Le culte de l’allaitement ou comment faire sentir une nouvelle maman coupable

mother breastfeeding baby crying

T’allaites-tu? Une des questions du classique top trois des nouvelles mamans juste après « As-tu eu un accouchement difficile? » et juste avant le « Y’ fait-tu ses nuits? ».

Si t’as décidé d’allaiter, tu as probablement évité de te faire brûler vive lors des cours prénataux; c’est à croire que les mamans qui donnent le biberon sont des envoyées de Satan direct. Mais au-delà du choix que tu as fait, c’est possible que les choses ne se passent pas comme prévu.

Parlons donc de ton premier mois d’allaitement. Celui où tu es tellement novice en la matière et pas sûre de ta shot que tu vas au CLSC/Clinique d’allaitement/Marraine à chaque semaine. Tu leur expliques que tu as des douleurs, que ton bébé gigote tout le temps, que tu as l’impression qu’il ne boit pas à sa faim et que tes seins sont plus vides en soirée que le désert du Sahara. On te dit que c’est normal, que plus ton p’tit tète et plus tes seins vont produire, que tu vas voir la différence dans une couple de jours. Parfait. Et en attendant, qu’est-ce que tu es supposée faire pendant que ton bébé hurle le soir ? Quand les échantillons Bon Départ commencent à te faire de l’oeil sournoisement ? Que ton petit prend de moins en moins de poids et qu’il est sous la moyenne? Quand le Mieux-Vivre te dit que si tu commences à donner le biberon avant six semaines, ton p’tit risque de ne plus vouloir prendre le sein ou d’avoir de la difficulté par la suite.

Mais non. On continue de te dire de pas lâcher, que ça va aller.

Et ta santé mentale à toi là-dedans ? Quand c’est rendu que tu pleures plusieurs fois par jour, que tu te sens comme une mauvaise mère même si tu n’as pas dormi plus de deux heures en ligne depuis tu sais plus quand. Tu vas les voir pour chercher du réconfort et tu en sors avec un brainwash sur l’allaitement. Au bout de ton jus et de tes ressources, on te propose de tirer ton lait après chaque boire afin d’augmenter (un bon jour) ta production. Même si tu t’étais promis de ne jamais le faire, de ne jamais avoir l’air d’une vache en train de se faire succionner, tu finis par le faire quand même parce que tu ne veux donc pas arrêter l’allaitement afin de donner ce qu’il y a de mieux pour ton bébé. Tu te dis que JAMAIS ton chum va te voir avec ça et ça finit après deux jours que tu écoutes Netflix les boules à l’air avec lui pendant que tu te fais traire par une machine en mangeant des Fritos. #YOLO

Et après avoir versé une marée de larmes pendant des semaines, voire des mois, parce que tu n’arrives à rien d’assez bon pour que ton p’tit soit rassasié et que tu sois aussi heureuse, c’est là que tu te rappelles que tu disais à tous ceux qui voulaient bien l’entendre que tu ne serais pas une de celles qui s’acharnent tellement à allaiter leur petit qu’elles en deviennent malades. Hey fille, check-toi, t’es rendue là. Quand le Fenugrec et le Chardon Béni (ç’a-tu déjà marché pour quelqu’un ça !?) n’ont rien donné et que tu es en train de te rendre malade, je te dis, lâche prise. La détermination et l’acharnement sont de proches cousins et si ils peuvent être bénéfiques à certaines occasions, l’une ou l’autre peut finir par te détruire si tu ne fais pas gaffe.

Ce n’est pas grave si tu combles le boire du soir de ton bébé avec un biberon. Ou que tu commences à faire de l’allaitement mixte. Ton p’tit ne se transformera pas en bibitte, n’aura pas une troisième jambe qui va lui pousser et ne contractera pas une maladie infantile non plus.

Il faut être courageuse pour se résigner. Non, ce n’est pas de l’abandon. Non, tu n’es pas une mauvaise mère. Tu es seulement une maman qui a décidé d’être certaine que son enfant ne manque de rien et qui a eu la vaillance de penser à son bébé plutôt que de suivre à la lettre le culte de l’allaitement.

À toi fille, je te le dis, Chapeau, ne doute pas de toi, tu feras une excellente maman.

Mylaine Bolduc-Lemieux
MYLAINE BOLDUC-LEMIEUX

2 thoughts on “Le culte de l’allaitement ou comment faire sentir une nouvelle maman coupable

  1. Mylène Répondre

    Tellement d’accord! On se sent coupable quand on décide de ne pas allaiter parce qu’ils nous mettent tellement de pression. Vu que je n’ai pas allaiter à mon deuxième le CLSC m’a dit qu’il n’y aurait personne qui allait venir parce qu’il y avait des mamans qui avait plus besoin d’eux que moi. Aujourd’hui mes trois enfants vont très bien et sont en pleine santé. Ben franchement je trouve que ça va trop loin laissez donc les femmes choisir pis arrêter de leur bourré le crâne et laissez les tranquilles.

  2. Catherine Répondre

    Oufff!
    Le fameux sentiment de culpabilité…
    Pour ma part, j’ai allaité mon bébé pendant trois mois, et j’ai continué le dernier boire du soir jusqu’à six mois… Et je m’en suis tellement voulue d’arrêter…
    J’ai arrêté car j’étais au bout du rouleau… Ça ne fonctionnait pas.
    ça faisait plusieurs mois que je me disais «ok, j’arrête!», et que la culpabilité, la plus forte de toutes les émotions, me ramenait «coup de pied au cul», à l’allaitement.
    L’allaitement n’a jamais bien fonctionné pour ma part. Du jour 1. J’étais stressée, déçue… Mon bébé pleurait sans arrêt. Moi aussi je pleurais sans arrêt…
    Jusqu’à temps que je me rende compte que je préférais, et de loin, offrir à mon bébé une maman heureuse au lieu d’une maman qui pleurait toujours et qui s’acharnait à lui donner exclusivement le sein…
    Et un jour, j’ai arrêté de souffrir en silence. J’ai arrêté de me dire que s’il attrapait des microbes à la garderie, c’était exclusivement de ma faute (car le lait maternel offre plus d’anticorps). J’ai arrêté de me comparer à celles pour qui ça fonctionnait si bien. J’ai arrêté de me dire que je suis une mauvaise mère.
    Aujourd’hui, je regarde mon cheminement, et je suis fière. Je regarde mon bébé qui est heureux, en santé, qui s’accomplit de jour en jour et je me dit que je fais de la maudite bonne job. Je regarde la mère que j’offre à mon enfant, et je peux me féliciter. Et même si l’allaitement ne s’est pas déroulé comme je le voulais, même si je l’ai longtemps pris comme un échec, je suis fière de moi. Point.
    Je suis heureuse avec ma décision. Et je le vois dans son regard complice qu’il est heureux de me voir heureuse.
    Bravo à toutes les mamans… On est bonne en mautadine 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *