Mon amour, j’ai peur

couple hug

Mon amour,

Presqu’une décennie nous sépare de notre première rencontre, de la première fois que tes lèvres ont touché les miennes. Je t’aime toujours autant, mais différemment. Te rappelles-tu comment c’était intense nous deux? On passait des heures à s’embrasser, à se coller et à se promettre l’éternité. On était amoureux comme des ados même si on avait passé l’âge de la majorité depuis déjà plusieurs années. On a cru notre couple différent des autres, à l’épreuve du temps et de l’usure. On a cru au destin qui nous avait réunis et à l’amour qui, si intense, nous avait rapidement fait oublier nos vieilles histoires qui n’avaient abouti à rien.

Ces temps-ci, je vois les couples se séparer et ça m’effraie. Des couples qui sont ensemble depuis longtemps et qui se sont probablement promis l’éternité comme nous l’avons fait. Je ne me sens pas à l’abri qu’un jour, tu décides de déclarer forfait, que tu lèves le drapeau blanc sur la vie que j’avais tant espérée. Je n’ose pas m’imaginer le mal que je vivrai si un jour tu m’annonçais que tu ne m’aimes plus. Que s’il y avait encore un peu d’amour, nous pourrions espérer que tout s’arrange, mais que sans ça, c’était perdu d’avance. Que nos chemins se sont séparés, sournoisement, sans apercevoir cette épée Damoclès au-dessus de nos têtes. Que même la trotteuse de l’horloge a perdu le compte du temps qui nous sépare de notre dernier souper d’amoureux. C’est vrai qu’on a tendance à s’oublier. On joue parfois les figurants en donnant à nos enfants le premier rôle de nos vies. Nos parents l’ont fait pour nous, alors on le répète naturellement, sans trop que ça nous dérange.

Et j’ai peur qu’on se mente à nous-mêmes. Parce qu’on est confortable dans la vie que l’on mène et qu’on ne se remet plus en question. J’ai envie que tu continues de me faire l’amour avec passion, et non pas par habitude. Je ne voudrais pas que nos regards ne se croisent que pour les formalités qu’exige la vie de famille et que je me satisfasse d’une vie que j’aurais boudée il y a plusieurs années. Je ne veux pas que les mots que tu prononces lorsque tu me déclares ton amour me semblent récités comme un discours appris par cœur. J’ai peur que l’on s’oublie, étourdis par cette vie qui nous place souvent au deuxième plan et que l’on se perde à travers le temps et les responsabilités.

Ces hommes et ces femmes qui ne s’aiment plus, qui se mentent et se trompent sans remords, qu’est-ce qu’ils ont fait ou n’ont pas fait pour se rendre là ? Fait-on ce qu’il faut pour ne pas être emportés dans le tourbillon de nos vies professionnelles et de notre vie de famille? Comment savoir que ce n’est pas ce qui nous attend?

Mon amour, j’ai peur.

Et si on prenait du temps pour nous ? Juste nous deux.

Roxanne Lavoie
Roxanne Lavoie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *