Je doute

insecure woman

Je sais, je suis celle qui doute. Tout le temps.

Je doute de mes capacités à être une bonne mère. Lorsque je me surprends à ignorer les pleurs de mes enfants après une journée épuisante ou encore lorsque les gens me reprochent d’être trop permissive avec eux. Ces moments d’inquiétude, je les déteste, et là, c’est plus fort que moi, je remets en question mes décisions sur leur éducation. Être mère, c’était vraiment fait pour moi ?

Je doute de l’amour de mon homme. Lorsque je le sens beaucoup trop indépendant. Lorsque son corps semble distant et ses yeux ailleurs. Et ces instants d’insécurité, je vous le jure, je m’en passerais. Je voudrais tous les jours, ressentir son admiration pour moi et ne jamais avoir le sentiment d’avoir perdu mes valeurs profondes sur l’amour infini. Suis-je cette femme pour partager son bonheur?

Je doute d’être une bonne personne. Lorsque mon esprit malsain souhaite secrètement du mal à mes ennemis. Lorsque mon égoïsme et la jalousie extrême m’empêchent d’avoir la tête en paix et un cœur léger. Est-ce qu’un jour je vais être capable de pardonner ?

Je doute d’être l’amie que tout le monde souhaite, lorsque mes problèmes semblent plus importants que ceux des autres. Lorsque je me sens inutile et impuissante lorsqu’une amie a besoin de moi. Ces jours, où mes oreilles sont moins attentives et que mes mots sont manquants pour apaiser leurs peines. J’aimerais tant, me sentir plus proche d’elles et être capable de les serrer fort contre moi. Elles, elles seront toujours là pour moi ?

Dans le fond, je doute un peu de tout. De mon travail stressant, de mon manque de temps, de manquer de folleries dans mon quotidien. Je doute qu’un jour je puisse faire un métier dont j’ai toujours rêvé et d’être entourée de rires contagieux. Je doute même de retrouver mon énergie et d’être aussi passionnée qu’autrefois. Vous savez les projets qui nous obligent à se coucher tard, mais desquels on a parle en ayant des étoiles dans les yeux?

Je doute, mais j’ai aussi peur. Je crains qu’aimer ne soit pas suffisant pour être heureux. Qu’à cause de mon manque de confiance en moi, ma vie soit remplie d’échecs et que je me retrouve seule avec mes choix déchirants. Il y aura toujours quelqu’un pour me tenir la main lorsque je traverserai les pires épreuves ?

La vérité, c’est que l’enfant en moi a grandi, mais que l’adulte que je suis devenue n’a toujours pas compris et passe sa vie à douter.

Tania Cousineau
TANIA COUSINEAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *