À la mère qui n’aime pas les enfants des autres

stressed mother with group of kids

T’as jamais eu la fibre maternelle.  Avant d’avoir des enfants, t’avais jamais changé, nourri, consolé ou même tenu un nouveau-né, pourquoi? Par pur manque d’intérêt! Garder des enfants n’a jamais paru sur ton curriculum vitae.  Des p’tits, t’en voulais pas, t’aimais pas ça et c’était parfait comme ça… jusqu’au jour où tu as rencontré l’homme de ta vie! Tu t’es embarquée dans la magnifique aventure de la maternité à fond mon Léon, et ce,  malgré le fait que ton entourage doutait fortement de tes capacités parentales!

Tu te disais bien que, après avoir eu un petit humain, peut-être te viendrait un élan de tolérance et d’intérêt envers les autres du même genre? Un élan de tendresse aussi qui sait?!  Mais malheureusement non!  Le fait est que, les enfants des autres, tu les aimes pas, point.

Tu les détestes pas, non, quand même, mais ils te laissent complètement indifférente.  Tu n’es pas la personne qui va se ruer sur un nouveau-né pour le prendre.  Tu as même des fois de la difficulté à dire que tu les trouves beaux ces nouveaux arrivants tout neufs parce que pour toi, ils se ressemblent tous. C’est ben fâchant et ça, c’est vraiment mal interprété socialement parlant, ce qui fait, entre autres, que de la culpabilité, t’en a vécue, t’en vis et tu vas en vivre pas mal toute ta vie à ce sujet à moins d’une révélation subite faisant en sorte que tu trouves intéressante une conversation de cinq minutes au téléphone avec le petit dernier de ta soeur qui ne fait que respirer abusivement dans le combiné.   T’es pas une mauvaise personne, tu leur veux pas de mal à ces autres enfants, tu les aimes juste pas.

Tu le vois ben que tu fais pas partie de la majorité et que, la majorité, c’est la normalité; donc aussi bien te l’avouer ma belle, t’es pas normale! Mais qu’est-ce que tu veux ben que je te dise fille, les enfants des autres, tu les aimeras jamais, tu vas juste les tolérer… du moins ceux qui ont l’air bien élevé parce que les autres ben, c’est plate, mais ils te tapent royalement sur le gros nerf. C’est comme ça, tu t’assumes. Je vous entends déjà juger cette mère qui n’aime pas les enfants des autres, mais dites-vous bien une affaire mesdames, cette mère-là, elle fait pas exprès, pis elle fait des efforts, pis elle sourit à vos enfants même si elle le ressent pas parce que même si elle les aime pas vos enfants, elle leur ferait jamais jamais de mal, c’est pas une mauvaise personne; t’es pas une mauvaise personne ma belle, c’est juste que t’es pas une femelle typique du genre!

Quand y’en a un qui se met à te fixer au restaurant, t’as juste le goût d’y faire une grimace pour qu’il arrête de te dévisager impunément. Ça t’agresse toi de te faire regarder inlassablement par un petit que tu connais pas (aussi cute puisse-t-il être). Les niaiseries des autres morveux ne te font pas rire, y compris ceux des trente douze mille vidéos qu’on voit circuler sur les internets.  Toi, ces vidéos-là, ben tu les regardes pas, parce que ça t’intéresse autant que de savoir combien y faisait y’a deux semaines à Yamaska;  comprendre ici, aucunement!

Les tiens, c’est autre chose complètement, tu les trouves merveilleux, beaux et bien élevés… enfin, la plupart du temps du moins! Tu trouves souvent qu’ils ont un petit quelque chose que les autres ont pas, un petit quelque chose qui t’attache à eux et c’est parfait ainsi. C’est grâce à eux que tu te dis que t’es pas trop une cause perdue!!!!

C’est clair que t’aimerais ça, toi aussi, être gaga en voyant un bébé au centre d’achats, ou même au parc.  T’aimerais ça trouver ça intéressant ce que Delphine, l’amie de ton plus vieux, te raconte quand tu vas le reprendre à la garderie; mais la vérité, c’est que tu joues la comédie et réponds avec un sourire fauné parce que dans ton fond intérieur ma belle, on va se le dire, t’as autant d’intérêt pour les propos de Delphine que t’en as pour les discours de Donald Trump, c’est-à-dire, aucun.  Ce qui t’intéresse toi, c’est de savoir comment la journée de TON enfant s’est passée, juste pour celui-là (ou les autres qui t’appartiennent bien entendu!) pis tu sais quoi, c’est vraiment correct comme ça!

Au fond, ce que je veux te dire à toi, la fille qui aime pas les enfants des autres, c’est que c’est pas ben grave au bout du compte parce que, à moins d’être éducatrice (auquel cas je te presse de changer d’emploi au plus sacrant!), ben les morveux des autres, t’as pas trop besoin de les côtoyer pis eux autres, ils le savent pas que tu leur sers un magnifique sourire « fake » pis que t’écoutes à peu près rien de ce qu’ils te racontent!

Ça fait que, arrête de te sentir mal, profite de tes petits à toi pis laisse donc faire le reste.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *