Il y a encore de la magie

little baby hand with mother hand

Si t’es comme moi, depuis un bout tu évites d’écouter les nouvelles sous peine de passer une nuit blanche à angoisser. Entre les catastrophes naturelles, les fraudes, les attentats, les agressions et tout le reste, tu te sens devenir de plus en plus cynique. Les Fêtes arrivent et tu as du mal à trouver ta joie de vivre, à mettre en place la magie de Noël pour ta marmaille, car la magie, tu l’avoues, tu as de plus en plus de misère à y croire.

Et pourtant, elle existe. Peut-être pas sous la forme d’un gros bonhomme surgi du Nord pour se glisser dans la cheminée, mais elle existe. À chaque jour, à chaque coin de rue. N’en doute jamais.

Il y a de la magie chaque fois que deux personnes tombent amoureuses. Dans chacun de leurs baisers, ceux qui font rougir les joues et ramollir les genoux.

Il y a  de la magie chaque fois qu’un ovule rencontre un spermatozoïde, et qu’il en naîtra un petit être humain, à la fois si semblable et si unique, portant déjà en lui le pouvoir de changer le cours de l’histoire.

Il y a de la magie dans chaque rire d’enfant, ceux qui roulent et qui déboulent comme le plus pur et frais des ruisseaux.

Il y a de la magie dans les gens qui changent. Ceux qui ont l’humilité d’admettre leurs faiblesses et qui, lentement mais sûrement, travaillent chaque jour à devenir meilleurs.

Il y a de la magie dans ceux qui arrivent à pardonner. Ceux à qui on a fait du tort, à petite ou grande échelle, et qui choisissent de laisser aller leur colère comme on lâcherait une grande poignée de ballons colorés.

Il y a de la magie dans ceux qui donnent, que ce soit leur nourriture, leurs objets, leur sang  ou leur temps. Ceux qui donnent en grand, alors même qu’ils ne possèdent pas grand-chose.

Il y a de la magie dans ceux qui guérissent. Ceux qu’on a cru perdus, pour qui on a pleuré et prié, et qui, quand on n’y croyait plus, renaissent comme un arbre au printemps.

Il y a de la magie dans ceux qui se battent pour leurs convictions. Ceux qui se tiennent debout envers et contre tous, pour espérer rendre le monde meilleur.

Il y a de la magie dans ceux qui accueillent et qui aident. Ceux qui ouvrent leur cœur et tendent leur main à  l’autre, au moment où il en a le plus besoin. Sans jugements, sans questions, sans attentes.

Il y a de la magie dans ceux qui respectent. Ceux qui ouvrent leur esprit pour entendre ce que les autres ont à dire, qui sont capables d’avoir des nuances, de voir le bon en chaque individu, et se rappeler qu’au bout de compte, nous ne sommes tous que des humains, tous les mêmes.

Il y a de la magie dans ceux qui aiment.

C’est facile, de nos jours, de tomber dans le pessimisme et d’oublier à quel point il peut y avoir du beau et du bon en ce monde. On me traitera de naïve, on dira que je suis fleur bleue, mais je crois fermement que la magie est en chacun de nous. Il suffit seulement d’ouvrir notre cœur d’enfant pour savoir la reconnaître, et d’en saupoudrer autour de nous en chemin.

Joyeux Noël, fille!

Mélissa Brassard
MÉLISSA BRASSARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *