La fameuse liste d’effets scolaires de tes enfants

mother buy school supplies

Chaque année, ça revient immanquablement : les parents d’enfants d’âge scolaire doivent équiper leur marmaille pour la rentrée scolaire. Certains courent les aubaines, d’autres préfèrent passer une seule commande au même endroit. Certains s’y prennent d’avance, d’autres se laissent prendre la veille de la rentrée. Ce qui semble plutôt unanime, par contre, c’est le chialage. À quel moment le fait de demander aux parents d’acheter des crayons et des cahiers est devenu un sujet chaud qui soulève la grogne générale? Alors toi, le parent en colère qui cherche désespérément un duo-tang transparent turquoise à pochettes, laisse-moi t’expliquer trois choses.

La qualité

Les fournitures scolaires, c’est pas mal comme ben d’autres affaires dans la vie : on fait confiance à une marque et on s’attend à payer plus cher pour de la qualité. Ça fait que la petite Laurie et le petit Ryan, ben ils sont pognés à écrire avec des crayons à mine cheap. Les pauvres doivent peser ben trop fort pour que ça écrive assez foncé, et en plus, c’est pas effaçable. Et Simone a une belle efface blanche qui imite une marque connue, mais elle ne cesse de trouer ses pages de cahiers avec sa maudite efface qui se désintègre. Les mamans de Zak, Émile et Juliette ont choisi d’acheter leurs crayons-feutres au magasin du dollar. Résultat : les crayons sont finis au mois de novembre. Mais bon, c’est pas si mal, car les parents de Justine, Mathilde, William et Mathéo n’ont pas cru bon d’identifier chaque crayon un par un, alors ça commence à faire un bon bac d’objets perdus où aller piger à la mort prématurée du stock cheap.

La quantité

Ça se peut que ton enfant prenne bien soin de ses choses, n’abuse jamais de rien et n’ait jamais rien perdu de sa vie. Bravo, juste bravo. Mais ce n’est pas le cas de tous les enfants. Ses parents ne le savent pas, parce qu’ils n’ont jamais bricolé avec lui à la maison, mais Tommy mange les bâtons de colle. Et Émilie a du mal à fermer son bouchon de colle, qui finit par sécher. Sans parler du pauvre Jérémie, qui a un grand retard en motricité et qui badigeonne allègrement tout ce qu’il a à coller, ainsi que tout ce qui se trouve autour. Maxim comprend vite et passe le temps en taillant ses crayons beaucoup trop souvent. Carolane, Rosalie et Édouard oublient de ranger leurs crayons à mine, qui finissent par rouler sur le plancher en dessous de la bibliothèque au fond de la classe. Et évidemment, leur nom n’était pas écrit dessus. C’est pas mal pour ça qu’on te demande quatre bâtons de colle et vingt-quatre crayons à mine. Si tu veux en envoyer juste trois en te disant que la prof a juste à te le dire quand il n’y en aura plus, ben oublie pas qu’elle devra gérer le matériel d’une vingtaine d’enfants, prendre le temps d’écrire un message et prêter un crayon à ton jeune en attendant que tu envoies le nécessaire. Sois honnête, ça se peut que tu n’ouvres pas l’agenda chaque jour ou que tu n’aies pas le temps de courir au magasin un mardi soir.

Les mouchoirs

Pour finir, parlons maintenant des fameuses boîtes de mouchoirs, qui semblent faire monter tant de parents aux barricades. Comme maman, j’apprécie que mes enfants puissent se moucher sans utiliser leurs manches ou du papier de toilette rugueux. Et je ne vois pas d’inconvénient à payer un gros quatre piastres pour que ce soit possible. Pas toi? Si tes enfants viennent jouer chez moi, ça va me faire plaisir de partager mes mouchoirs avec eux. Pourquoi ce serait mal de partager des mouchoirs à l’école? Tu penses vraiment que le nez de ton enfant coule moins que les autres?

Sur ce, je te laisse finir d’identifier les douze mille crayons de tes enfants en essuyant une petite larme émue parce que ton plus jeune rentre en maternelle.

Veux-tu un mouchoir?

Maman Ninja
MAMAN NINJA

8 thoughts on “La fameuse liste d’effets scolaires de tes enfants

  1. Charlotte Répondre

    Sans oublier que si ton enfant fait aussi attention à ces choses que tu ne le penses et qu’il n’utilise que 2 crayons à mine durant l’année, et bien devine quoi ? Il rapportera les 22 crayons restants à la maison à la fin de l’année et pourra les réutiliser l’année suivante! À ce rythme, vous ne devriez pas avoir à acheter des crayons pour les 12 prochaines années !

  2. Mélanie Pinel Répondre

    Bonjour j’ai lu votre article et je crois que le débat sur les articles scolaires n’a pas été compris si vous vous limitez à ce qu’il va arriver au douze milles crayons etc…. Ce n’est pas l’effet que nous devions acheter du matériel scolaire qui est enrageant mais l’exagération qui est relié au matériel, au milliers de frais quelconques qui seront exigé auxd parents et sans parlé des dons x ou y qui font qu’on est pas obligé mais qui font que nous allons nous sentir des méchants parents de pas y contribuer ex : l’enfant plante un tournesol pour la fête des mères mais qu’on doit donner minimalement 2 à 5$ pour le récupérer pour une cause quelconque … le parent qui sait que son enfant y a consac d’ré tant de temps, d’amour et d’énergie va faire quoi le payer…. et après on nous dit que l’école est gratuite vous savez en Ontario à côté de chez nous le gouvernement donne 150 dollars par enfants inscrits à l’école et le parent ne paie rien en matériel scolaire c’est l’institution qui fournit tout ce dont l’étudiant a besoin pour réussir son année et résultat tous les enfants ont le même matériel il n’y a pas de bons ou mauvais crayons etc… de plus ça évite les différences de classes sociales si on peut dire ça de même tout le monde est égal. Ici on nous oblige plutôt a acheter de matériel qui nous revient souvent presque inutilisé …. Pourquoi le cahier Louis Garneau à 1.10 quand tu as des Cahier canada 4 pour 79 cent…. oui ils sont pas pareil sont pas interlignée mais bon ça vas-tu les empêcher d’apprendre …. Je pense sincèrement qu’il y a une déconnection entre ce qui est à payer. L’impreession que l’école se considère comme le seul et unique coût dans la vie d’un parent. Et là je parle du matériel mais on peut en débattre longtemps avec les collations les lunch , les sports , les temps de devoirs et leçons parce que l’école joue avec les mots eux des leçons ce ne sont pas des devoirs alors on peut leur en donnée 1 à 2 h par soir sans que ça soit grave. Je crois que le débat ne se limite pas au douze milles crayons comme vous dites mais il est plus large et si oui le parent a une part de réflexion à faire les institutions scolaire quant à elle devrait s’y mettre immédiatement à réfléchir et s’ajuster.

    1. Marie-france Répondre

      Cependant il faut pas oublié qu’en Ontario, les garderies subventionnés il y en a pas ça coûte plus de 50$ la journée et très cher aussi pour le service de garde de l’école.

    2. Mp Répondre

      Je trouve que ce dernier commentaire est vraiment pertinent. Pourquoi pas inclure ces frais de matériel dans le budget de l’école et fournir le même matériel à tous les élèves en toute égalité.

      1. Charlotte

        Pour deux raisons :
        La loi sur l’instruction publique stipule que le parent doit fournir tout le matériel périssable de son enfant, donc les crayons, les cahiers, etc. Ce n’est donc pas l’école ou la commission scolaire qui ne veut pas fournir ce budget mais bien la loi qui en décide autrement.

  3. Mme Sarah Répondre

    Mme Pinel, j’ai une amie enseignante dans le système scolaire ontarien et, pour avoir travaillé aussi au Québec, elle juge que le nôtre reste quand même bien meilleur. Maintenant, avec les recours collectifs contre les commissions scolaires, les écoles n’ont plus le droit d’exiger de marques (par contre, ça vaut généralement l’investissement puisque comme ce qui est écrit dans l’article, ça va casser avant l’Halloween). Saviez-vous que les enseignants se réunissent à la fin de l’année pour essayer de faire une liste des moins chères et que si tu n’as pas la chance de revenir à la même école, tu auras la belle surprise de travailler avec du matériel que tu n’as pas commandé et tu ne comprends pas toujours qu’est-ce l’enseignant voulait faire avec ça? Je suis vraiment désolée d’apprendre que vous trouvez ça frustrant de devoir payer pour les projets faits en classe. On devrait vraiment les éliminer…ça serait bien plus amusant. Saviez-vous qu’un enseignant ne reçoit généralement aucun budget de classe? Donc, une bonne partie des jeux, des affiches, du matériel d’enseignement et des livres destinés à votre enfant ont été payé directement de la poche de son enseignant. Combien de personnes dépensent une partie de leur salaire pour améliorer leur travail? Mais oui, insultez-vous du 3$ de plant à payer qui est remis à une cause…

  4. Veronique Répondre

    Heureusement que j’ai décidé d’investir et de payer un brin plus cher les articles scolaires: ça tombe bien la majorité du stock est réutilisable cette année 😉 Et ça diminue la quantité d’articles à acheter et de cochonneries tout pétées à jeter sur notre belle planète déjà bien engrossée par des millions de gugusses cheap qui pètent juste à les regarder…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *