La routine nous tue à petit feu, que tu me dis

annoyed couple

Mon amour,

Elle est là, la distance. Je la sens. Elle s’est installée sournoisement entre nous. Et je laisse faire. Je la laisse grandir. J’en ai marre de me battre. Marre de tenter de comprendre. Marre d’être gentille et à l’écoute de tes besoins. Je marche constamment sur des œufs. Tu es une bombe à retardement et je ne suis pas outillée pour faire face à ça. J’essaie de préserver nos enfants, mais c’est épuisant, faire semblant. Tu n’es jamais content. À la moindre occasion, tu te pousses. Tu as toujours quelque chose de mieux à faire que de vivre le quotidien avec nous. Parce que le quotidien, bien, c’est trop simple pour toi. Trop pareil. Ça te pue au nez, le quotidien. Tu veux plus de spontanéité, comme quand on est en vacances. Mais nous ne sommes pas toujours en vacances. Les vacances, c’est une parenthèse bénéfique et joyeuse dans l’année. Ça nous permet d’être ensemble et de faire tout plein d’activités que nous prendrons plaisir à nous remémorer durant l’année « normale ». Et en vacances, il faut se le dire, on ne regarde pas trop à la dépense, alors vivre à l’année comme ça, c’est la faillite assurée mon amour! Et pendant l’année scolaire, bien, il y a les devoirs à faire. Les mots de vocabulaire à faire réviser. Les soupers et les lunchs à préparer. Il y a aussi les pratiques et les matchs de hockey de fiston. De même que les cours de danse de fillette. La vraie vie quoi!

« La routine nous tue à petit feu », dis-tu. Mais la routine, ça a aussi quelque chose de doux. De rassurant. J’aime, une fois l’heure du dodo venue, m’installer avec nos petits et leur lire une histoire. Une histoire qu’on choisit à tour de rôle. Toute la journée, on est à la course. Là, brièvement, en tournant les pages pleines d’images colorées, nous sommes ancrés dans le présent. Et j’adore ça. Je vis pour ces petits îlots de ici-maintenant avec mes chéris. Dommage que tu n’en fasses pas partie. Dommage que tu n’aies pas saisi la beauté de ces instants volés au tumulte de la vie. Tu sais, la routine n’est pas rassurante que pour les enfants. Souvent, les cris, les larmes, les crises ponctuent mes différentes demandes faites aux enfants, mais jamais, jamais, ils n’ont rouspété ou dit « non » à la question : « Est-ce qu’on lit une histoire ce soir? » Toujours des sourires. Toujours des « oui » qui fusent et des petites jambes qui courent pour se rendre à la chaise berçante. L’attente fébrile. L’anticipation partagée. Et le silence qui s’installe dès que le titre est prononcé. C’est magique. Il n’y a pas d’autre mot : magique. Et la curiosité de tes petits, la vois-tu? L’entends-tu dans leurs questions? Entends-tu leur imagination à travers leurs commentaires et leurs réflexions pendant et après cette tendre pause littéraire? Tu apprécierais, j’en suis sûre… si tu cessais de constamment vouloir être ailleurs.

Oui, le quotidien est routinier : les tâches ménagères plates reviennent. Le refus de ramasser les jouets et les multiples « faux » pipis pour éloigner le moment du dodo se répètent jour après jour. Je sais, c’est pas facile, cette répétition assommante. Mais ouvre les yeux, vois comme le quotidien est aussi truffé de petits moments mignons. Vois comme, malgré leurs crises et leur entêtement, tes enfants grandissent en beauté et gagnent en maturité. Oui, je te le dis, porte attention. Ils disent « s’il vous plaît » et « merci » spontanément, sans qu’on ait à leur demander. Il y a de quoi être fiers, non? Ils rient aux éclats. Ils chantent et font des blagues. Arrête de chialer deux minutes et regarde-les profiter du moment présent. Et fais donc comme eux!

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *