J’ai de la misère à vivre sans toi, mon bébé

mother and daughter hug sad

Mon bébé,

J’ai fermé la porte d’entrée, puis je me suis sauvée dans ma chambre pour éviter de te voir quitter avec papa. En allant porter ta petite bague que tu aimes tant dans ta chambre, j’ai eu le cœur gros. Gros de chagrin. Rempli, débordant de peine qui fait mal. Cette tristesse qui n’est que du vide. Un vide qui ne peut être comblé par autre chose que ta toute petite personne, qui prend pourtant la plus grande des places. 

J’ai fait ton lit en m’assurant de placer ton petit panda sur ta taie d’oreiller. J’ai ramassé ton linge en prenant soin de respirer son odeur. En voulant fermer la lumière de ta chambre, j’ai craqué. Je ne savais pas que mon corps, aussi vide semblait-il être, pouvait contenir autant de larmes. 

J’ai eu envie de te voir là, couchée avec ton panda. J’ai eu envie d’aller te donner un bisou et te fixer aussi longtemps que possible en contemplant ta beauté. 

Tout passe trop vite, mon bébé. 

J’aurais aimé pouvoir te border encore une fois ce soir. J’aurais aimé te lire encore une histoire et répondre à tes cent questions par page. J’aurais aimé encore m’obstiner avec toi pour que tu te brosses les dents. J’aurais aimé te répéter pour la millionième fois à quel point je t’aime et que je suis bien quand tu es là. 

J’ai de la misère à te voir partir. Même pour une semaine. Même si c’est chaque semaine.

J’ai de la misère à être heureuse sans toi. 

Letizia C.
LETIZIA C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *