Les mensonges stupides que je ne raconterai jamais à mes enfants

woman lie concept

Tu sais mon bébé, nous les grands humains, on raconte parfois des petits mensonges aux enfants.  Ce n’est pas pour mal faire, c’est juste parfois plus simple comme ça.  Je ne peux pas te promettre que je ne t’en raconterai jamais, parce que les enfants n’ont pas besoin de tout savoir tout le temps, mais je peux par contre t’assurer que je ne te menacerai pas à grands coups de menteries, juste pour te faire peur.

Mon chéri, je ne te ferai pas croire que tu dois être gentil douze mois par année pour avoir des cadeaux à Noël. C’est pas vrai. Il n’y a aucun lutin qui te surveille et qui rapporte tes niaiseries au pôle nord. Tu auras des cadeaux à Noël, que tu sautes sur le divan ou pas. J’essaierai plutôt de t’apprendre à être reconnaissant de ce que tu as la chance de recevoir et d’être gentil sans rien attendre en retour. Je te regarderai ouvrir tes cadeaux avec tes grands yeux pleins d’étoiles, même si t’as pas été au top de l’amabilité cette année. Par contre, je prendrai un doux plaisir à te laisser croire au Père Noël aussi longtemps que tu le voudras, parce que c’est beau la magie. Mais ça, c’est pas un vrai de vrai mensonge hein?

Je ne te dirai pas que tu dois manger toutes tes carottes pour avoir de bons yeux ni que les brocolis et les épinards te rendront aussi fort que Spiderman. Tu peux manger deux livres de brocoli par jour si tu veux, tu ne seras pas aussi fort que Spiderman. Jamais.  Je t’expliquerai plutôt que c’est important de bien manger si tu veux grandir en santé. J’essaierai de t’apprendre à faire de bons choix, à manger à ta faim, à avoir de saines habitudes de vie et à te permettre quelques folies. Tes muscles, tu pourras les faire au gym à dix-sept ans si le cœur t’en dit, mais pas en mangeant toutes les asperges du monde d’ici là.

Mon chéri, je ne te dirai pas que tes dents tomberont si tu manges des bonbons, parce que c’est pas vrai ça non plus. Non non! Avant quatre-vingt ans, les chances que tes dents tombent à cause de ça sont pas mal nulles.  Je te dirai par contre que manger des bonbons en trop grande quantité, c’est pas top pour la santé et que tes dents, si tu veux les garder belles longtemps, tu devras les brosser.

Lorsqu’on ira à la piscine, je ne te dirai pas qu’un cercle rouge apparaîtra autour de toi si tu fais pipi dans l’eau. C’est pas vrai. Par contre, je t’expliquerai que si tu as envie d’aller aux toilettes, il faut le dire. Qu’on ne fait pas pipi dans l’eau, parce que les gens se baignent dans cette eau-là, qu’ils en ont dans leur bouche et que c’est juste vraiment pas propre. Et si tu ne veux plus partir de la piscine, je ne te dirai pas qu’au compte de trois je partirai sans toi, parce que je ne partirai jamais sans toi mon bébé. On partira de la piscine ensemble, avec une crise de bacon et en poche de patate sur mon dos s’il le faut, mais sans mensonge.

Quand tu entendras le tonnerre pour la première fois, je ne te dirai pas que c’est le petit Jésus qui joue aux quilles juste parce que c’est plus simple de même. Je prendrai deux minutes pour t’expliquer que c’est un phénomène normal et naturel qui survient quand de l’air chaud et froid se rencontrent et qu’il vaut mieux se mettre à l’abri. Aussi simple que ça. Pas besoin d’avoir peur.

Quand tu refuseras de te mettre au lit, je ne te dirai pas que le Bonhomme Sept Heures viendra te chercher. Il n’existe même pas ce bonhomme-là mon amour. Je te dirai par contre qu’il est maintenant l’heure de faire dodo et que si tu ne dors pas suffisamment, tu seras de mauvais poil demain. Je sais bien que tu refuseras de te coucher parfois, mais on s’en tirera sans menteries promis.

Tu sais mon bébé, j’aurai sans doute à te mentir un jour, pour de vrai. La vie est ainsi faite. Mais je te promets que ce jour-là, ce sera par amour et parce que ce sera mieux comme ça pour toi ou pour nous deux. D’ici là, je me réserve le droit de te faire croire que la crème molle est fermée et que le parc n’est pas ouvert quand il pleut, juste une fois de temps en temps.

 

Josianne Robichaud
Josianne Robichaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *