6 choses à ne pas dire à une mère séparée

woman be quiet gesture

Aujourd’hui plus que jamais, les familles séparées sont nombreuses. Est-ce que c’est parce qu’on se permet le droit au bonheur en se sortant d’une situation malheureuse maintenant plus qu’au temps de nos parents? Peut-être qu’on est moins tolérants, peut-être que moins de gens ont le désir de travailler ensemble sur leur couple à l’ère des couples jetables qu’on tire rapidement aux poubelles après utilisation. Bref, peu importe la raison, tu te trouves entourée de plusieurs séparés au quotidien.

Toi, le parent de famille au noyau encore uni, tu t’imagines que ta famille inspire l’envie aux parents séparés parce que tu vis la famille traditionnelle, la famille d’origine. C’est donc impossible pour toi de te mettre à la place de tes amies séparées et tu partages allègrement ton opinion sur ce que devrait être une séparation alors que tu n’y connais rien du tout. Tes beaux concepts, tes grandes idées, tes opinions non sollicitées peuvent faire royalement suer.

Voici six commentaires sans délicatesse que tu te permets de partager à tes amies, commentaires que tu peux dorénavant garder pour toi.

#1  «T’aurais pu y penser avant de faire un enfant avec lui!»

Bien sûr que j’aurais pu y penser avant. Au moment où c’est arrivé, j’y croyais dur comme fer que ça allait marcher. Personne ne fait des enfants avec quelqu’un en ayant en tête de s’en séparer!

#2  «Vous n’auriez pas pu essayer un peu plus, pour les enfants? Tu as brisé ta famille en partant.»

Essayer juste pour les enfants, c’est un argument de dernier secours, de bas niveau intellectuel. Des parents qui ne s’aiment plus, ça ne fait pas des enfants heureux. L’idée d’une famille, c’est l’unicité qui lit un paquet d’humains, pas la cohabitation. Quand il n’y a plus d’amour, plus de joie, que de la haine et du mépris, il n’y a plus de famille. La famille était brisée avant que je prenne la décision de quitter physiquement. L’unité familiale est-elle plus importante que la santé mentale et le bien-être d’un adulte? Comment être un bon parent si rester dans le noyau familial nous tue à petit feu? Parfois, être un bon parent, c’est prendre la décision de quitter pour être heureux et être, par le fait-même, un parent plus présent pour ses enfants.

#3  «Comment tu peux être contente quand tes enfants quittent pour une semaine??!»

Est-ce que je suis heureuse de voir mes enfants quitter? Non. J’ai eu des enfants parce que j’en voulais, parce que j’aime leur présence, ce qu’ils m’apportent. Comme tous les parents par contre, il m’arrive d’être sévèrement à bout. Les voir partir me brise le cœur, mais j’avoue que parfois, ça permet aussi de souffler après une semaine plus difficile. Ça me permet aussi de me retrouver.

#4  «On n’a pas ça, nous, une semaine de congé. Quand on est parents, c’est à temps plein!»

Je n’ai PAS une semaine de congé. Si mes enfants ne sont pas présents physiquement avec moi, s’ils ne me réveillent pas le matin, si je n’ai pas à veiller à leurs multiples besoins alors qu’ils sont chez l’autre parent, ma tête et mon cœur continuent d’y penser. Qu’est-ce qu’ils font? Sont-ils en sécurité? Est-ce qu’ils s’ennuient? J’espère qu’ils ne sont pas malades. J’espère que tout ira bien à l’école, avec leurs amis, dans leurs petites vies respectives. C’est avec toutes ces questions sans réponse que je passe le temps sans eux en préparant tranquillement leur retour chez moi : je recharge mes batteries, je fais mon ménage, mon épicerie, je reprends le dessus sur mes tâches parce que chez moi, je dois tout faire toute seule.

Ceci étant dit, est-ce que je devrais me morfondre tout le long de leur absence? Non! J’ai le droit de penser à moi. Toi, le parent de famille encore unie, fais-toi donc un devoir de prendre du temps pour toi au lieu de me reprocher d’apprécier les moments que je m’accorde. À t’écouter, on dirait parfois de l’envie…!

#5  «C’est quoi ta relation avec l’autre parent? Est-ce qu’il prend ses responsabilités?»

En quoi ça te regarde? Est-ce que le fait d’être séparée est automatiquement lié à un ex insignifiant et irresponsable? Est-ce que la relation entre deux ex doit absolument être invivable, infernale et désagréable? Les préjugés que les gens ont sur les couples séparés, des fois…!

#6  «Tu acceptes que ça se passe de cette façon quand ils sont chez l’autre? Ça ne passerait JAMAIS avec moi, en tout cas!»

Appelle-moi quand tu seras séparée, on reparlera des choses sur lesquelles il faut lâcher prise quand nos enfants ne sont pas chez nous. Tu verras, la perspective est drôlement différente! On en discutera, un verre de vin à la main, un vendredi où nos enfants seront chez nos ex, on risque moins de se faire interrompre!

Catherine I.
CATHERINE I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *