Son déficit d’attention et ton sentiment d’incompétence

depressed young boy doing homeworks

Ce soir, comme à chaque soir, moitié résignée, moitié découragée, tu t’apprêtes à entrer en guerre avec ton enfant et son déficit de l’attention pour la période nécessaire, mais ô combien pénible, des devoirs. Mais ce soir, dans son agenda, c’est pas les devoirs à faire qui te découragent le plus.

Ce soir, y’a un petit mot du prof qui fait sauter trois tours à ton cœur de maman.

Il veut te rencontrer. Pour discuter. Pour te rapporter le comportement de ton enfant, depuis le début de l’année.

Mais t’as pas besoin d’aller le rencontrer pour savoir. Tu le sais ce qu’il a le comportement de ton enfant, tu vis avec depuis tout le temps.

Tu le sais qu’il n’est pas organisé. Tous les matins, tu dois lui répéter sa routine. Chaque matin, depuis toujours, comme si c’était la première fois.

Tu le sais qu’il ne reste pas concentré à la tâche. Quand tu lui demandes de ranger quelque chose, il ramasse un truc, les bonnes journées deux, et au troisième objet, il se met à jouer avec, oubliant qu’il ramassait.

Tu le sais qu’il parle trop fort et qu’il coupe la parole. Tu ne peux pas compter les fois où tu lui demandes de baisser le volume et d’attendre son tour dans une période de cinq minutes.

Et même si t’es pas présente à l’école, tu le sais qu’il ne tient pas en place sur sa chaise, qu’il gigote, qu’il joue avec tout ce qui lui tombe sous la main, que son bureau est un bordel total, qu’il lui manque une mitaine, qu’il n’a pas son linge pour l’éducation physique, qu’il n’écoute pas les explications et qu’après il dérange les autres parce qu’il ne sait pas quoi faire.

Oui, tu sais tout ça et non, tu ne sais plus quoi faire pour l’aider à mieux vivre avec son déficit de l’attention. T’as pas nécessairement envie qu’en plus, quelqu’un te le rappelle à grands coups d’exemples de ce qu’il fait, ou pas, ton enfant. T’as pas envie que quelqu’un t’énumère tous les problèmes que ça génère dans une classe. C’est problématique à la maison, tu te doutes bien que ce n’est pas la lune de miel à l’école.

Mais tu fais de ton mieux, tu es une bonne maman et tu t’impliques dans la vie scolaire de ton enfant, alors tu vas aller à la rencontre et tu vas écouter tout ce que tu sais déjà et que t’essayes tant bien que mal de gérer.

Tu vas dire que tu comprends que la situation est problématique, que t’es d’accord qu’il faut que ça change et qu’il faut trouver des solutions pour l’aider. Mais au fond de toi, tu seras aussi désemparée que le prof parce que toi non plus, tu ne sais plus quoi faire pour qu’il la retienne, sa routine du matin, pour qu’il gère mieux son impulsivité et pour qu’il réussisse à terminer une tâche sans vingt-cinq interventions de ta part pour lui rappeler ce que tu lui as demandé.

Tu repartiras de la rencontre le coeur gros, parce que maudit que ça te fait de la peine d’avoir l’impression de ne pas pouvoir l’aider plus que ça. Parce que tu te sentiras incompétente comme maman devant ce prof qui semble attendre de ton enfant quelque chose que tu n’es pas capable d’obtenir toi non plus à la maison.

Mais tu sais quoi, ma belle maman. T’es pas incompétente et tu fais sûrement tout ce que tu peux.

Je le sais, je me sens souvent comme ça moi aussi. Malgré l’aide que j’essaye d’aller chercher, malgré la médication, malgré les trucs que j’essaye d’appliquer et les efforts que je fais pour travailler sur moi, ben malgré tout ça, je me sens plus souvent qu’autrement incompétente.

Alors quand je suis au summum de mon sentiment d’incompétence, j’essaye de me rappeler que ce que je peux faire de mieux, c’est de l’aimer. Même quand il est exaspérant. Même quand je lui ai répété vingt-cinq fois la même consigne. Même quand l’école me rapporte comment il est non fonctionnel en classe. Même quand je suis à complètement à boutte de son comportement. Juste l’aimer, du mieux que je peux.

Je le sais que même ça des fois, t’es plus certaine de pouvoir y arriver. Mais aime-le. De tout ton cœur. Malgré toutes les convocations et les plans d’intervention.

Il ne le sait que trop bien qu’il n’est pas toujours à la hauteur des attentes des adultes, mais il ne faut pas lui permettre de douter qu’il est aimé.

Meliane
MELIANE

Une réflexion sur “Son déficit d’attention et ton sentiment d’incompétence

  1. ghyslaine lalonde Répondre

    oui mais avant quoique ce soit faite passer un test a votre enfant il ne doit prendre de médicament sans avoir rencontrer un médecin compétent qui ne signe pas une prescription juste pour que tout le monde soit content et le reprenne a l’école que s’il prend des (ritalin) s,il vous réfère a un neurologue et que celui-ci lui fait passer un test (je ne me souviens pas du nom de ce test) et qu’il attendra les résultats avant de prescrire un médicament quelconque ..on pense souvent qu’il parte dans la lune mais cela peut cacher autre chose ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *