Ton déni de grossesse

stressed pregnant woman

Une grossesse peut être plein de choses. Elle peut être désirée. Elle peut être longtemps attendue. Elle peut prendre par surprise. Elle peut être décevante. Elle peut mal tomber. Elle peut être non désirée. Elle peut aussi être inconnue, silencieuse et passer complètement inaperçue.

Le timing n’y était pas. Ton conjoint et toi, ça n’allait pas du tout. Tu avais finalement décidé de quitter cet homme qui t’avait tellement joué dans la tête avec ses mains de maître qu’il avait réussi à te découdre les idées. Toi qui étais enfin libérée, tu as entrepris de te reconstruire, petit à petit, une journée à la fois. Puis un jour, tu t’es questionné sur ton cycle anormal et tu as consulté ton médecin. C’est là qu’on t’a annoncé qu’au creux de ton corps s’était formée une petite boule de vie depuis déjà sept mois et dont tu ignorais l’existence. Tout ce temps, tu as vécu ce qu’on appelle un déni de grossesse.

Du jour au lendemain, ton ventre plat s’est transformé en gros ballon bien rond, comme par magie. Toi qui n’avais jamais eu de symptômes, qui n’avais jamais pu soupçonner qu’un bébé habitait ton être, c’est l’effet de l’annonce qui a permis à ton petit de s’installer comme il faut, comme si tu étais maintenant prête à savoir sa présence, à reconnaître son existence. Un déni de grossesse, c’est un mécanisme de défense psychique. C’est bien là la preuve que le physique et le mental sont si fortement reliés!

Autour de toi aussi les choses changent. Les gens jugent. «Comment a-t-elle pu ignorer une grossesse aussi longtemps?» que les uns disent. «Franchement, il faut être idiote et pas du tout à l’écoute de son propre corps!» renchérissent les autres. Les moins gentils iront jusqu’à dire qu’avec une aussi grande inattention, tu seras sans doute une maman qui aura bien du mal à donner de l’affection. Personne ne peut comprendre ce qu’est un déni de grossesse sauf une autre mère l’ayant vécu. Parfois, la tête protège le cœur. Parfois, les circonstances ne sont tellement pas idéales pour la venue d’un enfant que le mental fait son effet sur le physique, comme pour protéger la maman en devenir.

Bien que tu n’aies pas préparé la venue de ce petit humain pendant neuf longs mois comme la plupart des autres mères, tu as su te faire à l’idée, t’organiser aussi rapidement que possible et accueillir ton enfant comme s’il avait été attendu depuis le premier jour. C’est la résilience qui t’a donné cette force, cette capacité de faire face à la vie, à ses surprises, aussi bien que tu l’as fait!

Tu n’as peut-être pas eu la chance de te préparer depuis le premier jour, mais une fois ce bébé arrivé, tu as fait comme les autres mamans : un jour à la fois.

Ce bébé t’a appris bien plus que tu ne le penses. Il t’a appris comment entrer en mode solution rapidement. Il t’a appris qu’on doit faire fi des jugements des gens et choisir de garder autour de nous ceux qui nous aiment vraiment. Il t’a appris que la vie peut prendre par surprise. Il t’a appris à mieux t’écouter. Il t’a appris à faire confiance à ta petite voix intérieure, celle qu’on refoule quand on entend des choses qu’on souhaiterait taire. Il t’a appris qu’on arrive à s’en sortir seule, sans vivre aux dépens d’un conjoint manipulateur. Il t’a appris que les imprévus sont inévitables et qu’inévitablement, on apprend à les gérer. Et surtout, surtout, il t’a appris qu’un bébé surprise, c’est définitivement le plus beau des cadeaux, même si parfois, ça semble un peu trop. Ce qui compte après tout, ce n’est pas le moment avant l’arrivée de ton bébé. Ce sont tous les moments à venir et le temps que vous aurez la chance de partager.

Catherine I.
CATHERINE I.

Une réflexion sur “Ton déni de grossesse

  1. Fanny Répondre

    C’est exactement ce que j’ai vécu… à mon 2e enfant. Je n’y croyais pas et ma grossesse a été extrêmement différente de ma première. Après avoir lu cet article, je réalise que j’ai fait du déni de grossesse. Il avait toujours une explication logique à mon peu de symptômes. Ma situation familiale était en crise. Mais, effectivement avant la venue de mon petit homme je m’était ressaisie et tout a pour le mieux par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *