces instants de trop grande intimité.  J’étais profondément mal dans ma peau, que je trouvais trop imparfaite pour être confortable, pour être vue, pour être désirable.

Puis, vous vous êtes pointé le nez.  Mes deux petites futures femmes en devenir.  Et je me suis mise à me questionner.  Je me suis mise à me demander quel ravage je répétais en me discréditant devant vous.  En maudissant mon corps.  En souhaitant changer mon apparence.  En me trouvant laide, alors que vous me ressembliez tant.  Alors qu’il n’y a pas plus parfaites que vous.

Et je me suis promis de ne pas vous briser de la sorte.  De ne pas vous faire grandir sous cet ombrage dévastateur.  Je me suis promis que je ne passerais pas mes journées à calculer mes calories, mais plutôt à mordre dans la vie.  Je me suis promis que je ne cacherais plus mon corps, même devant vous.  Malgré les marques de votre passage dans celui-ci.  Je me suis promis de l’accepter et un jour, l’aimer pour vrai.

Et si je ne le faisais pour moi, je me devais de le faire pour vous.  Pour ne pas que vous grandissiez à votre tour avec la certitude que vous n’étiez pas assez, que vous ne deviez pas vous attendre à beaucoup de la vie.  Pour ne pas qu’un jour, vous arriviez au même constat que moi.

Je voulais que vous vous aimiez.  Entièrement.  D’abord pour les personnes magnifiques que vous êtes intérieurement.  Mais je ne voulais pas que votre confiance s’arrête là.  Parce que je sais ce que c’est que de croire qu’on ne mérite pas beaucoup.  Et je sais tout le travail nécessaire pour en arriver un jour à se dire qu’on vaut plus que ce qu’on s’est contenté d’être et d’avoir toute notre vie.

Alors, pour vous deux, je vous fais la promesse que maman ne critiquera jamais son corps devant le miroir.  Je vous fais la promesse que jamais un pèse-personne n’entrera dans notre maison.  Je vous fais la promesse de ne jamais adhérer à cette panoplie de régimes miracles.  Je vous fais plutôt la promesse que maman ira jouer dehors avec vous.  Je vous fais la promesse de porter un bikini si le cœur m’en dit et de l’assumer pleinement.  Je vous fais la promesse de travailler chaque jour à simplement être fière de moi autant intérieurement qu’extérieurement.

Je souhaite ainsi vous donner toutes les chances du monde d’avoir réellement confiance en vous.  Je souhaite ainsi préserver toute votre estime de soi, parce que maman sait trop bien le tort qui découle de ce manque d’amour envers soi-même.

Je vais continuer à vous dire que vous êtes belles.  Que vous êtes adorables.  Que vous êtes les plus fines du monde.  Pour que vous soyez toujours fières d’être qui vous êtes.

Je vais continuer à vous demander si vous savez à quel point je vous aime, même si votre réponse depuis quelque temps est toujours : «oui maman, on sait.  T’es tannante avec ça!»

Et un jour, je vous dirai merci de m’avoir enfin donné confiance en moi.

Marie-Claude Lamarre
MARIE-CLAUDE LAMARRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *