À ma belle-maman

mother grandmother and baby

Chère belle-maman,

Aujourd’hui, j’ai envie de briser le mythe de la belle-mère contrôlante et déplaisante; elles ne le sont pas toutes. J’entends souvent dans mon entourage des personnes parler de la mère de leur chum comme si c’était le diable en personne.

Pourtant, de mon côté, bien que certaines périodes ont été plus difficiles que d’autres, tu es devenue une partenaire de choix dans les différentes étapes de notre vie au fil des années. C’est certain que comme dans toute relation humaine, si on part ça avec méfiance et obstination, on ne risque pas de voir évoluer la relation dans le bon sens. Tu as su me faire une place dans votre famille, partager ton garçon que tu aimes tant, nous aider dans les bons moments de notre vie comme dans les épreuves auxquelles nous avons dû faire face. Tu as parfois tellement donné de ton temps libre pour nous que ça en était gênant même si on sentait que ça te faisait énormément plaisir d’être là. Je t’ai parfois trouvée envahissante et je n’ai pas toujours bien accueilli tes conseils, mais force est de constater avec un peu de recul, qu’ils sont indispensables.

Indispensable, c’est bien ce que tu es devenue au fil des ans, alors que j’apprenais à te faire une place dans ma vie comme tu l’avais fait toi-même depuis le début. C’est difficile de qualifier une relation comme celle-là; tu ne remplaces évidemment pas ma maman et tu te rapproches parfois du rôle d’amie sans en être tout à fait une. Mais ce que je sais, c’est que j’ai besoin de toi dans ma vie parce que tu contribues à son équilibre. Pour une bonne discussion, pour un échange de recettes, pour une fin de semaine à faire de la bouffe d’avance pour la petite famille, pour recoudre le vêtement brisé du petit ou pour une panoplie d’autres choses. C’est évident qu’on n’est pas toujours sur la même longueur d’onde, mais pourquoi ce serait plus grave lorsque ça arrive avec sa belle-mère que lorsque ça arrive avec son chum ou ses amies?

Depuis que je suis devenue maman, ce qui pour certaines sonne la fin de l’histoire d’amour avec leur belle-mère, je t’apprécie encore plus. Je te laisse mon précieux bébé en étant pleinement confiante que je peux partir la tête tranquille. Je suis heureuse que tu aies envie de laisser ta marque dans sa vie et je suis certaine que mon enfant a tout à gagner à profiter de ta présence. Tu me donnes ton avis sur toutes les questions existentielles d’une maman; j’en prends, j’en laisse et jamais tu ne t’obstines à tenter de faire valoir tes opinions à tout prix. Tu me laisses gérer les choses à ma façon, tu t’adaptes à des situations que tu n’aurais pas gérées de la même façon que moi et tu respectes mes choix. Tu n’es jamais bien loin, mais tu nous laisses notre intimité, notre liberté.

Tout ça, je pense, vient du fait que nous avons toujours eu du respect l’une envers l’autre. Que chacune à notre tour, nous avons fait des compromis dans certaines situations et que notre relation est restée saine.

Dans toute relation, ça ne peut pas toujours être la faute de la partie adverse. Il est évident qu’il est plus facile d’avoir une relation harmonieuse lorsqu’il y a des intérêts communs, des façons de voir les choses qui se ressemblent et il se peut que je sois plus chanceuse que d’autres.

Quoi qu’il en soit, je suis contente que tu fasses partie de notre vie et que tu avances dans une ligne parallèle à la nôtre. C’est en regardant en arrière que je constate à quel point notre relation m’est précieuse et ça me donne le goût de continuer à m’adapter et de tout faire pour que les choses demeurent telles qu’elles le sont maintenant.

Merci d’être là.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *