Lâche prise… mais pas trop

mother with kid's mess

Lâche prise. Choisis tes batailles. À la minute où on devient mère, c’est un conseil qui nous arrive de partout. De nos amies, de la famille, des blogues de mamans, des reportages sur la maternité, des articles sur la charge mentale, du nord, du sud, de l’est pis d’l’ouest. Mais jusqu’à quel point, au juste, c’est ok de lâcher prise tout le temps…?

Emmener les p’tits au McDo ou les faire souper aux céréales un moment donné, parce que tu as eu une journée de fou, que tu es grippée ou qu’il n’y a rien dans le frigo, franchement, c’est ben correct. Je dirais même qu’il n’y a rien là. Mais si une fois par mois devient une fois par semaine, puis deux, puis trois? Si tu n’as plus jamais envie de cuisiner pour vrai? Un bol de Cheerios, même si ça dépanne, ce n’est pas un vrai repas. Lâche prise sur le souper une fois de temps en temps, mais ne lâche jamais prise sur la santé de tes enfants.

Ignorer volontairement les traces de doigt dans la porte patio, les quelques miettes sous la table ou les jouets sur le plancher du salon, c’est tout à fait sain. La vie est courte. Les minutes, surtout celles d’une mère, sont trop précieuses pour les gaspiller toutes à frotter comme une madame Blancheville à la journée longue.  Joue avec ta marmaille, prends du temps pour toi. Mais malgré ça, du ménage, il faut en faire. Ta maison, c’est pas un taudis. Tu mérites de vivre dans le propre, dans le sain. Lâche prise sur les détails, mais jamais sur l’ensemble de votre milieu de vie.

Céder devant une énième crise de ton petit dernier devant la caisse de l’épicerie, et lui acheter son maudit œuf en chocolat juste parce qu’aujourd’hui, tu n’as simplement pas la force de faire autrement, c’est humain. On l’a toutes fait. Mais lâcher prise sur chaque comportement difficile, c’est abandonner ton enfant quand il a besoin de toi, l’abandonner dans son incapacité à gérer ses émotions. Alors sois bien sûre d’utiliser ce répit que tu t’accordes pour faire mieux demain. Pour affronter la prochaine crise la tête haute et les deux pieds bien groundés. Pour être prête, et sûre de ne pas lâcher prise sur celle-là. Lâche prise sur une crise si tu ne peux pas faire autrement, mais ne lâche jamais prise sur l’éducation de ta famille.

Petite maman, si tu lis ce texte et que tu te rends compte que chez vous, le lâcher-prise est devenu la règle au lieu de l’exception, ça ne fait pas de toi une mauvaise mère. Ça veut juste dire que votre dynamique familiale, comme elle est là, ne fonctionne plus. Il est temps de faire des changements et de chercher des outils pour reprendre les choses en main avant qu’elles ne glissent pour de bon. T’es capable. Tiens bon.

Lâche prise, oui, mais pas trop.

Ne lâche jamais prise sur ton rôle de mère, le rôle le plus important de ta vie.

Accroche-toi à ta maternité, de toutes tes forces.

Car à trop vouloir lâcher prise, on peut parfois finir par l’échapper.

Mélissa Brassard
MÉLISSA BRASSARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *