Ton enfant anarchiste

little kid bored

Depuis le début des vacances, tu subis l’humeur de marde de ton enfant. Ton gars ou ta fille  se traîne de pièce en pièce dans la maison et peut passer en quelques secondes d’un état d’euphorie à une sainte colère. Il est pendu à son bidule électronique en permanence. C’est un nouvel organe nécessaire à la survie de l’espèce en 2017, on ne t’en avait pas parlé? Si tu reconnais ton enfant là-dedans, bien je te plains.

Tout a commencé le dernier jour du calendrier scolaire lorsque ta descendance est arrivée chez toi en braillant sa vie parce que l’école était finie. Non mais qui fait ça? L’école terminée, il me semble qu’on brûle nos cahiers et qu’on apprécie ce moment de liberté et bien, pas ton lardon. Il passe donc trois jours à pleurer sa vie sur le divan et à s’ennuyer de son prof.

La crise de larmes passée, tu rentres dans la deuxième phase de l’opération, soit celle du surmenage et du G.O. Tu trimballes les kids à gauche et à droite pour leur faire vivre une multitude d’expériences rocambolesques afin de construire quelques souvenirs dans leurs petits génies pis surtout parce que durant l’année, t’as jamais le temps. Ça prendra deux semaines à ce rythme pour que ton petit choke.

Le fruit de ta chair est trop fatigué pour suivre. Ton enfant veut rester à la maison et profiter de sa chambre. Encore des pleurs,  Seigneur! Tu te dis, wow,  j’ai scoré, plus besoin d’organiser d’activités, de faire des pique-niques et de manger de la crème molle. On reste à maison.

VOICI TON ERREUR!!!

Ton chérubin va tranquillement se transformer en ce que j’appelle un enfant anarchiste avec un grand A; son humeur va se dégrader et s’il y a d’autres enfants dans ta maison, ils risquent de passer au bat comme on dit. Il pourrait bien y avoir de la bataille sous ton toit. L’enfant anarchiste ne voudra plus rien faire. Il sera ensorcelé et dans un état léthargique. La politesse va prendre le bord et les cris fuseront de partout ainsi que les claquages de portes.

Le problème, c’est que les enfants sont faits pour jouer avec d’autres enfants. Je sais que je ne t’apprends rien ici et que c’est de l’information mâchée. Mais ils sont où, les autres petits terroristes? Ils sont au chalet, en voyage, chez grand-mère ou bien au camp de jour. Ça fait que ton gars ou ta fille n’a pas d’amis et tu deviens la cible parce qu’on le sait que quoi qu’il arrive, c’est toujours de ta faute.

Fait qu’on est rendu à la fin de l’été et t’en peux plus de vivre son mal-être. Tu te surprends à avoir hâte que l’école, les devoirs, les cours et que la folie recommencent. Le vin ne te calme plus. Tes autres enfants longent les murs tellement ils ont peur de déclencher une grenade. Approche,  je vais te dire un secret! (je baisse ma voix d’un cran ici). En dernier recours, fais comme moi et inscris-le à un super camp thématique l’année prochaine. Je sais, je sais je vous entends me juger et dire que c’est bon pour lui de s’ennuyer et de se chercher un peu. So what!

Roselle Simard
ROSELLE SIMARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *