Moi, la mère au foyer que tu juges

housewife with kid

Le jour où j’ai annoncé que je restais à la maison, j’ai vu le jugement dans ta face.  Tu as eu beau couvrir de «oh wow, beau sacrifice pour tes enfants que tu fais là», j’ai vu que tu me jugeais cent milles à l’heure.

Premièrement, mettons les choses au clair : je n’ai jamais eu l’impression de me «sacrifier» pour les enfants en choisissant de quitter mon emploi pour être maman à temps plein.  J’ai fait un choix, un choix peut-être audacieux pour certaines filles, dont toi, mais je n’ai pas l’impression d’avoir abandonné ma vie pour mes enfants.  J’ai mis ma carrière sur pause quelques années, point.  J’ai choisi de mettre moins d’énergie sur mon développement professionnel pour avoir plus de temps pour ma famille.  Quand mes enfants seront plus grands, je vais certainement reprendre ma carrière là où je l’avais laissée.

Quand tu me demandes si j’ai pensé aux «conséquences sur le plan professionnel», j’ai le goût de t’envoyer promener.  Non mais quoi, tu penses honnêtement que je n’ai pas d’ambition?  Tu crois que je ne sais pas que pendant ce temps, j’ai zéro fonds de pension qui s’accumule, que je ne gagne pas ni en expérience professionnelle ni en ancienneté?  Je sais que je mets ma vie professionnelle sur pause, ça me convient; arrête de croire que je ne sais pas dans quoi je m’embarque!

Quand tu me demandes ce que je fais de mes journées, j’ai le goût de te demander combien de temps tu vois tes enfants par jour et surtout combien de temps agréable sans leur pousser dans  le derrière tu as avec eux.  Ben oui, je joue à la ménagère, je passe ma journée entre deux brassées de linge, à faire les repas, gérer l’épicerie, les comptes, les trucs à aller porter chez le nettoyeur, le cordonnier, les douze rendez-vous chez le dentiste, médecin, spécialiste, optométriste, coiffeuse … Tu le sais, tu le fais quand tu es en «congé».  La seule différence entre toi et moi, c’est que toi tu condenses ça en deux jours alors que moi j’étale sur sept.  Ça me permet donc de pouvoir faire du bénévolat à l’école de nos enfants.  Ça me permet de prendre un peu de temps pour moi le soir, quand papa revient du travail.  Ça me permet de respirer un peu de temps en temps, de lire un livre, de ne pas toujours avoir l’impression de pousser dans le dos de mes enfants.  Ça me permet d’avoir un horaire flexible, de ne pas imposer de routine stricte à mes enfants… ici on a du lousse assez souvent.

Quand tu me demandes c’est quoi mon programme éducatif, ce que mes enfants apprennent puisqu’ils ne sont pas dans une garderie avec un beau programme, j’ai le goût de te répondre que mes enfants apprennent à être des enfants.  Ils apprennent à faire la cuisine avec moi quand ils m’aident à faire le repas.  Ils apprennent à compter les tasses de farine quand je fais un gâteau.  Ils apprennent à mettre les choses pareilles ensemble quand je leur donne les bas à plier pendant que j’affronte le Mont-tas-de-Linge.  Ils apprennent à s’ennuyer quand maman est occupée à faire la vaisselle et qu’elle ne peut pas s’asseoir pour jouer.  Ils apprennent à se débrouiller seuls quand maman ne peut pas les aider parce qu’elle est en train de changer la couche de leur petit frère.  Ils apprennent la vraie vie.  Non, mes enfants ne sont pas gérés par un programme éducatif officiel reconnu par le gouvernement, mais crois-moi, ils ne deviendront pas des idiots pour autant.  Pis si je peux être ben honnête avec toi, je préfère ça à apprendre à mes enfants à toujours être dans le rush gogogo entre la garderie, le souper à faire, l’épicerie, le lavage et tout.  C’est une question de choix, de vision.

Quand tu me dis que mes enfants ne seront pas capable de socialiser, j’ai le goût de te répondre que le fait d’être à la maison ne m’empêche aucunement d’aller voir des amis, d’aller jouer au parc et de rencontrer des gens.  Mes enfants sauront bien parler et se faire des amis même s’ils ne fréquentent pas une garderie de quatre-vingt-dix enfants.  Mes enfants resteront des enfants : parfois timides devant les étrangers, parfois un peu trop amicaux avec d’autres.  T’inquiète pas, mes enfants apprendront aussi à attendre leur tour même s’ils ne sont pas constamment dans un groupe de douze enfants… à la maison aussi, on apprend à prendre notre place.

Fait que, t’auras beau dire n’importe quoi, moi j’ai CHOISI d’être avec mes enfants temps plein.  Je respecte ton choix d’aller ventiler ou faire avancer ta carrière, peux-tu respecter le mien de faire «juste» pousser mes enfants à temps plein?

 

La p'tite mère
LA P'TITE MÈRE

3 thoughts on “Moi, la mère au foyer que tu juges

  1. Jessika Répondre

    Pour ma part, je respecte un choix ou l’autre en autant que tout le monde est bien là-dedans! Mais je trouve que le jugement vient des deux côtés! Moi, j’ai un garçon de 2 ans et oui, je travaille! Et je peux te dire que je suis également pas mal tannée que les mamans à la maison nous fassent sentir comme des égoïstes sans coeur qui préfèrent leur carrière à leurs enfants et qui les « park » 40h semaine à la garderie ou de me faire demander combien de temps que je vois mes enfants par jour et combien de moments agréables que je passe avec eux sans leur pousser dans le derrière 😉 Tsé, l’important pour un enfant, c’est pas la quantité, mais la qualité du temps qu’on passe avec eux. On peut travailler à temps plein et s’arranger pour que les moments passés avec nos enfants soient merveilleux, tout comme on peut être maman à la maison pi passer notre temps sur notre cell et « parker » nos enfants devant la télé 10h/jour. Je pense que l’important, c’est vivre et laisser vivre 👌🏼

  2. Caroline Répondre

    On oublie souvent le côté financier de notre choix. Ce ne sont pas toutes les familles qui peuvent se le permettre. Moi j’ai choisis le temps partiels. Je pense personnellement que la quantité est aussi importante que la qualité mais les familles n’ont souvent pas le choix. Je veux dire bravo à toutes ces super maman, qu’elles soient à la maison… ou pas.

  3. Amélia Répondre

    Ridicule ce texte. Tout ce qu’elle dit c’est qu’elle passe son temps à faire des tâches ménagères pendant que ses enfants se pognent le cul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *