Ta dépression : mon amour, je suis désolée

depressed man

Entre deux lunchs et la vaisselle hier soir, tu m’as annoncé que ça n’allait plus. Je ne l’avais pas vu venir bien que j’avais constaté un certain détachement de ta part ces temps-ci. J’avais aussi fermé les yeux sur ton irritabilité, me disant que ton manque de sommeil et notre routine effrénée de vie y étaient pour quelque chose.

Je n’ai pas vu ta douleur, parce qu’il aurait aussi fallu que j’admette y avoir une grande part de responsabilités et ça, je ne voulais pas l’affronter. La vérité, c’est que ça m’arrangeait de ne pas voir ce que tu avais.

Je suis désolée.

Je suis désolée ne pas avoir su quoi te dire, hier soir. De ne pas avoir su comment te rassurer, ni même te consoler. Je suis désolée d’avoir pris peur, mais surtout d’avoir laissé le silence s’installer entre nous.

Je suis désolée que tu aies entrevu la déception dans mes yeux. Je voulais te la cacher, mais mon visage a trahi la fermeture de mon esprit quand je me suis demandé, malgré moi, ce que les gens allaient penser de nous. Ton patron qui ne pourrait plus compter sur toi. Tes amis qui se questionneraient. Nos parents qui remettraient notre amour en doute, qui s’inquiéteraient pour les enfants.

Je suis désolée de ressentir cette colère que je tente d’étouffer, parce que je sais que ta douleur aura un impact sur le plan établi, sur les études en cours que j’avais reprises maintenant que les enfants, devenus plus grands, ne nous demandaient plus autant, que ta carrière était établie et que je pouvais enfin penser à moi aussi.

Je suis désolée car j’ai compris pourquoi tu avais si peur de m’affronter et de trouver le courage de me l’annoncer. Parce que je mène plusieurs projets de front, que je ne me plains que si peu et que j’ai une énergie que tu envies, tu as craint que je ne vois, dans ta dépression, un signe de faiblesse et de déception.

Je suis désolée, parce qu’après coup, j’ai réfléchi avec mon cœur et mon âme et me suis rappelé mes vœux prononcés il y a de cela quinze ans. Je me suis rappelé que nous sommes une équipe et que si tu tombes aujourd’hui, je me dois d’être là pour t’aider à te relever.

Mon amour, je suis désolée de ne pas avoir su trouver les mots réconfortants que tu aurais eu besoin d’entendre.  Je suis désolée de ne pas avoir su te rassurer sur l’amour que je te porte. Ma voix ne peut te le dire, te le scander ou le crier, mais je serai là tout au long de cette traversée.

Je t’aime encore et toujours et à tes côtés, je te promets d’être l’ancre dont tu as besoin.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *