À toi, la maman qui n’a plus de maman

mother and kid outside bicycle

Toi, tu as dû apprendre trop jeune à ne plus compter que sur toi-même. Tu as perdu trop tôt ce sentiment de pouvoir t’appuyer en tout temps sur une personne solide, présente, bienveillante. De pouvoir compter à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit sur cette personne capable de te soutenir dans tout ce que tu vis et qui te connaît mieux que toi-même. Tu l’as perdu trop tôt, ta maman. Que ce soit parce qu’elle est partie au ciel ou parce que pour n’importe quelle bonne raison, elle a choisi d’abandonner son rôle de mère, ça ne change pas grand-chose. Elle n’est plus là, c’est tout. Et même si tu n’as pas le choix de faire avec, ça ne veut pas dire que c’est facile et que tu n’en souffres pas.

Elle n’était peut-être pas là pour t’aider à choisir ta robe pour le bal des finissants ou pour consoler ta douloureuse peine d’amour. Elle n’est peut-être pas venue non plus avec toi visiter l’université et n’a pas pu te soutenir dans les choix difficiles que tu devais faire pour ton avenir. Sans te poser de questions et parce que tu n’avais pas le choix, tu es devenue pour toi-même cette personne sur qui compter. Tu as appris à te relever les manches et à foncer.

Dès l’instant où tu es devenue maman, tu as su qu’elle allait te manquer plus que tout. Jamais tu n’avais cru que de franchir cette étape merveilleuse de la maternité allait te faire sentir aussi cruellement ce vide que la perte ou l’absence de ta mère a laissé dans ta vie et dans ton âme. Tu aurais eu besoin qu’elle soit là pour te dire que tu étais à la hauteur et que tu étais une bonne maman. Tu aurais eu besoin qu’elle te partage son expérience de mère et que tu sentes que bien au-delà des mots, elle comprend ce que tu vis. Tu aurais eu besoin qu’elle vienne te prêter main-forte dans les moments de découragement pour enlever du poids de tes épaules de maman et te permettre de redevenir l’espace de quelques minutes une petite fille, sa fille. Tu aurais eu besoin de voir à quel point elle a envie de connaître tes enfants, de les garder, de les chérir et de les voir grandir. Mais toi, tu es une maman qui n’a plus de maman. Et aujourd’hui, tu en veux à la vie d’être privée de cet être indispensable auquel tout le monde devrait avoir droit.

Puis, tu prends conscience du chemin que tu as parcouru depuis ce jour où tu t’es retrouvée sans maman. Tu en as traversé des tempêtes qui t’ont vidée de tes larmes et qui t’ont laissée sans repères. Mais toujours, tu as su te relever et continuer à avancer. Tu as aussi vécu des moments de bonheur que tu aurais aimé pouvoir partager avec ta mère afin qu’elle soit fière de toi et qu’elle sache que tu es devenue une femme solide, équilibrée, déterminée. Mais au-delà de tout ça, toi la maman qui n’a plus de maman, tu as saisi mieux que quiconque l’importance et la portée de ton rôle de mère. Et à chaque soir en bordant ces petits êtres qui t’ont choisie pour être leur maman, tu fais le serment que tant que la vie te le permettra, tu prendras soin d’eux avec amour, douceur et bienveillance.

Que ce soit pour guérir un bobo, consoler une peine d’amour ou prendre soin de tes petits-enfants, ils pourront compter sur toi et ce, jusqu’à ton dernier souffle.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *