Ode à toi, la femme infertile

sad woman negative pregnancy test

À toi, la femme qui n’arrive malheureusement pas à concevoir d’enfant,

Je sais que tu lis nos textes à l’occasion. Je sais aussi que certains d’entre eux te font grincer des dents et te donnent envie de t’arracher les cheveux, par moments. Je sais aussi que tu ressens probablement l’envie de nous crier toutes les bêtises du monde suite à la lecture de certains sujets abordés.  Aujourd’hui, forcée d’admettre que tu as raison, je tiens à ce que tu saches que derrière chacun de nos textes quelle qu’en soit la saveur, nous avons une pensée pour toi.

La vérité, c’est que l’être humain n’est jamais content. Je ne peux pas te dire si c’est faute d’apprécier ce que nous avons ou si c’est dû au fait que l’on s’enfarge rapidement dans la routine quotidienne de la maternité. Celle qui nous pousse à oublier que certaines d’entre nous n’ont peut-être pas la même chance. La vérité, c’est que pendant que nous chialons sur les heures de sommeil manquées, toi, tu  accueillerais sans hésiter trois pouces de cernes sous tes yeux. Pendant qu’on se flagelle avec le sentiment de culpabilité qu’amènent nos rôles de mère, toi, t’aimerais bien connaître ne serait-ce que l’espace d’un instant, ce que ça fait d’éprouver ce genre de sentiments. Pendant qu’on désespère du nombre de brassées de linge à plier, de soupers à concocter et de lunchs à préparer, toi, tu rêves de petits pyjamas à plier et de purées maison à cuisiner. Pendant qu’on se plaint des congés forcés et des visites à l’urgence qui n’en finissent plus, toi, tu t’absentes du travail pour des visites en centre de fertilité et pour des essais de fécondation in vitro qui, jusqu’à ce jour, s’avèrent sans succès.

Aujourd’hui, j’aimerais pouvoir panser ta peine. J’aimerais pouvoir te dire que toute cette histoire d’infertilité ou d’incapacité à concevoir n’est qu’un cauchemar duquel tu vas bientôt te réveiller. J’aimerais pouvoir t’aider à comprendre pourquoi une femme qui donnerait tout pour aimer un petit être n’arrive pas à le fabriquer. À l’inverse, j’aimerais pouvoir être en mesure de t’expliquer pourquoi,  d’autres,  qui s’en balancent complètement, donnent naissance à deux ou trois enfants pour ensuite les abandonner. J’aimerais pouvoir échanger ma place avec la tienne autant que bon te semble pour te permettre de vivre, toi aussi, la vie de maman. J’aimerais pouvoir te dire de ne pas abandonner, de continuer d’espérer.

Mais aujourd’hui, j’aimerais surtout te dire de ne jamais douter de toi, de tes compétences en tant que maman. De ne jamais t’imaginer, pas même une seule seconde, que la vie t’en veut. Que tu ne mérites pas d’être mère. J’aimerais que tu saches que tout le monde autour de toi sait à quel point tu ferais une maman dévouée. Et que quelque part dans l’univers, un petit être sait la chance qu’il aurait de  t’avoir pour maman. Je veux que tu gardes en toi, tout cet amour prêt à offrir. Tout ce courage et cette persévérance qui font de toi une femme forte et admirable.

Aujourd’hui, je voudrais te dire que malgré nos billets sur les côtés plus négatifs de la maternité, nous avons une pensée pour toi. Bien que ça puisse te paraître étrange, nous pouvons comprendre ton sentiment. Nous le pouvons simplement en fermant les yeux et en imaginant, l’espace d’un instant, ce que seraient nos vies sans la présence nos enfants.

Donc à cause et malgré tout cela, sache que nous sommes de tout cœur avec toi.

Catherine Vignola
CATHERINE VIGNOLA

Une réflexion sur “Ode à toi, la femme infertile

  1. Marie-Pierre Répondre

    Merci pour ça. Xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *