À toi, qui viens de se séparer

sad woman in a filed

Tu avances, mais t’es amère de ta séparation.  Parce que tu y croyais.  Parce que, mon dieu, que tu y as mis des efforts.  Même quand ta petite voix intérieure te disait d’arrêter, même quand ton entourage te conseillait de tirer la plogue, toi, t’as maintenu le cap.  Parce que t’as une fichue tête de cochon et parce que tu croyais qu’en l’aimant si fort, le reste se tasserait.

Mais la vérité, c’est que le reste ne s’est justement jamais tassé.  On ne change pas une personne.  Tu l’as appris à la dure.  Mais tu l’appris, right?  C’est donc tout ce qui compte réellement.  Pète la balloune de colère qui grandit en toi de jour en jour.  Pardonne-toi d’avoir essayé si fort.  T’as pas perdu ton temps, t’as appris.  Plein de choses.  Des belles et des moins belles.  T’es ressortie de cette relation-là la tête plus haute que jamais.  Le cœur vide d’avoir trop donné, mais la tête tellement haute.  Alors, cesse de regarder en arrière.  Cesse de lui en vouloir et de t’en vouloir.  Tu ne pourras jamais avancer dans ces conditions.

Je sais que t’as mal de réaliser aujourd’hui qu’il accepte finalement de faire les efforts qu’il aurait dû faire au moment opportun pour toi.  Pour vous.  Pour vous sauver.  Je sais que ça te donne l’impression que tu n’en valais pas la peine pour lui et que c’est donc difficile d’avancer avec ça en tête.  Mais je t’en prie, laisse tomber.  C’est trop peu et c’est trop tard.

Votre histoire aurait dû couler, mais rien n’a été facile entre vous.  Vous étiez aux antipodes tous les deux.  Deux contraires qui s’attirent, alors qu’ils auraient dû se repousser.  Entre vous, un paquet de non-dits et une liste toujours plus longue de sujets que vous ne pouviez aborder.  Entre vous, il y avait aussi des enfants qui demandaient votre attention.  Entre vous, les frustrations se sont accumulées, au point de prendre beaucoup de place.  Toute la place.

Tu n’es pas supposée devoir continuellement travailler sur ton couple, fille.  Ça devrait couler tout seul par moments, par très longs moments.  Tu n’es pas supposée avoir continuellement le sentiment de marcher sur des œufs.  Tu devrais sautiller de joie dans ta vie.  Tu n’es pas supposée devoir continuellement filtrer ce que tu penses et ce que tu dis, de peur de déplaire.  Tu devrais pouvoir être fière d’être toi et ne pas avoir à te cacher.

Et fille, tu ne devrais pas devoir te mettre tout le poids du monde sur les épaules pour sauver une relation.  Tu devrais pouvoir jouir de celle-ci et en apprécier la facilité.  Ce que tu n’as jamais pu faire à ses côtés.  Du négatif, t’en as mangé.  Assez pour une vie entière.

Alors, sois confiante, parce qu’il viendra celui qui acceptera de faire les efforts nécessaires pour vous deux.  En fait, non.  Ce ne sera justement pas des efforts.  Ça lui viendra tout naturellement, sans rien forcer.  Ce sera finalement la relation d’égal à égal que tu souhaites tellement.  Plus de rapports de force, juste de l’amour pur et dur comme tu ne t’es jamais permis de le vivre.    Et comme tu le mérites.

Crois-moi.  Ne te retourne plus.  Avance.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

4 thoughts on “À toi, qui viens de se séparer

  1. Chocolat Répondre

    Merci pour ce magnifique texte. Il est juste à point pour cette période de ma vie. Difficile de toujours garder la tête haute et de continuer d’avancer. Mais, Je dois continuer de le faire pour mes enfants et surtout pour moi.

  2. Lectrice de l'ombre Répondre

    OMG! J’aurais pu écrire ces lignes… Vouloir être pour une autre ce qu’il n’a pas été pour moi pendant 16 ans! La séparation est encore fraîche (2 mois) mais il est déjà passé à autre chose en prétendant être le merveilleux compagnon et papa aimant que je n’ai jamais connu! Et la colère de toutes ces années « perdues » et du rôle de plante verte qu’il m’a donné pendant si longtemps, qui gronde et rugit bien trop souvent… Une équilibriste sur le fil de la colère au-dessus d’un filet de rancœur! J’ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour « accepter » tout cela. Heureusement, mes 2 enfants (dont il m’a laissé la garde!) me disent être plus heureux à 3 qu’à 4…. C’est quand même malheureux pour eux, mais cela a facilité l’acceptation de la séparation.

  3. inconnue Répondre

    oufff ce texte me parle tellement… je suis au point du non retour presentement et je n’arrive pas a passer a l’acte 🙁 c’est immensement difficile pour moi de devoir separer mes enfants de leur pere et de leur 1/2 frere :'(

  4. Monsieur X Répondre

    Wow, Je lis et relis et se texte. Il vient tellement me rejoindre. Sa dois être mon côté féminin mais j’adore ce site et trouve souvent des textes qui me rejoigne beaucoup.
    Oui. Je vis exactement cette situation. Une séparation amère. Une séparation où nous étions mariés et que j’y croyais. Une ou je me suis investie au point de me faire opéré pour lui donner un enfant, son rêves…. Une séparation ou j’ai vraiment tout donné. Corps et Âme.
    Facile de dire d’aller de l’avant, de ne pas vivre dans le passé lorsque nous avons envie de dire : j’aimais-je ne cesserai de t’aimer (autre texte sur site). Ou chaque situation, chaque chose te rappelle les moments de bonheurs et non les malheurs. (Je garde que les bon souvenir).
    Oui nous étions des antipodes, J’en suis pleinement conscient. Mais nous avions (pour ma part) nos moments de bonheur plus que nos malheurs.
    Aujourd’hui, OUI je dois accepter. Laisser partir ma colère et ma jalousie de la voir dans les bras d’un autre. Je dois trouver le courage de lever l’ancre et de navigué vers d’autres lieux. Ce qui est le plus dur a trouvé, présentement, est l’espoir d’y croire et la confiance à redonner à nouveaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *