Mes enfants, parfois, j’aimerais que le temps s’arrête

mother and kid moment black and white

Chers enfants,

Parfois, j’aimerais que le temps s’arrête. Souvent, la routine et le temps qui va trop vite me font oublier de regarder, de vous observer, dans toute votre splendeur, votre innocence grandiose. Il y a de ces petits moments parfaits qui mettent un baume sur notre vie imparfaite. Parfois, je ne les vois pas. Je suis trop occupée à courir comme une poule pas de tête. Souvent, pour me faire pardonner, je veux immortaliser ces instants et « clic », un-deux-trois-quatorze clichés sont pris. Souvent, ils sont perdus dans le lot de moments plus ou moins futiles dans les catacombes numériques de mon téléphone cellulaire, le firmament Facebook ou le nuage informatique infini.

Je veux arrêter, regarder, savourer de petits moments magiques qui sillonnent ma vie. Des polaroïds de bonheur, que je désire immortaliser, dans ma tête, afin d’apprécier pleinement ma vie. Vous êtes au cœur de ma vie, mes chéris, et j’ai le goût de profiter davantage de chaque instant, pour vrai, et de laisser la routine un peu de côté parfois. Je désire immortaliser des parcelles de plénitude aussi souvent que possible, savourer le bonheur dans sa simplicité, même si mon côté Germaine/TOC en souffrira légèrement.

J’ai envie de laisser tomber les devoirs un soir de semaine pour vous entendre rire aux éclats en jouant à un jeu de société. De voir à quel point vous apprenez une foule de choses simplement en vous amusant, en discutant, et en apprenant à gagner humblement ou perdre en souriant.

J’ai envie de prendre le temps de vous réveiller tranquillement, de laisser vos céréales ramollir pendant que vous vous souhaitez « bon matin », les yeux encore collés mais remplis d’amour les uns pour les autres.

J’ai envie d’un « au revoir » senti et sincère, avec le temps qu’il faut pour le vivre pleinement, lorsque nous devons nous quitter pour quelques jours. Ce ne sont pas quelques automobilistes pressés qui nous empêcheront de vivre ces instants qui reviennent parfois trop vites.

J’ai envie de laisser nos écrans de côté pour vous observer. Vous êtes si beaux, quand vous vous racontez des histoires, quand vous faites des jeux de rôles ou simplement quand vous dessinez. Je vous vois grandir à chaque seconde qui passe… c’est merveilleux.

J’ai envie de reconnaître que ce que je vous enseigne porte fruit. Lorsque vous vous encouragez, que vous vous entraidez, que vous vous consolez l’un l’autre. Vous me rendez si fière, mes petits.

J’ai envie de couper le son autour de moi, de faire silence complet, de mettre tout le monde à « mute », afin de laisser chaque câlin, chaque bisou, envahir tout mon être. Ces petits gestes ont parfois tant de choses à dire, que le bruit ambiant camoufle un message subtil, mais si riche.

Parfois, j’aimerais que le temps s’arrête. Malheureusement c’est impossible, mes chers enfants. Par contre, je vous promets une chose : je vais tenter, chaque jour, de m’arrêter, moi et mes mille futilités, afin de prendre le temps de vous donner la chance de me dire à quel point la vie est belle. Que vous êtes beaux, dans vos petits moments de perfection qui passent ici et là.

 

Lysiane Beaubien
LYSIANE BEAUBIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *