Mes enfants, soyez désobéissants

boy with hands on ears

Mes enfants,

Soyez désobéissants.

Oui oui, vous m’avez bien comprise. Je sais que ça va à l’encontre de tout ce qu’on a pu vous apprendre depuis la naissance. On a tellement insisté sur l’écoute des consignes, sur l’importance d’écouter papa et maman, vos éducatrices, vos enseignants. On vous a cassé les oreilles avec ça, on a même été jusqu’à vous punir si vous refusiez d’acquiescer à nos demandes.

Mais aujourd’hui, je vous dis le contraire. Je vous dis que des fois, c’est correct de ne pas obéir.

Mes chéris, n’obéissez jamais à une consigne qui va à l’encontre de ce qui est juste ou de ce qui vous semble être, moralement, la bonne chose à faire.

Si un jour un enseignant veut vous obliger à vous excuser pour un geste que vous savez ne pas avoir commis, je vous donne le droit de le regarder droit dans les yeux et de dire non.

Si un jour, parce que je suis fatiguée ou de mauvaise humeur, inconsciemment je vous le fais subir par mon intransigeance ou mes exigences démesurées, vous avez le droit de me dire : « Maman, je comprends que tu t’es levée du mauvais pied, mais moi, je ne mérite pas ça. ».

Si un jour, vous êtes témoins d’un abus de pouvoir sur une autre personne que vous, je souhaite que vous ayez le courage de vous lever et de dire bien fort : « Ce n’est pas correct! »

Si un jour, un ami que vous aimez beaucoup souhaite vous faire participer à quelque chose qui vous semble dangereux ou vous met mal à l’aise, je ne veux pas que vous ayez peur de dire que vous, vous n’embarquez pas là-dedans!

Attention! Je ne suis pas en train de vous donner le feu vert pour faire la crise du bacon devant vos deux minuscules morceaux de brocoli, ni parce que votre professeur vous demande le silence pour pouvoir bien expliquer à la classe la différence entre ‘’a’’ et ‘’à’’. Je ne vous dis pas que vous pouvez refuser de mettre vos bottes par un petit lundi matin de janvier et partir à l’école pieds nus juste parce que ça vous tente.

Je vous dis de ne pas devenir de simples suiveux.  Qu’il ne faut pas voir les adultes, ou toute figure d’autorité, comme des êtres suprêmes qu’il faut craindre, et dont chaque demande est justifiée. Les profs, les parents, les patrons (et même les policiers!), n’ont pas la science infuse. Ils peuvent aussi avoir tort, se montrer injustes et parfois même mesquins.

Je vous dis qu’avant de juste obéir, il faut d’abord et avant tout réfléchir.

Mélissa Brassard
MÉLISSA BRASSARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *