Manipulée

Manipulating arm on a textured background

On a tous un ou une amie qu’on aimerait voir plus souvent. Des gens qu’on aime, mais avec nos obligations quotidiennes, c’est difficile de trouver du temps pour les voir. Ça, c’est normal. Mais y’a aussi ceux qu’on aimerait voir se sortir de ce qu’ils vivent. Tu le vois, c’est clair pour toi. Tu lui as dit de sortir de là, qu’elle se fait manipuler par son conjoint et que ce qu’elle vit n’est pas sain. « Tu t’en fais pour rien, je vais bien. Je suis heureuse. » qu’elle te répond. Et ça, c’est loin d’être vrai.

Elle a commencé sa relation avec cet homme-là il y a un petit bout de temps. Il prenait soin d’elle à sa manière. Il était gentil. Il l’a toujours été. Il était galant et gentleman, lui offrait des fleurs, se cassait en quatre pour lui offrir des cadeaux et la sortir au restaurant. Il voulait à tout prix la rendre heureuse. Et puis, ça s’est installé sournoisement, tranquillement. Comme une ombre qui la suivait, mais n’osait pas encore s’attacher à elle.

Après un certain temps, son emprise sur elle augmentait. Elle devait s’occuper des enfants le matin, aller les porter à la garderie, aller travailler et partir à 16h00 pile. Pas une minute de plus. À 16h03, son téléphone sonne. À tous les jours. ‘’ Es-tu partie du bureau? Tu vas chercher les enfants à la garderie. On mange quoi pour souper?’’ Elle entendait ça à tous les jours. ‘’ Je pars à l’instant chercher les enfants. Peux-tu aller chercher quelque chose à l’épicerie pour le souper svp? Ça me ferait une chose de moins à faire. ‘’ Qu’elle lui répond. ‘’ Ben là, j’ai fini à 14h00 et je suis déjà à la maison. Vas-y toi, c’est sur ton chemin.’’ Qu’il lui dit. ‘’ Ok, à tantôt’’ Qu’elle lui dit en soupirant.

C’est tous les jours la même chose. Une fois la marmaille dans l’auto ainsi que l’épicerie, elle se rend à la maison, ou tristement, elle n’a plus envie d’être. Elle doit faire le souper, la vaisselle, donner le bain, aller coucher les enfants, faire les lunchs pendant que lui zappe la télé dans un semi-coma parce qu’il est fatigué d’avoir travaillé. Mais il y a de belles fleurs sur la table à son arrivée. Ça la console un peu. Il doit apprécier ce qu’elle fait pour lui.

Et puis, l’étau se resserre. Elle a de la difficulté à aller voir ses amis, ou juste finir sa journée de travail et faire des heures supplémentaires. Sous prétexte qu’il s’ennuie d’elle. Et lorsqu’elle y va, ce qui n’arrive que trop rarement, elle finit par se sentir cheap et coupable. Elle revient tôt à la maison et ne profite pas réellement de sa soirée, qui devrait lui faire tant de bien. Dans l’entrée de la maison, elle est assise dans sa voiture et pousse un long soupir, retenant ses larmes en sachant qu’il voudra savoir tous les détails de la soirée. Avec qui a-t-elle parlé, ce qu’elle a mangé, de quoi avez-vous discuté, qui était présent, y avait-il des hommes… Il lui dira qu’il s’est senti seul et que les enfants lui ont donné du fil à retordre. La vaisselle n’est pas faite. Les lunchs non plus et les enfants n’ont pas pris de bain. Elle n’est pas couchée de sitôt.

Plus le temps passe, plus l’envie de ne pas être chez elle lui prend. Elle aime tant ses enfants, mais l’idée de toujours se faire questionner et de devoir tout faire lui pèse lourd sur les épaules. C’est lui, qui prend toute son énergie. Elle doit être aux petits oignons pour lui. C’est ce qu’il attend d’elle. Elle n’a pas pu quitter le boulot plus tard. Elle devait aller chercher les enfants malgré que lui, il avait fini sa journée. Mais elle, elle est vidée.

Tu as tout vu ce qui s’est passé. Tranquillement, il l’a isolée, ton amie. Il l’a manipulée, contrôlée, pour la garder près de lui. Elle a changé. Ce n’est plus la fille que tu connais. Elle s’est perdue et a perdu sa joie de vivre en chemin. Elle n’est plus pétillante comme avant. Tu aimerais tant la sortir de là. Mais le démon, lui, n’est jamais bien loin. Il la guette. Et quand il sent la soupe chaude, quand il sent qu’il perd le contrôle sur elle, les choses se corsent et il resserre sa poigne.

Elle finira par s’ouvrir les yeux, ta belle amie. Ça prendra sûrement du temps et beaucoup d’aide. Elle finira par se retrouver dès qu’elle aura pris son courage à deux mains. Elle pourra se détacher de l’ombre qui la retenait prisonnière et retrouver la fille pétillante d’avant. Un pas à la fois.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *