Le petit pas fin, c’est le mien

little boy in anger

Mon fils a peut-être tapé le tien aujourd’hui.  Il l’a peut-être poussé hier.  Avant-hier, il a peut-être dit à ta fille que sa robe était pas belle ou que son dessin était caca.  Mon fils, c’est le petit pas fin de la garderie.  Celui qui tape, celui qui pousse, celui qui dit des « choses-pas-fines ».  C’est celui que tout le monde connaît parce qu’il parle toujours trop fort ou parce qu’il a encore fait une crise monumentale dans le corridor.  C’est celui que ton enfant appelle peut-être le petit tannant, le pas fin, le trop énervé, le pas gentil.  Mon fils, c’est celui qui dérange, qui détonne, qu’on entend et qu’on voit.  Et qu’on juge.

Mais aujourd’hui, je voudrais aussi te dire ce que mon fils est, mais que vous ne voyez pas toujours.  Par manque de temps.  De volonté.  Ou d’ouverture.

Mon fils a peut-être apporté une fleur à ta fille aujourd’hui.  Il l’a peut-être aidée à attacher son manteau hier.  Avant-hier, il a peut-être remarqué que ton garçon s’était fait couper les cheveux et a peut-être même pris le temps de lui dire. Mon fils, c’est aussi un petit homme attentionné et attachant.  Celui qui m’apporte un bouquet de fleurs presque tous les jours, celui qui me dit constamment qu’il « m’aime trop », celui qui me donne un bec sur mes blessures.  C’est un petit homme rempli d’imagination, enthousiaste, drôle et doté d’une joie de vivre quasi inébranlable.  Mon fils, c’est aussi celui qui doit travailler deux fois plus fort que les autres pour se calmer, pour ne pas se laisser avoir par son impulsivité et pour entrer en relation avec les autres convenablement.  Mon fils, c’est celui qui est différent.  Et c’est aussi celui qui s’en veut énormément quand son corps fait pas ce qu’il veut ou que, encore une fois, il a manqué de contrôle.

Non, il ne manque pas d’encadrement.  Ni d’éducation.  Ni de discipline.  Il est entouré d’une famille aimante qui travaille aussi très fort pour que, peut-être, un jour, il ne pousse plus, ne tape plus et ne dise plus de « choses-pas-fines » à tes enfants.  Il voit des spécialistes régulièrement qui l’aident de plus en plus à mieux se contrôler et est entouré d’outils, de patience et de beaucoup d’amour pour l’encadrer le mieux possible et l’aider à devenir la meilleure version de lui-même.

Mon fils, c’est peut-être le petit pas fin, mais c’est le mien.  Et, chaque fois que j’entends des commentaires désobligeants à son égard, c’est à mon cœur de maman que tu fais du mal.  Parce qu’il n’a pas demandé à être ainsi.  Parce que, non, il n’est pas méchant.  Parce qu’on travaille fort avec lui et qu’on y met tout notre amour et beaucoup d’énergie.  Parce que, si c’était le tien, ça te briserait le cœur aussi.

Natacha Langlois
NATACHA LANGLOIS

17 thoughts on “Le petit pas fin, c’est le mien

  1. Dan Répondre

    Merci. Je n’ai qu’à changer le masculin pour le féminin, et c’est de ma fille dont vous parlez. Merci de faire jaillir le positif car parfois, le nez collé aux problèmes et aux défis de notre enfant, j’oublie. J’oublie à quel point elle est merveilleuse, drôle, attachante, empathique et douce.

    Maintenant, je vais aller essuyer mes larmes et partager ce merveilleux texte rempli d’humanité!

  2. Julie Gauthier Répondre

    Mon fils fait face à ce genre de petit garçon a la garderie et ce qui me brise le coeur cest qu’il est entrain de reproduire ce comportement

    1. Véronique Répondre

      Un jour ou l’autre ton petit gentil aura à affronter ces situations avec d’autres enfants ,style école…c’est là le rôle de l’éducation.Probablement qu’il a plus de capacité de se contrôler, il n’a pas à vivre avec les difficultés de cet enfant de la garderie…et tu devrais t’en réjouir. Un jour j’ai voulu interdire à mon enfant gentil de jouer avec un de ces petits pas gentils ………et sa mère et l’enfant sont venus en discuter avec moi….L’enfant m’a dit quand je joue avec ton  » gentil  » je deviens gentil moi aussi et c’est pour ça que je l’aime ton «  » gentil « ….Ce fut une grande leçon de vie…Aujourd’hui c’est mon meilleur et mon plus qualifié mécanicien .

    2. Gabrielle Tanguay Répondre

      Un enfant apprend par imitation, il est donc normal qu’il cherche à reproduire ce qu’il voit, donc en faisant le  »méchant ». C’est là qu’il est important de préciser à l’enfant que son comportement n’est pas adéquat et encourager les bons comportements. Moi ça me sonnerait un cloche comme quoi mon enfant est sans doute influençable et je trouverais des outils à mettre dans son coffre pour l’aider à contourner ce genre d’obstacle, qui pourront lui servir toute sa vie. S’il n’y avait pas  »ce genre de petit garçon » en présence de ton enfant, tu n’aurais pas la chance de l’aider à évoluer et à prendre confiance en lui. Moi j’y verrais une belle opportunité au lieu d’être peiné.. Dans la vie, la seule personne qu’on est en pouvoir de gérer, c’est nous-mêmes et ce que les autres font/disent ne nous appartiendra jamais. Seule la façon dont nous réagissons et gérons nos émotions peut être modifiée, alors ne remetons pas ça sur le dos de  »ce genre de petit garçon ».

  3. Mélanie Perron Répondre

    Votre texte est tellement touchant, beau et vrai. J’aurais pu l’écrire tellement ça ressemble à mon coco. J’adore lorsque vous soulignez ses qualités ainsi que les efforts mis tant par lui que par sa famille pour s’améliorer. Bravo pour votre texte, votre courage et le regard que vous portez sur la différence de votre fils.

  4. Fan Répondre

    Tellement vrai et très beau. Merci de mettre des mots sur des choses difficiles à exprimer.

  5. Chantal Côté Répondre

    Comme pour mes enfants je le dit souvent il non malheureusement pas la bonne maladie. Bon courage.

  6. Karine (lotus) Répondre

    Jai deux petit garçons un de 7 ans et un de 4 ans. Mes deux amours mathias et zakary sont des enfants ayant le trouble de déficit attentionnel et hyper activité. En général, mes enfants on un coeur en or comme maman. Il sont serviable gentil attentionné envers leurs amis mais aussi envers moi. Il offre toujours de leur aide meme a leur jeune âge pour le ménage et la vaisselle. A lecole mon fila de 7 ans a eu dernierement 2 incident avec des élèves. Premiere incident il a pousser un petit garcons a l’école parce que le petit garcons en question écoeurais ine petite fille sans defense et l’insultait et la poussait. Quand mon gars a vue ca il a defendu tout de suite la petite fille et a pousser lautre garçons. L’école a juger que mathias voulais defendre la petite fille et na eu aucune conséquence. Le deuxieme incident a eu lieu lorsque tout les enfants de sa classe jouais dehors et tout les eleves etait tres exciter suite au jeu. Et mathias lorsquil est tres exciter cesy dure de pouvoir savoir comment il va reagir si on lui fait peur. Et bien cette journee la mathias tres exciter a eu peur lorsqu’un enfants cest approcher par derrière et quil a toucher sur lepaule mathias et il la frapper au visage. Cette fois ci il y a eu consequence avec l’école. Ce n’était pas vraiment sa faute car lecole est au courant des probleme dimpulsion a mathias qui se produit tres rarement suite a son tdah mais il savent aussi tres bien que habituellement mathias est lun des eleves qui est le plus responsable généreux et aussi gentil et aimable avec tout les enfants de son cycle et meme les plus vieux aimes jouer avec lui et cest la raison pour laquelle je suis fier de mon fils de 7 ans. Mon petit gars zakary de 4 ans est pareil comme mathias mais de ce temps ci nous avons un peu plus de difficulté avec lui concernant ses agissement impulsif mais nous travaillons très fort avec lui et sa médication et ce nest pas parce qu’il a des problèmes avec l’impulsion qu’il n’est pas un enfants gentil et adorable.

  7. Martin Répondre

    Mon gars, c’est un doué… un docile… un bon dans les sports. Mon gars veut apprendre et se dépasser, mais il est dans la classe de ton gars… le turbulent. À cause de cela, son prof met des films au lieu de faire des activités d’enrichissement… pour avoir un peu calme. À cause de cela, son coach de soccer choisit des exercices simples et peu productifs parce qu’il a l’impression que certains jeunes ne suivent pas. Mon coeur de père est brisé quand je vois tous les raccourcis que l’on prend pour s’adapter à ton gars pendant que c’est mon gars qui en subit les désavantages. Je suis convaincu que ce n’est pas facile d’avoir un malcommode. J’imagine que l’on peut se sentir seul, fatigué ou désabusé quand vient le temps de répéter encore et encore. J’imagine aussi que l’on souhaite se faire complimenter sur son enfant de temps à autre, mais que les reproches sont plus fréquents. Je comprends tout cela. J’espère que tu comprends que l’on fait notre effort nous aussi et qu’on t’encourage à intervenir, même si tu es fatiguée, même s’il y a un coach ou un prof. On a tous nos plaisirs et nos peines quand vient le temps d’élever nos enfants. On a choisi d’en avoir pour s’en occuper… pas pour laisser l’école ou la société le faire notre place. Ton enfant a le droit à tout l’amour, le bonheur et l’attention possible… le mien aussi !

    1. Geneviève Morin Répondre

      Ouf. Je ne sais pas par où commencer. Ton enfant, comme aucun enfant en fait, n’est le centre de l’univers. Ton enfant est choyé, il l’a facile. Prends ton travail de parent par le collet et donne-lui du travail pour stimuler ton enfant comme tu voudrais que ce soit fait – car c’est ton travail, pas celui du coach ou de l’enseignant. Car on vit en société, et on s’adapte. Ce n’est pas à tout le monde à s’adapter à ton nombril – c’est à ton nombril à s’adapter au monde. Maintenant alors que ton nombril n’est qu’un tout-petit, mais aussi quand il sera plus vieux et qu’il affrontera le monde sans ses parents hélicoptères.

  8. Bretzel Répondre

    Je comprends votre message…
    Mais, le petit gentil qui doit être tolérant face aux impulsions des autres, c’est le mien. C’est lui qui revient avec des bleus, des grafignes dans face à cause d’un ami et dont les parents supposément incompréhensifs lui demandent de ne plus jouer avec des enfants comme le tient. Ce n’est pas par méchanceté, je préfère seulement que mon fils me revienne sans blessures, sans traumatismes et que sa journée n’ait pas été gâchée à cause une crise… Le mien fait des crises aussi et parfois, ce pas pour une banane coupée dans le mauvais sens, c’est car il ne veut plus aller à l’école car une personne lui fera du mal. Si mon fils était le tient, cela te briserait le Coeur aussi.
    Quand on nous dit qu’on a pas d’ouverture, qu’on pas a se plaindre ou d’en parler car notre enfant est jugé parfait par ceux qui ce croient jugés… Pardon?? Nous aussi on compte, car dans votre histoire on subit les crises de votre enfant aussi. Malgré les apparences, on respecte votre enfant et on ne lui souhaite pas de mal. Mais parfois, c’est difficile de bien réagir quand notre fils revient avec le nez en sang pour la cinquième fois car le votre lui encore lancer un soulier… Moi aussi, j’aime mon fils.

    1. Geneviève Morin Répondre

      J’suis pas raciste, mais…

    2. Maman 36 Répondre

      Bretzel je suis tout à fait d’accord avec vous. Je vis la même chose avec mon fils. Je comprends les parents des enfants qui frappent nos enfants « gentils » c’est pas facile pour eux non plus de de faire appeler par l’école pour ce faire dire encore une fois que leurs enfants a encore frappé. Mais nous c’est pas plus le fun de voir nos enfants avec une pock dans le front ou La lèvre en sang. Des deux côtés nos cœurs se brise de voir nos enfants comme ça. C’est tellement facile de juger! Moi je le dit souvent: avant de juger va à la source. Mais c’est pas tout le monde qui applique ceci.

  9. Marie-Claude Répondre

    Merci merci merci ça fait du bien….merci

  10. Arnaud Répondre

    C’est quand même assez pathétique cette maman qui refuse d’admettre que son gamin est juste mal élevé.
    Les bagarreurs, les hurleurs qui se roulent par terre dans un magasin parce que maman n’a pas voulu acheter une sucette (qu’elle finira par acheter), en fait ce sont des petits malades ?…
    Vous êtes responsable de l’éducation de votre enfant; pas le médecin !… Si votre enfant se bat, insulte, pique sa crise, c’est à vous de vous en occuper.
    Apprenez lui ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Apprenez qu’on doit respecter ses camarades. Que ça n’est pas en hurlant ou en frappant qu’on obtient ce qu’on veut.
    Evidemment c’est tellement plus facile de se dire que ça n’est pas de notre faute… et de dépenser beaucoup beaucoup beaucoup d’argent en consultations médicales et en petites pilules qui en feront un drogué avant d’avoir quitté la maternelle.

    1. swann Répondre

      Je vous souhaite vraiment que votre enfant rentre toujours dans les bonnes cases attendues de la société.
      Je suis la maman d un petit gars comme ça, à qui on a beau répéter les règles de notre société, à qui on répète encore et encore l attitude qu on attend de lui et pour qui il est impossible de s y plier.
      Pourtant on y travaille de toutes nos forces, de toute notre volonté et de tout notre amour.
      Je suis aussi la maman qui vient vous voir à la sortie de l école pour m excuser parce que j ai appris que le mien avait encore tapé le votre.
      Je vous explique et des fois j ai en face de moi des gens ouverts… Ou pas.
      Quelque soit votre attitude je ne me défile pas et ce soir encore, au moment où mon bonhomme de cinq ans ira au lit, au lieu de décompresser je lui expliquerai encore et encore qu on ne peut pas taper, pousser etc. Qu il y a d autres moyens.de faire.
      Et cinq minutes plus tard, je l entendrais derrière, dans sa chambre pleurer et répéter qu il est nul.

      Alors oui quoique tu en penses, toi bon parent qui sait élever correctement son.enfant, j irai le voir et je lui dirais qu il ne peut pas dire ça, que ce n est pas vrai, que je suis fière de lui.
      Fière des efforts qu il fait pour se contrôler alors que ça lui demande beaucoup plus d efforts qu au tien.
      Quand il fera une crise au supermarché, même si ça te déplaît, je ne lui achèterai pas la sucette mais je serais là pour accueillir sa frustration.
      Sans doute que ça te dérangera dans ta bien-pensance de nous voir, tous les deux assis par terre, avec mon petit gars qui fait un rafut de tous les diables, qui essaiera de me taper et de démonter les rayons. Mais moi je serais là pour le contenir et essayer de ramener son cerveau au calme.
      Les clients, dont tu fais partie, le personnel vous me regarderez d un mauvais oeil mais ce n est pas grave, parce que j aurais réussi à faire une bulle pour nous deux, et le regard des autres nous traversera sans nous atteindre.
      Parce que ce qui m importe à ce moment là c est le bien être de mon enfant pas vos jugements.
      Parce que contrairement à ce que tu penses son cerveau ne fonctionne pas comme le notre.
      Que ce n est pas une question d éducation ou de limites non posées. J aimerais beaucoup d ailleurs que ce soit ça, ce serait tellement plus simple à régler.
      Non ce problème il va devoir se battre toute sa vie avec, il va devoir fournir deux fois plus d efforts que les autres pour arriver au même résultat.
      C est sur ça ne se voit pas sur son visage, comme d autres handicaps, mais pourtant c est la, ça fait partie de lui, de sa vie et par conséquent de la notre aussi maintenant.
      On fait avec, comme on peut.
      Vos regards on apprend vite à passer outre parce que notre combat est ailleurs.

      Certains d entre nous en arrive à la médication, non par facilité mais par nécessité.

      Parce que nos enfants sont en souffrance.

      Alors excusez nous, ils font parfois souffrir les vôtres, et ça nous fait mal aussi.
      Et puis les vôtres aussi font parfois souffrir les nôtres.

      Mais on continuera à travailler dessus, des fois même avec toute une équipe qui essayera de nous épauler.

      Ils sont là, on aurait souhaiter une vie plus simple, pour eux, pour nous, mais on choisit pas toujours hein ? Alors on fait avec, on les aide du mieux qu on peut mais surtout on les aime de tout notre coeur…
      Comme vous finalement
      L

  11. Sandie Répondre

    Et moi voici ce qui me brise le cœur; Mon fils est celui qui set triste parce qu’il s’est encore fait frappé.. celui qui ne veut plus aller à la garderie parce qu’il sait qu’il va encore… oui oui.. encore se faire frappé aujourd’hui, celui dont nous avons dû travailler sur son estime de soi à force de se faire maltraité et ce, malgré les interventions de l’éducatrice. Celui qui me dit tout innocemment qu’il se sauvait lors de jeux extérieur puisque son camarade voulait lui faire mal, celui qui est triste de m’avoué que sa nouvelle veste à été mise au poubelle parc ce même camarade, celui qu ne pleure pas toujours, mais qui n’est pas heureux. Celui qui parfois me dit:  »aujourd’hui c’était une bonne journée »: ton fils était malade aujourd’hui… 🙁

    Oui je sympathise à ta cause, mais moi, j’ai vécu l’autre côté de la médaille,

    D’une mère qui a travaillé fort avec son fils et qui vient de rentrer en maternelle… avec confiance 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *