Survivre aux soupers de semaine : les 5 constats de la mère moderne

angry woman cooking

Qu’on aime ou qu’on aime pas cuisiner, les soupers de semaine sont et seront toujours, pour la mère des temps modernes (et probablement celle des temps anciens à bien y penser), un casse-tête quotidien qui se rajoute à la longue liste de tâches essentielles au bon fonctionnement de la maisonnée et de la bande de prépubères (ou non) qui y habite. Étant maintenant maman depuis un moment, tu as quand même fait quelques constats dans ta géniale carrière de chef cuisinier pour ta ribambelle d’éternels insatisfaits. Insatisfaits, oui, parce qu’il est absolument improbable, voire impossible, de plaire à tout le monde de ta tablée lors d’un souper. Il y aura toujours quelqu’un pour chialer sur un ingrédient, une durée de préparation ou le souper dans son entièreté, c’est comme ça. À part l’homme, qui semble plutôt se contenter de tout ce qu’on lui offre tant qu’il n’a pas à le préparer et que ce soit potable, le reste de ta joyeuse gang va y aller de son commentaire, peut-être pas tous en même temps la même soirée, mais il est certain que l’un d’entre eux criera à l’injustice du choix de repas!

Voici donc les cinq constats que t’ont apporté des années de planification, de préparation et d’ingestion de souper de semaine.

#1  Toujours avoir de la sauce à spaghetti en réserve

Tant que tu en as, il y a une option de repas simple et efficace. Idéalement, tu cannes ça dans de beaux et pratiques petits pots Mason et ainsi, lors de soupers de dernière minute, tu sais le genre quand t’as oublié de planifier ça dans ta journée relaxe (not) et que tu te retrouves devant les options grilled cheese ou Kraft Dinner, tu sors ton « mason jar », tu dévisses le contenant, verses ça sur des pâtes (cuites svp) peu importe lesquelles et boum, ton souper est prêt en dix minute top chrono.

#2  Plus le repas est long à préparer, moins il est apprécié

Si le contenu de ton souper contient plus de trois-quatre ingrédients ainsi qu’une trâlée d’épices et d’étapes à suivre, oublie le projet, personne, à part toi (et l’homme qui se contente toujours d’à peu près n’importe quoi de toute façon, se référer à l’intro du présent texte et/ou au spécimen trônant présentement dans votre salon) va apprécier le fruit de ton dur labeur.! Réserve ce genre de souper à tes invités du samedi, ils vont probablement être pas mal plus impressionnés que tes minis.

#3  Souper tard

Je t’entends déjà soupirer et dire que c’est pas possible puisque les petits humains ayant une espèce de système d’alarme résonnant et s’exprimant à grands coups de demandes de nourriture (collations en tout genre) dès que la fin d’après-midi se pointe à l’horizon ne peuvent attendre pour souper le soir. Mais sache, toi ma belle maman, que, souper tard égale tout le monde qui chiale, certes, mais aussi, tout le monde qui mange parce qu’ils seront assurément, à cette heure tardive, complètement affamés! Donc ici, il s’agit de voir ce que toi, ma belle gestionnaire de bedaines pleines, es capable de tolérer le mieux entre te faire demander des collations aux dix minutes jusqu’à ce que le souper soit prêt, amen! Ou, manger à 17h30 et endurer tout le monde (de moins de vingt ans) se plaindre de ton souper cuisiné avec amour, et vitesse! Le choix est le tien!

#4  La mijoteuse est ton amie

Traite-la comme une reine, fille, parce qu’elle te sauvera la vie … souvent! Facile à utiliser, tu peux même te faire des sacs de cossins allant là-dedans en avance que tu congèles et mets dans la bête le matin même… Ta daaaaa! Pas plus compliqué que ça! Deux avantages à ce petit électroménager : un, ta maison sent le ciel quand tu rentres après ta journée de fou, ce qui aura assurément, promis, un effet apaisant… sur toi en tout cas! et deux, ta santé mentale s’en voit sans aucun doute épargnée!

#5  Il est préférable de faire ta planification de soupers de semaine à l’avance

Et surtout, c’est ça qui est le plus ardu, t’en tenir à cette dernière! TU fais ta liste, n’achètes que les aliments inscrits sur ladite liste et ne t’en tiens qu’à elle, c’est elle le boss, n’essaie pas de bifurquer parce qu’alors tout le principe sera gâché! Reviens chez toi, mets la liste de soupers en évidence et n’en déroge pas, point. Je sais je sais, beaucoup plus facile à dire qu’à faire! Ça c’est comme le genre de résolutions que tu prends au Jour de l’An pis qui durent pas, mais dis-toi une chose : même si tu n’y arrives que pour deux ou trois semaines… c’est toujours ben ça de gagné! Pendant ce court laps de temps, tu auras réussi à peut-être-un-peu-presque-des-fois aimer les soupers de semaine… qui sait!

Sur ce, je vais aller préparer mon souper. Au menu ce soir : viande cuite sur le grill sur pain brioché accompagnée d’une compotée d’oignons et fromage fondant, le tout servi avec légumes du moment ou, un hamburger sur le barbecue avec des frite de patate douce… peace!

Isabel Lepage
ISABEL LEPAGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *