Les câlins forcés ? Non merci.

kid say no

Pour une raison pas mal étrange, l’adulte a tendance à ne pas voir l’enfant comme une personne entière qui peut manifester ses envies et ses inconforts. C’est comme ça que grand-maman insiste pour que ton p’tit l’embrasse ou que tu le forces toi-même à le faire quand vient le temps de le laisser à la garderie.

C’est toi qui vois mais chez nous, les câlins forcés, c’est non merci.

Sans farce, c’est quoi cette manie de vouloir absolument embrasser et câliner les enfants, même quand ils crient de tout leur non-verbal qu’ils ne sont pas intéressés?  Te souviens-tu, une seule fois de ta jeunesse où, après avoir fait un câlin forcé à quelqu’un, tu te sois dit ah-ben-coudonc-j’ai-adoré.  Non. Jamais. Parce que si on ne veut pas de proximité physique avec une personne, peu importe les circonstances, on doit respecter ça.  Pis c’est pas parce que c’est un enfant que c’est différent.

Là, j’en entends déjà certains grimper aux rideaux en se disant que ce n’est pas mal intentionné de Matante Chose ou de Papy Truc Bine.  Ils les aiment pis c’est normal.  Sauf qu’on ne peut pas apprendre à un enfant d’aller contre son propre instinct de protection pour faire plaisir aux autres.  Même si c’est une personne connue.  Même si c’est la famille.  De toute façon, c’est prouvé, la majorité des cas d’abus sexuels sont intrafamiliaux ou par une personne dite de confiance.  On ne peut pas se permettre de véhiculer le message à notre enfant qu’il n’a pas le plein pouvoir décisionnel en ce qui concerne son corps et son intimité en rapport avec les autres.

Certains diront que c’est impoli.  Je ne suis pas d’accord.  J’apprends à mes enfants à saluer, faire un tape-là ou un bisou soufflé, selon leurs envies, mais aucun contact physique n’est obligatoire.  Jamais.

En  forçant des marques d’affection, on en déforme le sens.  On ne veut pas que ça devienne un automatisme sans signification, comme les bye-je-t’aime au téléphone trop souvent dits, pas assez sentis.  L’enfant qui apprend à écouter sa petite voix intérieure qui lui dit non et qui est respecté dans ça, prendra  confiance en lui.

Alors, gardez vos distances, ne jouez pas la carte du chantage ou des faux chagrins pour le faire céder.

Sans le savoir, en le faisant, vous protégerez peut-être votre enfant d’un abus demain.

milie Verret
MILIE VERRET

Une réflexion sur “Les câlins forcés ? Non merci.

  1. COLETTE Répondre

    Dans quelle génération nous sommes aujourd’hui ! dans ma famille j’ ai appris de mes parents que des câlins et bisou est amour et affection et les mots je t’aime sont les plus beau mot qu’un enfant peut entendre Cela dépend de ce que l’enfant apprend de c’ est parent. Si le parent répète constament a sont enfant ( ah il aime pas ca ce faire donner des câlins) depuis ca naissance , l’ enfant va enregistré ca et jamais y va aimer des câlins. Ont s’en vient dans un monde de plus en plus froid. C’ est certain qu’ il faut les respecter et eut aussi. Je peut comprendre que si la maman a été abuser dans son enfance par un membre de la famille, c’ est certain elle va êtres protectrice envers ces enfants …je la blame pas du tous……IL Y A PAS ASSER D’ AMOUR DANS CE MONDE ET TROP D’ ABUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *