Ta libido perdue

no sex concept

Dans ton autre vie, celle avant d’être maman, tu assumais plutôt bien ta sexualité. Presque comme un scout, tu te sentais pas mal toujours prête.  Prête à t’amuser, à savourer, à partager, à échanger. Les occasions n’étaient jamais trop nombreuses et les moments, jamais mal choisis.  T’étais curieuse, toujours prête à essayer et découvrir une nouvelle façon de savourer ce petit plaisir de la vie.  Y’a pas à dire, dans ton autre vie, ta libido et toi, vous ne faisiez qu’un, si bien que fréquemment, il t’arrivait même de laisser tes pensées bifurquer vers le sexe et ce, peu importe l’heure et le moment.

Il faut être honnête, ça, ça t’arrive encore. Dans le fond, dans tes pensées, rien n’a vraiment changé. Tu t’inventes encore des scénarios olé olé et t’es encore une tigresse enflammée. Pourtant, quand tu rentres chez toi le soir, les scénarios s’envolent. Avec ta nouvelle vie de maman, t’as troqué tes fantasmes et ta spontanéité pour les devoirs et les bœufs braisés.

En voyant ton chéri, tu te dis que vous vous manquez. Tu t’ennuies du temps où votre libido s’enflammait quand vos regards se croisaient. Tu t’ennuies de lui, tu t’ennuies de toi aussi. Tu t’ennuies de vous. 

Tu prends le temps de respirer et de te rassurer. Ce n’est pas la fin du monde après tout.  Tu te rassures en te disant que le désir est encore là et que tôt ou tard, cette jolie marmaille, que vous avez eu tant de plaisir à créer, ira bien se coucher.  Tu t’accroches à cette pensée. Tu te dis même que ce soir, tu te laisseras aller. Ce soir, tu t’es donné comme mission de retrouver ta vielle amie : ta libido.  

Pourtant toute ta belle volonté s’évapore entre les devoirs, la cuisine, le livre d’avant dodo, la brassée de lavage, les lunchs de demain, le ramassage; tu es brûlée.

C’est donc l’âme un peu triste que tu retrouves ton lit le soir. Ce lit où est déjà  blotti ton tendre chéri.  Tu te remets à penser à tous ces moments où tu y as pensé dans ta journée. Tu te rappelles la promesse que tu t’étais faite. Mais où s’est-elle encore enfuie, ta libido ?

Malgré toi, tu dois te l’avouer, tu n’as plus tant la tête à la retrouver. L’âme et le corps épuisés, tu prends quand même le temps d’essayer. Tu te répètes stupidement que l’appétit vient en mangeant… Tu te répètes un peu bêtement, qu’ « une fois commencé », tu ne le regretteras pas.

Heureux, ton chéri t’accueille à bras ouverts. Parce qu’il ne t’en parle pas, mais lui aussi, il s’ennuie de toi et de ta libido. Lui aussi, il s’ennuie de votre « vous ».

T’essaies fort et tant bien que mal de te concentrer et de chasser de ton esprit la feuille de sortie que tu as encore oublié de signer. T’essaies autant que tu peux de ne pas entendre le son de la laveuse qui vient de terminer son cycle.  T’essaies encore et encore d’arrêter de fixer la porte de votre chambre que tu hallucines ouvrir depuis le début.

C’est là qu’il te regarde. Tu vois dans ses yeux qu’il ne te sent pas là. Tu vois aussi que malgré tout, il ne te juge pas.  

Dans tes scénarios, ton homme n’essuyait pas une larme sur ta joue lorsqu’enfin, vous vous retrouveriez sous la couette. Dans tes scénarios, il ne te demandait pas ce qui se passait.  Dans tout ce que tu avais pris soin d’imaginer, tu n’avais pas à t’excuser de ne pas y arriver, de ne pas avoir envie.

Avec sa compréhension, sa douceur et son amour, tu réussis quand même à y trouver du plaisir, à y trouver une certaine satisfaction. Toutefois, même si tu es comblée par la vie familiale que tu as créée, parfois, c’est plus fort que toi et tu regrettes un peu cette vie d’avant où tu avais envie à toute heure du jour et de la nuit.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *