L’amour envers l’un n’empêche pas le désir d’un autre

infidelity concept

Aujourd’hui, j’ai envie de te raconter une belle histoire d’amour et de fidélité, mais aussi, une belle histoire de désirs et d’envies. Parce que l’amour et le désir se déclinent en tellement de nuances.  Parce que tout n’est jamais complètement noir, ni blanc.  Et surtout, parce que l’amour envers l’un n’empêche pas le désir d’un autre.

Alors voilà mon histoire.

Après des années à éprouver du désir et à refouler son amour envers moi, un autre homme que le mien m’a avoué ses sentiments.  Avec l’espoir de se libérer d’un poids devenu trop lourd à porter et n’ayant pas su s’en départir autrement, il a décidé de jouer avec moi la carte de l’honnêteté.  Advienne que pourra, il ne pouvait plus vivre avec ça.

Comme un orage violent qui frappe soudainement, j’ai reçu sans y être préparée son débordement de sentiments. Lui et son aveu déroutant ont envahi mes pensées de mère de famille, rangée et heureuse en couple, et ont réveillé la femme en moi, celle qui a besoin de se sentir désirable et aimée.  Celle que j’ai tranquillement perdue de vue dans la maternité, la routine et les nombreuses années de vie en couple.

À travers les yeux de cet homme, j’ai eu l’impression d’être sa perfection.  À travers son regard amoureux, je me suis sentie extraordinairement belle, importante et désirée.

J’ai donc consciemment laissé ce raz-de-marée d’émotions nouvelles me submerger, parce que les sensations que ça m’apportait était beaucoup trop enivrantes et le désir naissant au creux de mon ventre beaucoup trop brûlant pour les laisser passer sans penser les goûter, ne serait-ce qu’un peu.  Juste un peu.  Juste une fois.

Pourtant, ma raison était parfaitement claire.  J’aimais toujours celui qui partageait ma vie.  Je n’étais pas amoureuse de cet autre homme.   Mais autant ma raison savait, autant mon corps frémissait et mon cœur s’emballait à l’idée de consumer la tentation. Et même si les sentiments amoureux n’étaient pas partagés, sa confiance et sa transparence m’avaient touchée et troublée, faisant naître entre nous une proximité et une intimité insoupçonnée.  Le courant passait.  Fort, troublant, envahissant, dérangeant.  Mon désir grimpait à vitesse grand V quand ses yeux amoureux plongeaient au fond des miens.

Alors, j’ai été tentée.  J’ai été tentée de me laisser aller, et de lui offrir ce qu’il désirait si ardemment.  J’ai été tentée d’être égoïste et de laisser cet autre homme me posséder.  Pour mon plaisir à moi.  Pour me sentir vivante, sous ses doigts qui me découvraient pour la première fois.  Pour me satisfaire, de le satisfaire lui.  Pour lui offrir ce que j’avais de plus intime et qu’il désirait secrètement depuis si longtemps.

Mais j’ai résisté.  J’ai résisté par amour.  Parce que mon homme savait.  Parce que j’ai osé lui en parler.  Parce que mon homme aussi m’aimait et me désirait, plus que jamais.  Parce qu’il n’avait pas perdu de vue la femme désirable et aimée que j’étais à ses yeux.

Et l’autre a résisté aussi, par amour, comme j’aime encore le croire aujourd’hui.  Parce que cet homme qui m’aimait à distance ne voulait pas changer ma vie, si ce n’était pas ce dont j’avais envie.  Pour lui, sa raison, son corps et son cœur étaient au diapason.  Il me voulait, mais au complet.  Pas juste un peu, pas juste une fois. Il m’a ouvert son cœur, mais sans jamais tendre ses bras. Il m’aurait prise, si je m’étais donnée, mais il n’est pas venu me chercher.  Il me respectait trop pour m’emmener là où je ne voulais pas aller.

Mais si mon homme avait douté de moi ou de son amour pour moi?  Et si l’autre était débarqué dans ma vie au moment où mon couple était à la dérive?  Et s’il m’avait désirée au moment où mon homme ne me désirait plus?  Et s’il m’avait un peu moins aimée en entier, et avait un peu plus espéré posséder mon corps? Et s’il avait posé ses lèvres sur les miennes et m’avait touchée, à cet instant précis où mon désir était en train de l’emporter sur ma raison?

Et si?

Je ne le saurai jamais.

L’amour et le respect ont eu raison de tous ces désirs et ces envies.

Ils m’ont empêchée de franchir complètement la dangereuse frontière que j’avais commencé à traverser.

Et aujourd’hui, je n’en garde aucun regret, seulement le doux souvenir d’avoir été profondément aimée.

Deux fois plutôt qu’une.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *