Ton célibat maternel et le maudit timing

woman embrace man

Tu l’as rencontré dans un moment où tu ne t’y en attendais pas, un moment où tu ne cherchais pas à tomber en amour. Tu voulais juste rencontrer et t’amuser un peu pour te faire sortir de ta solitude et de ta vie qui est devenue un vrai chaos depuis que tu as décidé de quitter le père de tes enfants.

Tu l’as vu et en un instant, tu as plongé dans son regard et tu as compris que cette personne devant toi était spéciale. Un passionné comme toi. Il ouvrait la bouche et tu buvais ses paroles. Accrochée à ses lèvres que tu ne pensais qu’à embrasser.

Les rires, les sourires, les conversations plus intimes, les révélations chocs. Il partageait tes goûts, tes envies, vous sembliez avoir la même vision de la vie et les mêmes désirs : être heureux et reconstruire une famille. Il faisait l’amour comme un dieu et vous étiez des inséparables la nuit et complices le jour. Vraiment, tout y était pour réussir… enfin presque!

Il manquait une seule petite chose : le timing. Le maudit timing.

Il venait peut-être de se séparer d’une fille dont il était éperdument amoureux et qu’il n’arrivait pas à se sortir de la tête. Une fille qui avait détruit son amour-propre et ses rêves. Une fille qui l’empêchait de voir qu’une autre encore mieux qu’elle était devant lui et qui ne demandait qu’à offrir son amour à lui et à personne d’autre, juste à lui. Mais l’amour rend aveugle et il ne voyait plus ce que la vie pouvait lui apporter de mieux. Tu lui as dit de prendre son temps, tu pouvais le comprendre toi qui étais déjà passée par là. Mais le temps ne suffisait pas. Il était trop blessé pour pouvoir être capable de donner à nouveau. Il ne te restait qu’une seule chose à faire, c’était de partir. Une décision très déchirante, mais nécessaire. Tant qu’il ne serait pas guéri, ce serait ainsi. Laisse-le se retrouver. Laisse-le revoir la beauté du monde. Laisse-le renaître de ses cendres.

Il habitait peut-être à Québec et toi à Montréal. Vous aviez fait la route mille et une fois pour vous voir, vous avez bravé des tempêtes de neige en janvier pour pouvoir vous retrouver l’espace d’un week-end chez l’un ou chez l’autre. Au début, la distance ne vous dérangeait pas, mais au fil du temps, ce n’était plus la voiture qui s’usait, mais les sentiments et la distance était de plus en plus difficile à vivre. Vous avez bien tenté de trouver une solution pour vous rapprocher, mais chacun dans vos vies vous ne pouviez pas faire ce compromis, ni toi ni lui. Les rencontres se sont espacées, puis il a fini par rencontrer une fille plus proche.

Tu venais peut-être de te séparer. Drôle de moment pour rencontrer l’homme de sa vie, il savait que tu vivais dans le chaos total, vente de maison, garde partagée plus ou moins déterminée. C’était la première fois de ta vie que tu te séparais avec des enfants. Tu étais un peu perdue dans tout ce tralala et entre les avocats, médiateurs, etc. Tu n’y voyais plus clair. Afin de l’épargner de tout cela, tu as décidé de mettre un terme à cette relation même si ton cœur te disait le contraire. C’était trop compliqué et tant que tu ne serais pas déposée dans ta nouvelle vie, c’était probablement mieux ainsi… enfin, c’est ce que tu croyais.

Peu importe la raison, c’était malheureusement un mauvais timing. Mais tu y as tout de même cru et tu aurais bien aimé qu’il reste dans ta vie, car ce garçon avait ce petit quelque chose que les autres n’avaient pas et il a su te faire sentir vivante, chose que tu croyais éteinte depuis bien longtemps. Et soyons honnêtes, tu étais tombée en amour avec lui.

Même si parfois tu meurs d’envie de lui envoyer un texto pour lui dire que tu t’ennuies, tu sais qu’il est plus sage de lui envoyer un peu d’amour par le vent et de lui souhaiter d’être heureux, les pensées se rejoindront quelques part et même s’il ne le saura jamais, je suis certaine que ça lui fera du bien. Et qui sait… vos chemins se recroiseront peut-être… sinon garde espoir que la vie va continuer de te porter vers ta destinée.

Et si jamais tu croises le timing dans la rue, ne te gêne pas pour lui foutre une ou deux claques de ma part, il m’en doit aussi une!

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *