Les 12 grands moments de ton temps des fêtes en famille

boy with fallen xmas tree

Le premier jour de Noël, tu reçois la liste des petits

Tu te rends comptes que les gogosses vues sur le web sont uniquement disponibles en ligne ou en quantité très limitée. Alors dès que tu as pu, tu as mis la main dessus pour ne pas te faire avoir comme l’an dernier avec la Pat’Patrouille. Good job la mère… jusqu’à ce que tu t’aperçoives rendu le 25 que tes enfants ne se souviennent même plus de ce qu’ils avaient demandé et sont finalement déçus de ce qu’ils déballent.

Le deuxième jour de Noël, tu visites le Père Noël au centre d’achats

Avec ta marmaille qui attend ce moment depuis des semaines, tu décides de te pointer au centre d’achats pour voir le Père Noël. Tu sacres déjà intérieurement en voyant la ligne de cinquante pieds formée devant le Royaume magique de la Fée des étoiles et tu regrettes déjà de t’être moquée de l’application te permettant de prendre rendez-vous pour passer devant la file en te disant « Une app pour voir le Père Noël? C’est ben cave, ils ne m’auront pas! ». Après avoir attendu quatre heures, vous arrivez enfin au Royaume où il y a un lutin en fin de shift avec quatre rennes en carton. Mouin…

Le troisième jour de Noël, tu te décides à sortir le lutin

Il fallait bien que ce moment finisse par arriver : l’arrivée du lutin et de ses tours de marde chez vous. C’est bien l’fun d’utiliser les tours du lutin pour te venger des mauvais coups réalisés par tes enfants durant l’année, mais t’es tout de même pognée pour ramasser… Alors ça finit que tu as le lutin le plus dull du quartier parce que contrairement aux autres, il pellette ton entrée puis ça te fait bien plaisir.

Le quatrième jour de Noël, tu as reçu un texto de ta mère

Elle, tout comme les beaux-parents, tantes, oncles et cousins de la fesses gauche, veut savoir ce que tes petits veulent pour Noël… Alors tu te retrouves à gérer une deuxième liste de cadeaux qui est aussi difficile à répartir qu’organiser les huit services d’un dîner d’état. L’un habite à 250 km du Toys’R’Us le plus près, l’autre ne jure que par un jouet fabriqué de façon artisanale. Et là, tu n’as même pas abordé la délicate question du budget… Tu te casses la tête pour trouver différentes suggestions pour tous et chacun… puis ça finit que ton gars a la même auto téléguidée en trois exemplaires…

Le cinquième jour de Noël, tu emballes les cadeaux

Le problème n’est pas nécessairement de les emballer (quoique…), mais plutôt de les ranger jusqu’au 24 au soir. Après tout, c’est le Père Noël qui apporte les cadeaux, pas de vulgaires parents. Tu cherches pour trouver LA cachette du siècle (en maugréant contre ton idée d’acheter un vélo pour ton plus vieux) et lorsque tu as trouvé, tu ris intérieurement de les voir fouiller dans tous les recoins de ta demeure. Tu la trouves cependant moins drôle quand ils tombent mystérieusement sur ton vibromasseur qui ne te masse pas le dos.

Le sixième jour de Noël, tu décides de monter le sapin

Sachant que ta petite dernière n’a pas tout à fait le contrôle de ses mouvements et une curiosité trop développée, tu fais bien attention de ne rien placer de cassant dans le bas du sapin, de garder tes guirlandes fancy dans les hautes branches et de placer des ornements de plastique à la hauteur de ses yeux. Tu vas quand même passer ton temps des Fêtes à retrouver des petits brillants sur ses mains, sa face et… dans sa couche, tu ne veux même pas savoir pourquoi.

Le septième jour de Noël, tu impliques tes enfants dans la cuisine

Le temps des Fêtes est parfait pour faire des activités en famille… Ils sont maintenant assez vieux pour t’aider à faire les biscuits de Noël, non? Armée de toutes tes bonnes intentions, tu les installes autour de la table en t’imaginant les fabuleux biscuits qui seront imparfaits avec leur décoration naïve mais si mignons, comme dans les magazines de cuisine que tu avais déjà reçus avant l’Halloween. Ce que les petits articles ne t’avaient pas dit cependant, c’est que leurs biscuits allaient de toute façon goûter le yiable. En effet, tes petits vont abuser des petits brillants, glaçages et autres Smarties recyclés de leurs sacs d’Halloween sur les biscuits… Ne les jette pas pour autant, mais garde-toi quelques biscuits qui seront plus subtils au goût et cache-les dans le fond de l’armoire, juste pour toi. Quant aux autres biscuits, puisqu’ils ont un taux de sucre assez élevé pour repousser les diabétiques à l’odeur, abstiens-toi de leur en donner après 18h00, sinon ils ne dormiront pas de la nuit… Considérant que tu ne peux leur mettre dans leurs lunchs (pas assez santé), ni les apporter à tes collègues (trop honteuse du look et du goût), tu risques de jeter le reste le 10 janvier.

Le huitième jour de Noël, tu pars dans ta famille

Comme tu as échoué à cacher tes cadeaux et que vous avez trois heures de route à faire pour vous rendre dans la famille pour les Fêtes, vous prenez la mini-van pour y mettre les 87 cadeaux, cinq valises, les petits, les gogosses pour les divertir pendant le trajet, le chien et 12 litres de café filtre dans un thermos. Il n’y a même pas 15 km de fait que la promiscuité amène la chicane, les doléances puis les crises d’enfants qui chialent que leur sœur « respire leur air ». Ne désespère pas puis rappelle-toi qu’il te reste seulement 275 km à parcourir.

Le neuvième jour de Noël, tu habilles tes enfants pour les Fêtes

Ce qu’ils étaient beaux, les collants avec des étoiles pour ta petite princesse. Ce qu’il était mignon le mini-nœud papillon! Au magasin, tu n’as pas pu te retenir de leur acheter du linge trop cute, n’est-ce-pas? Le soir du premier party, tu t’engages dans un combat sans fin pour que tes petits chéris portent ce que tu avais choisi pour eux. Il y a toujours quelque chose qui gratte ou qui est trop serré dans le petit kit, l’enfant se sent aussi confortable que sur un tapis de clous puis à force de gratter, soit le tissu déchire ou la peau vient au sang et finit par tacher. Alors les enfants se retrouvent en pyjama assez rapidement… pour leur plus grand bonheur.

Le dixième jour de Noël, vos partys de Noël débutent

Avec vos quatre heures de char dans le corps la veille, tu le sais que ce soir est la première d’une longue série de soirées qui vont finir après minuit pour toi et les enfants. Mais bon, excités comme ils sont, impossible de les coucher une petite heure durant l’après-midi juste pour qu’ils n’aient pas l’air de bœuf devant la dinde ce soir. Alors tu te résignes à subir tes enfants à partir de 23h00. Peut-être pas les premiers soirs, mais rendu au quatrième party de suite, ton vino sera ton ultime allié dans l’adversité.

Le onzième jour de Noël, tu te rends compte que vous avez oublié de vous trouver un Père Noël pour les enfants

Le 24 au matin, ta belle-sœur te regarde, angoissée : a-t-on trouvé quelqu’un pour remplir le rôle du Père Noël pour ce soir? Après avoir écarté les pères des enfants présents (trop faciles à reconnaître), votre beau-père (qui n’a plus la force de traîner une poche de 150 lbs) et avoir pensé à prendre l’une des tantes les plus jeunes, votre choix s’arrête sur un cousin éloigné. Après lui avoir proposé et finalement l’avoir contraint, il se plie au jeu et va se changer. Au moment de se présenter devant les enfants, il se prend une bière, lance un tabarnak bien senti et se fait reconnaître par ta nièce qui a reconnu sa montre qu’il avait oublié d’enlever. Prends ça du bon côté la mère, c’était la dernière fois que vous vous aurez donné le trouble de cacher vos cadeaux et d’échafauder un plan pour que le Père Noël se change dans la chambre froide du sous-sol et qu’il sorte par la fenêtre d’en arrière pour faire le tour de la maison et apparaître dans l’entrée.

Le douzième et dernier jour de Noël, Noël est fini

Tu es en lendemain de veille, mais pas tes enfants… Même s’ils se sont couchés à 2h00 du matin, ils te réveillent à 6h00 pour que tu les aides, avec tes yeux croûtés de mascara, à monter les jouets en double qu’ils ont reçus la veille. Ton café à la main, tu regrettes les lendemain de party sans enfants où tu n’avais que ton foie à t’occuper. Tu planifies déjà les bagages à refaire, la route à redescendre… Mais c’est pour une bonne cause, c’est pour retrouver ton lit douillet et du même coup te débarrer le dos qui subit un lit futon depuis six jours. Tu commences à penser à ramasser quand tu t’aperçois qu’il neige sur un sale temps. Le verdict de ton chum est sans appel : vous ne pouvez prendre la route, trop dangereux. En attendant que le tout se calme, dépose ton café ma belle puis va te recoucher, tu le mérites. Tu vas te refaire des forces en prévision du Jour de l’an dans cinq jours.

Christine M.
CHRISTINE M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *