Aaaaah ton BABI d’amour

baby crying

Si on t’avait dit qu’en accouchant de ta petite deuxième, ça allait être ainsi, tu ne l’aurais pas cru. Ton premier était tellement… tellement… calme. Ça a pris quelques semaines avant que tu découvres cet article qui parlait des BABI. 

BABI : bébé aux besoins intenses. Terme non médicalement reconnu (QUOI????). Ok, pour ton bébé ça changera rien, il n’arrêtera pas de pleurer pour autant, mais pour ta santé mentale par exemple… Oufff!

Pour certains, tu chiales pour rien. Oui, elle est en santé, oui, elle est belle comme tout, mais ce n’est pas pour autant que tu as envie de l’entendre hurler sa vie comme si tu venais de lui amputer les deux bras en même temps.  

Elle ne dort pas plus de cinq minutes d’affilée dans son lit, ne tolère pas d’être dans la chaise vibrante si tu n’es pas à côté pour lui faire des guili-guili. Elle pleure même si elle a bu, que sa couche est propre, qu’elle a été bercée, cajolée, collée pendant de longues minutes. Elle n’est bien que dans les bras de quelqu’un, de préférence maman, mais les bras de papa ou mamie sont tolérés un certain temps. Elle est facilement irritable. On t’a dit que c’était seulement un bébé à bras, mais au fond de toi, tu savais que c’était plus que ça.   

Et puis, quand tu oses en parler autour de toi, TOUT LE MONDE a son mot à dire (tu voulais  juste te défouler. Tu ne demandais pas nécessairement leur avis.). Comme s’il y  avait seulement une façon d’agir pour «casser» son caractère. Ehhh Ohhh! S’il y avait une méthode INFAILLIBLE qui fonctionne avec tous les bébés, il y aurait déjà un livre. Et sinon, il te ferait plaisir d’écrire : Comme gérer un BABI, pour les nuls!  

Conseils/commentaires entendus. 

#1  Ton bébé est trop gâté

Peut-on vraiment gâter  un nourrisson? Si tu entends par là que madame a boycotté tes  nichons à deux semaines de vie tout en refusant la préparation maternisée… Ce qui t’a valu onze mois de tire-lait huit à dix fois par jour, eh bien oui, elle est gâtée. D’ailleurs, elle ne t’a jamais remerciée pour cela. Quelle fille ingrate que tu as faite là! 

#2 Laisse-la pleurer, elle va finir par arrêter

La réponse est  : NON! Ils pensent réellement que tu n’as pas essayé cette tactique? Volontairement et involontairement ? Quand tu es seule le soir avec tes enfants et que ton plus vieux veut souper, bien tu n’as pas le choix de le lui faire (t’sais, si tu veux éviter d’en avoir un deuxième qui braille sa vie). Fait que, oui, tu l’as laissé pleurer. Une heure et  dix minutes. Ta santé mentale ne pouvait tolérer plus et le caractère du plus vieux non plus. Alors tu as abdiqué. Tu as même essayé de le faire avant le dodo pensant qu’elle allait s’endormir de fatigue à force de pleurer. Résultat  : elle s’est endormie vidée, oui, mais debout la face sur le bord de sa couchette. Culpabilité 101 a alors fait son entrée dans ta tête. 

#3  Elle veut juste de l’amour

Ok. Réponse de MARDE. Ils pensent que tu n’aimes pas tes enfants ou quoi? Nos enfants, même s’ils nous exaspèrent parfois, on les aime. C’est viscéral, c’est indescriptible comme sentiment. Alors leur théorie de l’amour, ils peuvent bien se la mettre où tu penses.  

#4  Avec le temps, ça va aller mieux

Hahahahahahah! Tu te bi-don-nes! Tu attends encore que ce «temps-là» arrive. Elle aura bientôt trois ans et est toujours aussi braillarde, intense, anxieuse et collante qu’à sa naissance. Tu ne perds pas espoir par contre. Elle quittera un jour le nid familial.  

Tout ça pour dire qu’avoir un BABI, ce n’est pas facile. Tu sais que ta vie changera en mettant au monde ces petites bêtes-là. Mais on le réalise seulement quand elles sont là. Et quand tu as un bébé qui demande encore plus, eh bien c’est ENCORE PLUS difficile de s’adapter. Ne jugez pas, ne sortez pas des théories à 2$ devant ces parents-là. Offrez leur juste votre aide l’espace de quelques heures pour leur donner un break, qu’ils puissent dormir dans leur lit SEULS.  

Marie-Ève Veilleux
MARIE-ÈVE VEILLEUX

2 thoughts on “Aaaaah ton BABI d’amour

  1. Alice Répondre

    Pour nous, c’est bébé numéro un qui est un babi. Quand tu en a déjà eu un calne, tu sais que tu es capable de faire une bonne job en tant que parent, mais quand c’est ton seul, tu te sent vraiment comme de la m** et tu crois que tu n’étais pas fait pour ça, que tu est un mauvais parent… Après tout, être parent c’est supposé être merveilleux, non? Tu es supposé reprendre le sommeil perdu ou faire des corvées ménagères pendant que petit trésor dors, non? C’est triste mais ici il n’y aura pas de petit 2e, et même si on me dit qu’ils sont tous différents, et si j’en avais un deuxième comme ça, alors que bébé numéro un ne fais toujours pas ses nuits à 3 ans?

  2. Carolina Répondre

    Moi aussi la babi était la première! À 3 semaines on m’a dit que c’était des coliques et que ça passe après 3 mois ! J’entendais « une éternité »! J’avais une angoisse intense quand mon chum allait se coucher pour la nuit (car il travaille le jour) que je me retrouvais seule avec bébé qui pleurait toute la nuit. Je suis tombé enceinte du 2e quand elle avait 5 mois. J’en étais immensément soulagée : n’importe quel changement dans cette synergie entre ma fille et moi ne pouvait qu’être bénéfique. Je sentais que j était au fond du baril. Mon fils m’a vraiment sauvée de la dépression. Il était un ange! Il est venu me rassurer que je n’étais pas une mauvaise mère 😢

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *