Ma petite fonceuse

little girl jump in water

Ma fille,

Tu es née fonceuse. Tu es arrivée en ce monde avec un bras devant, comme pour dire ‘’Poussez-vous, j’arrive!’’. Tu avais à peine la tête sortie que tu te faisais déjà entendre, mécontente que tu étais d’avoir été tirée de ton confort. Dès cet instant, j’ai su que l’enfant qui se cacherait derrière mes jupes par peur du monde qui l’entoure, ça ne serait jamais toi.

Depuis tes tout premiers pas, jusqu’au jour où tu as grimpé pour la première fois les trois grandes marches de l’autobus, comme si elles étaient les échelons de ta vie future, tu avances en ce monde avec une assurance sans pareille. Tu as franchi toutes les étapes de ta courte vie sans un regard en arrière, sans un moment de doute.  Tu vas vers les autres, tu te présentes à eux sans honte. Déjà, toute petite, tu arrivais au parc comme si c’était ta maison et comptais bien prendre part aux jeux de tous, même si tu te faisais parfois rabrouer par les plus vieux. Pour toi, l’âge n’a jamais été une barrière. Tu converses avec les adultes comme s’ils étaient tes égaux. Tu sembles avoir cette certitude ancrée en toi, celle que tu as ta place dans cet univers et que tu comptes bien la prendre en toutes circonstances.

Sache une chose, ma grande fille, je t’admire. Cette superbe qualité avec laquelle tu es née, tellement de gens souhaiteraient la posséder, et passent leur vie à tâcher de la développer! Chéris-la, cultive-la, fais ce qu’il faut pour ne jamais la perdre. Elle te mènera toujours plus haut et plus loin.

Mais, petite fonceuse, attention! Ta belle confiance sera parfois prise pour de l’arrogance. On dira de toi que tu te ‘’penses bonne’’, que tu prends trop de place. Tu vas déranger souvent! Te sachant ouverte et gentille, je suis portée à te dire de ne pas te laisser abattre pas ces médisances, qu’elles seront le fruit de la jalousie ou du conformisme.

Cependant, il est vrai que la ligne est parfois mince entre assurance et impudence. Je te souhaite de toujours savoir faire la différence, de ne pas te laisser étourdir au point d’user de ta confiance en toi pour détruire celle des gens qui t’entourent. Quand on est sûr de soi comme tu l’es, ma belle, on peut inconsciemment se servir des autres comme paliers pour monter plus haut. Tâche de ne jamais succomber à cette tentation. Ne deviens jamais le bulldozer qui fonce en détruisant ce qui se trouve devant lui, mais sois plutôt la locomotive qui entraînera ceux qui l’accompagnent à aller de l’avant!

De mon côté, je vais te faire une promesse. Celle de toujours me rappeler que même les plus hardis d’entre nous peuvent parfois vivre du doute et de l’insécurité. Que ce n’est pas parce qu’ils maintiennent une fière façade de sans peur, qu’ils n’ont pas besoin de se faire encourager, écouter et rassurer. Si aujourd’hui ou dans quarante ans, ma fille, tu sens ta confiance t’abandonner, tu n’as plus le cœur de foncer, tu peux toujours venir m’en parler. On se tiendra la main, pis on foncera ensemble.

Mélissa Brassard
MÉLISSA BRASSARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *