Fumer un joint devant mes enfants – jamais dans 100 ans

woman smoking cannabis

Mon grand, tu es parti dormir chez ce nouvel ami, tu m’as demandé de te faire confiance malgré que je n’avais vu, ni d’Ève ni d’Adam, ses parents. Je sais, je suis encore mère poule malgré tes quatorze ans.

Papa est allé te reconduire, il a échangé quelques politesses avec la maman puis est reparti confiant. Il m’a rassurée en revenant et c’est le cœur léger que nous sommes nous aussi sortis chez des amis.

Puis à ton retour le lendemain, en nous racontant ta soirée, tu as naïvement ou volontairement glissé, entre deux phrases anodines, que les parents de ton ami avaient joyeusement fumé un joint (ou plusieurs) dans l’appartement.

Pas discrètement, pas sur le balcon, dans le garage ou sur le côté de la maison, non.  Devant quatre jeunes adolescents, de treize et quatorze ans.

Je sais que d’ici peu, le tout sera légalisé, que je t’ai déjà avoué l’avoir déjà essayé et que plusieurs de tes oncles et tantes s’y sont adonnés dans leur jeune temps. Je sais que je ne suis pas outrée que quelqu’un s’y adonne de temps en temps. Je sais que je suis ouverte d’esprit sur plusieurs sujets dont la consommation de cannabis dans un environnement sécuritaire et contrôlé. Mais surtout, je sais que je ne pourrai jamais t’empêcher de l’essayer. On en parle déjà ouvertement à la maison.

Ce qui me fâche, c’est l’insouciance de ces parents qui avaient ta vie, le temps d’une soirée, entre leurs mains. Je suis fâchée qu’ils n’aient pas réfléchi à l’influence qu’ils peuvent avoir sur votre comportement, mais surtout scandalisée parce qu’ils devaient être des parents responsables parce qu’ils avaient sous leur autorité et responsabilité parentale trois autres adolescents qui n’étaient pas leurs enfants. Me semble que tu es doublement vigilant dans tes comportements.

Que tu fumes un joint quand tu es seul devant ton adolescent, fine. Que tu en échanges un dans une soirée arrosée avec quelques amis, ça te regarde. Que tu te détendes un soir de semaine avec celui-ci, t’es chez toi. Mais quelle idée t’a traversé la tête de consommer devant mon enfant ?

Moi, lorsque j’invite les amis de mon fils  à coucher, je m’assure d’être en état de réagir si urgence il y a, je m’assure de ne pas prendre un coup de trop, de ne pas être gelée et déplacée. Je m’assure d’être en mesure de prendre mes responsabilités et surtout d’être un parent en qui on aura confiance de confier à nouveau ses enfants.

Fait que quand mon enfant est chez toi, merci de te garder une petite gêne.

Parce que moi, fumer un joint devant mes enfants, jamais dans 100 ans.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Une réflexion sur “Fumer un joint devant mes enfants – jamais dans 100 ans

  1. Sophie Répondre

    D’un côté , ton fils en a parlé ouvertement, lui aussi il a trouvé ça dérangeant ou du moins étrange! Je serais rassurée par un évènement du genre. Ceci dit, tu sais que certains parents achètent les cigarettes de leurs enfants, ou fournissent l’alcool à leurs enfants mineurs? Avec la légalisation, faudra surtout faire confiance en ce que nous avons donné à nos enfants comme éducation et qu’ils seront équipés pour faire les bons choix. Tu peux demander la tempérance aux parents sous un pseudonyme, sur un site qui n’ intéresse que les mamans très à fond dans leur devoir de mère… Je te recommande surtout d’avoir une discussion avec les dits parents . Quand mes enfants étaient jeunes, le mari de ma gardienne leur faisait faire des tours de 4 roues, les enfants adoraient ça et il faisait très attention, mais moi ça me rendait nerveuse. J’ai parlé à ma gardienne et son mari et j’ai expliqué ma façon de voir les choses et plus jamais mes enfants ont fait des tours. Tu vas me dire , que la drogue c’est autre chose, moi je vois un rapprochement car pour moi le 4 roues était aussi dangereux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *