Ton enfant velcro

kid grabbing mothers legs

Enfant velcro moyen :  petit être complètement dépourvu de toute forme d’indépendance et qui a largement dépassé l’âge acceptable où il est normal de voir l’enfant accroché à sa mère de façon quasi permanente.

Toi, chez vous, t’en possèdes une petite bibitte du genre. Dans ta famille, vous l’avez affectueusement surnommé Ventouse.

Ventouse est le petit dernier et il ne peut, en aucun cas, ne PAS t’avoir dans son champ de vision. Idéalement, dans sa perspective des choses, il est sur, à côté, par-dessus ou en dessous de toi en autant qu’il y ait une partie de son petit corps qui effleure ou touche complètement le tien. Tu penses sincèrement que si c’était physiquement possible pour lui, il retournerait à l’intérieur de ton utérus… oui, il est à ce point fusionnel! Pis toi ben, malheureusement, ça te rend complètement folle. C’est plate à dire là, mais dans la vie, tout un chacun a besoin d’un minimum d’espace vital (oui, même les mamans), pour faire des trucs comme se laver, manger, travailler, cuisiner et aller à la toilette. Toutes des activités que tu aimes bien faire seule ou du moins, avec un minimum d’espace autour de toi; pas avec un petit bout de personne scotché à ta jambe de manière pratiquement permanente… et agressante qu’on se le dise.

Ça fait bien maintenant quelque temps, voire des années que ça dure, si bien que la technique de ventouse pour se fixer à toi a évolué au point que tu n’as même plus besoin de la tenir. Ventouse se scotche à toi tel un ruban adhésif de haute qualité! Tu peux donc disposer comme bon te semble (ou presque, enfin, dans certaines occasions qui ne requièrent pas trop de dextérité manuelle) de tes mains! Ainsi, lorsque tu reconduis fille aînée à l’école le matin, eh bien, petit bout d’humain velcro s’accroche après toi tel un petit singe te permettant ainsi de tenir la main de l’autre enfant (celui dont la survie ne dépend pas du fait que tu sois à proximité immédiate au moins dix heures par jour) et peut-être même sa boîte à lunch… tu vis dangereusement des fois, t’sais!

Posséder un petit velcro humanoïde fait aussi en sorte que tu appréhendes grandement tes soirées et ce, bien malgré le fait que ton coeur de maman a toujours hâte de voir leurs petites faces joufflues et de leur demander comment s’est passée leur journée! Oui, parce que c’est généralement vers quinze ou seize heures que le désir de proximité absolue de ventouse à ton égard (qui a dû être refoulé toute la journée) est prêt à exploser! C’est alors que toutes les étapes nécessaires au bon déroulement de la fin de journée deviennent ardues : faire le souper seule? Non, impossible! Parler à l’homme de choses et d’autres? Nope! Interagir avec la plus vieille? Très difficile! Aller promener le chien? Penses-y même pas, refile la tâche à père indigne! Même aller à la salle de bain accomplir tes besoins primaires (qui devraient être un moment de solitude absolue selon les standards sociaux) n’est pas envisageable!!! La liste est longue! Heureusement, l’enfant velcro que tu possèdes étant encore en bas âge, l’heure du dodo (ou l’heure des trente-deux mille demandes de bisous et câlins supplémentaires) n’est pas très tardive, ce qui te permet ensuite de disposer de ton espace vital ainsi que de l’oxygène l’accompagnant comme bon te semble!!!

Mais au fond de toi, malgré tes nombreuses exaspérations quotidiennes, tu l’aimes ta ventouse! Et rappelle-toi quand ta patience fait place à l’exaspération que, dans quelques années, ton petit dernier, celui qui est toujours scotché à toi ben, il ne voudra plus. Il ne demandera plus de quarante-douzième bisou avant de dormir ou se faire prendre vingt fois par jour pour blottir sa petite tête dans ton cou juste parce qu’il veut respirer l’odeur de ton parfum. Il ne désirera assurément plus que tu sois dans son champ de vision, du moins pas trop souvent, parce qu’il voudra vivre sa vie à lui et avoir son espace vital à lui et ce sera toi, à ce moment-là, l’intrus, la ventouse, et tu te rappelleras combien il t’exaspérait ton petit bout de papier collant, mais à quel point maintenant tu reviendrais en arrière pour sentir ses petites mains joufflues dans tes cheveux. Profitons de ces petits moments qui, une fois passés, ne reviennent malheureusement pas…

Isabel Lepage
ISABEL LEPAGE

Une réflexion sur “Ton enfant velcro

  1. Linda Bourbonnais Répondre

    Vive les enfants velcros la mienne ne l’a pas trop été alors si les siennes le sont et bien à charge de revanche ma chère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *