À toi, la femme qui se demande si elle est enceinte

woman hope to be pregnant

Frénésie. Peur. Excitation. Impatience. Espoir. Angoisse. Découragement. Toutes des émotions que tu ressens peut-être, toi, la femme qui se demande si elle est enceinte. Pour plusieurs raisons, la vie peut te faire croire qu’un petit être est en train de construire son nid dans ton ventre. Pour ton plus grand bonheur ou au contraire, pour ton plus grand malheur.

Et là, aujourd’hui, tu vis dans cette période de questionnements interminable, attendant le moment où tu pourras faire le test fatidique. Et tu trouves ça long. Vraiment long. En fait, tu n’en peux plus de trouver ça long.

Tu fais peut-être partie de celles qui vivent ce moment pour la toute première fois. Vous venez tout juste de prendre la décision d’avoir un petit bébé, toi et ton amour. Vous vous êtes donc mis en chantier pour la première fois ce mois-ci. Vous avez du plaisir, vous vous aimez follement, vous espérez que cet enfant vienne vous combler d’un bonheur plus grand encore. Alors tu t’imagines déjà le nom que vous lui donnerez en allant acheter ton test à la pharmacie. Et tu attends, pleine d’une excitation nouvelle, que le temps soit venu pour peut-être faire apparaître la deuxième petite ligne sur le bâtonnet.

Tu fais peut-être partie de celles qui vivent ce moment pour la centième fois. Vous avez décidé, il y a bien longtemps, que vous vouliez un petit bébé, toi et ton amour. Vous êtes donc en chantier depuis beaucoup trop de mois déjà, vos efforts n’aboutissant pas à la venue de cet enfant en toi. Même si vous vous aimez follement, cette situation rend parfois l’air lourd à respirer autour de toi. Comme à chaque fin de mois, tu te rends à la pharmacie le cœur gros, comme sur le pilote automatique et essayant de ne pas trop te créer de faux espoirs. Et tu attends, pleine d’un découragement entrecoupé d’espoir, que le temps soit venu de peut-être faire apparaître la deuxième petite ligne sur le bâtonnet.

Tu fais peut-être partie de celles qui ne veulent pas vivre ce moment, pas maintenant, pas tout de suite. Tu n’as jamais réfléchi au fait d’avoir des enfants, et tu n’as même pas de réel amoureux. Mais tu as eu un petit accident de parcours, un chantier involontaire. Tu n’es pas en amour, ce n’est qu’une relation instable avec un homme que tu n’imagines pas forcément comme le père de tes enfants. Tu te rends donc à la pharmacie, les mains tremblantes, espérant ne pas croiser quelqu’un que tu connais dans l’allée des tests de grossesse. Et tu attends, pleine d’une peur immense, que le temps soit venu de peut-être faire apparaître la deuxième petite ligne sur le bâtonnet.

Tu fais peut-être partie de celles qui sont déjà passées par là, mais qui n’étaient pas encore prêtes à revivre ce moment. Vous n’aviez pas encore pris de décision, toi et ton amour, à savoir si votre famille était complète ou non. Vous vous aimez encore, mais le brouhaha de la routine familiale te fait douter qu’un membre de plus serait le bienvenu. Vous ne vous êtes donc pas mis en chantier, mais avez oublié de faire attention un certain soir. Alors bien malgré toi, tu te rends à la pharmacie le cœur mélangé entre le bonheur d’avoir un nouveau bébé et la charge de temps et d’énergie supplémentaire qu’il apporterait à ta vie déjà bien remplie. Et tu attends, pleine d’une angoisse difficile à contenir, que le temps soit venu de peut-être faire apparaître la deuxième petite ligne sur le bâtonnet.

Peu importe si tu as envie ou non de voir grandir cet enfant en toi, ces quelques jours d’attente avant d’obtenir une réponse te paraîtront probablement une éternité. Tu observes ton corps tout entier afin de voir se poindre le moindre petit symptôme, tu paniques ou tu sautes de joie  au moindre petit haut-le-cœur. Tu espères peut-être voir apparaître tes règles à chaque fois que tu vas à la salle de bain ou au contraire, tu les redoutes profondément. Tu fais peut-être aussi l’autruche en faisant semblant de ne pas te rendre compte que tes seins sont plus sensibles depuis quelques jours ou tu les vérifies tellement souvent que tu t’imagines qu’ils le sont.

Mais toi, ma belle maman, ma future maman, et même toi, celle qui ne souhaite pas le devenir, sache que ton attente se terminera bientôt. Dans quelques jours, quelques heures, quelques minutes, tu sauras de quoi ton avenir sera fait.

Et le plus sincèrement du monde, je te souhaite que cet avenir soit celui que tu espères.

Audrey Roy
AUDREY ROY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *