Ma femme, ravive-toi pour qu’il ne soit pas trop tard

couple fight

En réaction au texte Mon homme, réveille-toi avant qu’il ne soit trop tard paru le 9 février 2018.

Ma femme,

Nous avons déjà passé par bien des hivers, mais celui-ci semble sans fin. Oui, je me suis tapi au fond de notre domaine. Je sais que tu veilles merveilleusement bien sur notre maisonnette. Ne réalises-tu pas que c’est grâce à tout le labeur que j’y ai mis que tu peux aujourd’hui le faire si aisément?

Malgré toute la considération que j’ai pour toi, j’étouffe, j’ai besoin de respirer. Au fond de cette forêt, j’ai préparé un gros tas de bois pour nous réchauffer, mais je le brûle en ce moment pour tenter de me garder au chaud. Ne vois-tu pas, au loin, mes signaux de fumée?

Nous sommes rendus en mai et il neige encore. Est-ce que les bourgeons finiront par éclore un jour? Je souhaite pouvoir faire cuire notre souper sur un grill propre et prendre un verre en face d’une piscine limpide. Mais, au lieu de cela, la crasse continue de s’accumuler au fond du BBQ et le bassin de la piscine arbore de la verdure.

Ma femme, tu le vois bien comme moi; nous sommes retournés à nos planètes respectives et des millions de kilomètres nous séparent. Nous avions l’habitude de parcourir chacun une partie du chemin, mais maintenant, cela ne semble plus nous intéresser, ni un ni l’autre. Allons-nous pouvoir un jour ravitailler nos vaisseaux pour reprendre notre voyage?

Où est la clé de la porte?  La mienne ne semble plus fonctionner.

Malgré mon semblant d’ignorance, je t’ai entendue me dire que tu souhaitais que je ravive la flamme. Mais j’ai besoin d’espace pour respirer. Je me sens prisonnier d’une dictature.

Ma femme, je suis si loin que le réseau ne rentre pas toujours. Nous devons bâtir une nouvelle antenne pour élargir nos horizons. Mais ça, je ne peux pas le faire seul; j’ai besoin de toi pour y arriver.

N’attends pas trop car sinon, j’irai bâtir ailleurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *