À toi, le papa nouvellement séparé qui rêve d’une petite famille à nouveau

sad father and son

L’an dernier, mon petit monde et ma petite famille parfaite s’effondraient, ce qui m’était le plus cher au monde, mes enfants, m’étaient enlevés sans aucune raison, ma dignité révoquée. Ma vie ne tenait qu’à un fil. Une histoire sans fin aux proportions démesurées commençait pour moi et qui challengerait le reste de ma vie. J’ai souvent pensé baisser les bras, abandonner ma bataille, mais mes enfants m’ont montré la voie.  Avec le temps, des petites victoires ont commencé à voir le jour, mes cocos m’ont été redonnés de plein droit. J’ai vu la lueur au bout du tunnel à laquelle je ne croyais plus. Je me suis dit que je n’aurais plus jamais ma vie familiale d’autrefois et que j’avais tout perdu. J’ai poussé et travaillé, j’ai repris ma vie en main, je me suis mis à la recherche d’un chez-soi pour mes enfants pour leur bien-être et leur stabilité.

Suite au divorce, mon cœur, autour duquel j’avais bâti une forteresse,  a commencé à fondre grâce à de longues cyber-discussions avec une jolie demoiselle qui avait, tenez-vous bien, un petit coco de deux mois! La peur de recommencer avec un enfant si jeune qui n’était pas le mien était présente, mais j’ai foncé malgré tout et l’improbable arriva. Le plus beau des cadeaux de Noël m’a été offert, cet ange venu du ciel qui deviendrait l’amour de ma vie à coup sûr. Chose que je ne pensais plus possible. L’idée d’une belle famille renaissait à nouveau. Je n’aurais jamais pensé me réveiller la nuit pour aller chercher un autre petit être pour l’amener au sein de sa maman et que pendant l’allaitement, avec mon regard pétillant et rempli d’étoiles, je lui dirais à quel point elle était la plus belle. Des moments inoubliables, certes inusités, mais j’étais en amour fou d’eux. Nous y avons intégré mes deux enfants tranquillement qui sont tombés en amour avec elle dès le premier regard, comme moi faut-il le préciser. Le quotidien, au début chaotique, a rapidement pris un tournant agréable.

L’amour de ma vie et son enfant qui méritaient d’avoir un père présent dans leurs vies sont vite devenus ma priorité absolue et j’avais comme mission bien simple de les rendre le plus heureux possible, de leur donner tout ce que j’avais dans mon âme et mon cœur jusqu’au petit café du matin et les repos matinaux de maman les fins de semaine. Je suis fier de ce que j’ai offert, de l’amour à l’état pur et d’une présence paternelle pour eux.  J’ai obtenu tout ceci car je n’ai jamais baissé les bras, jamais abandonné, j’ai cru au bonheur et en l’avenir!

Mais tout ceci avait un prix… Un nouveau couple doit pouvoir avoir ses moments ensemble, ses sorties de couple et de ne pas à avoir à endurer l’ex qui débarque dans la maison comme si c’était toujours la sienne. De se faire prendre à bercer le bébé en chest le samedi matin pendant que le père venait porter un habit de baptême…ordinaire… en plus d’avoir été le photographe officiel de cet événement, de prendre des clichés de mon amoureuse, son ex, et du petit toute la journée. L’égo en a pris un coup. D’avoir organisé nous-mêmes ce baptême sans le père et venue la fin de la journée, aucune photo de moi avec le bébé, comme si je n’existais pas.

Les situations comme celles-ci se multiplièrent. L’amour fou devenait de plus en plus compliqué et difficile. Cette relation a pris fin pour cause d’un trop-plein d’amour et un mauvais timing et voilà que mon monde s’effondrait à nouveau, que mon cœur avait cessé de battre depuis plusieurs semaines déjà. Une dernière chicane fatale qui l’a amenée à une décision incompréhensible appuyée de jugements qui ne devraient même pas être une variable ou une constante dans notre équation… Une décision prise en un seul instant et qui fera tomber à nouveau mon petit paradis familial. Le deuil de seulement voir ou entendre pour la dernière fois la femme qui m’a fait frissonner de joie et dont j’ai pris tant soin depuis déjà plusieurs mois m’a été refusé. Et le cycle recommença, les mêmes ressentiments ressortent. La solitude prend le contrôle, le vide et le silence dans la maison, la raison et l’expérience prennent le bord encore une fois et le cœur ne peut juste pas supporter ceci à nouveau. J’ai donc fait la réflexion que je n’aurais pu faire plus pour eux et que la décision ne me revenait pas. J’ai appris que seul le temps arrange les choses, vraiment! Tout est possible quand nous aimons vraiment, mais encore faut-il se battre et y mettre du sien. Je garde toujours espoir et je ne peux laisser tomber comme ça si facilement.

Mon cœur fondera à nouveau, mais une chose est sûre, je répéterai toujours les mêmes erreurs puisque je suis comme je suis, une personne avec le cœur gros comme l’univers qui aime donner tout ce que j’ai.

En attendant un miracle, je vais laisser le temps passer et qui sait, si toute mon histoire est arrivée une fois, deux fois, elle peut arriver à nouveau. L’espoir et l’amour pour nos enfants sont les clés du succès.

 

Simon Daigneault
SIMON DAIGNEAULT

2 thoughts on “À toi, le papa nouvellement séparé qui rêve d’une petite famille à nouveau

  1. chantal Répondre

    Merci Simon, tu m’as fait du bien, après 25 ans de vie commune, nouvellement séparée sans le souhaité, aimé encore cet homme qui ne m’aime plus… avoir adopté 3 enfants ensemble et les ménager pour ne pas qu’elles subissent encore l’abandon… je te comprends et j’espère moi aussi au bonheur… bravo pour ton courage tu y arriveras Chantal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *