Cher premier bébé, je dois te faire des excuses

newborn crying in mother's arms

ATTENTION : ce texte reflète l’opinion de son auteure et non l’opinion de la plateforme de La Parfaite Maman Cinglante dont le but n’est pas de prendre position mais d’offrir une tribune à toutes les mamans souhaitant faire part de leur vision de la maternité ainsi que de leur expérience personnelle. Par ailleurs, si vous souhaitez écrire un texte en réponse à ce billet, notez que vous pouvez le faire en tout temps et le faire parvenir à collabo@parfaitemamancinglante.com.

Cher premier bébé,

Aujourd’hui, je dois te faire des excuses. Je m’excuse d’avoir été vulnérable aux conseils de toutes ces personnes qui pensent bien faire. Parfois, je ne me faisais pas confiance, je me sentais impuissante face à tes pleurs. Je m’excuse d’avoir voulu que tout ce que je faisais pour toi soit parfait. Je m’excuse d’avoir été parfois naïve en faisant de mon mieux pour ne pas « scrapper » ton éducation. Parfois, certains conseils reçus de la part de gens voulant aider n’ont pas aidé du tout.

Mon coco, je m’excuse d’avoir acheté le maudit moniteur Angel Care. J’ai eu aussi peur que toi à toutes les fois où je t’ai réveillé en paniquant parce que tu roulais à côté de la plaque placée au fond de ton lit qui est supposée me rassurer. Cette maudite machine-là m’a donné plus de crises qu’un épileptique devant un stroboscope. Le moniteur s’est retrouvé à la même place que la puante poubelle à couches et le chauffe-lingettes, c’est-à-dire, aux vidanges.

Mon coco, je m’excuse d’avoir utilisé la technique du 5-10-15 qui n’était clairement pas adaptée pour toi. Je portais mes cernes autour de mon cou comme un collier et je t’ai laissé pleurer jusqu’à ce que tu sois épuisé et que tu t’endormes. Sache que le cœur me fendait à chaque fois. Il était tellement trop tôt pour te laisser pleurer de la sorte. Ce n’était pas du caprice de ta part. On m’a dit et redit que j’allais trop te gâter et que tu allais devenir un bébé qui ne pouvait pas dormir ailleurs que dans mes bras si je ne suivais pas cette technique. Ce conseil-ci a rejoint le moniteur, la poubelle à couches et le chauffe-lingettes, aux vidanges.

Mon coco, je m’excuse de t’avoir acheté tous ces jouets « tendance » parce qu’ils sont soit-disant éducatifs. Ces jouets peuvent sembler être une nécessité, spécialement quand on peut y retrouver le mot « éducatif ». Dans notre monde actuel, il faut que notre enfant soit stimulé à la vitesse de la lumière et qu’il soit un petit génie quand il arrive à sa première année scolaire. Dans le fond, ces jouets-là n’ont pas vraiment de substance. En plus d’être ultra-dispendieux avec une tonne de lumières, de sons et de mouvements, tu étais sur-stimulé et ça te rendait de mauvaise humeur. Juste d’être avec toi et d’interagir avec ton environnement auraient suffi à te rendre ton sourire. Ces jouets ont eux aussi rejoint la poubelle, le chauffe-lingettes et le 5-10-15, aux vidanges.

Mon coco, je m’excuse de t’avoir donné des céréales à trois mois et demi. J’ai eu tellement de pression de toutes les mamans qui m’entouraient, qui me disaient que tu avais faim parce que j’allaitais souvent et que tu dormirais plus si tu avais des céréales dans le bedon. C’est donc supposé faire ses nuits rapidement un bébé. Dans ma quête de raccourcir mon collier de cernes, j’ai écouté ce conseil. Mais en écoutant ce conseil, je ne t’ai pas écouté TOI. Tu allais à ton rythme et tu prenais ce que tu avais besoin. Tu ne manquais de rien, tu suivais bien les courbes de croissance. Malheureusement, mon allaitement s’est terminé plus vite que je l’espérais. Ça a aussi rejoint la poubelle, le chauffe-lingettes, le 5-10-15 et les jouets « tendance », aux vidanges.

Sache, mon premier bébé, que même si j’ai en quelque sorte expérimenté avec toi, j’ai appris à te découvrir et par le fait même à me faire confiance. J’ai aussi appris à dire non et à réfuter l’argument de la personne qui me conseillait de tout son bon vouloir si ce conseil ne nous convenait pas. Après réflexion, je suis bien contente d’avoir foutu ces conseils-là aux vidanges après la venue de mon deuxième bébé. Ça ne réparera pas le passé, mais sois sûr, mon premier bébé, qu’à l’avenir je vais m’écouter et t’écouter aussi avant d’appliquer les conseils qu’on me donne et ce, à toutes les étapes de ta vie.

Stéphanie Robinson
STÉPHANIE ROBINSON

Une réflexion sur “Cher premier bébé, je dois te faire des excuses

  1. Maman Répondre

    À mon premier bébé j’avais déjà jeter ça aux poubelles. Je les est entendu ces « conseils » là et je répondais: que non c’est pas la bonne manière tu te trompe. Aujourd’hui je suis bien heureuse de m’avoir écouter. Notre voix intérieur est la meilleur 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *