Je ne me rappelais plus qu’on s’aimait

man kiss woman on forehead

Quand la routine étouffe, qu’elle serre ses griffes autour de nos cous de parents épuisés. Quand la vie nous ramène jour après jour ses petits irritants, qu’elle fait grincer ses ongles sur nos tableaux quotidiens. L’amour se perd.

Lorsque, la mi-trentaine bien entamée, il faut encore demander la permission pour aller prendre un verre avec un(e) ami(e). Lorsqu’on calcule sans le vouloir le moment où ce sera à notre tour d’avoir une pause. Lorsque l’empathie envers les besoins de l’autre devient de plus en plus ardue et que la guerre de tirage de couverture est entamée. L’amour se perd.

Tandis que nos regards ne se tournent plus l’un vers l’autre, trop occupés qu’ils sont à surveiller la marmaille. Tandis que nos bras bercent les enfants et nos bouches embrassent les petits bobos. Tandis que nos têtes se sont vidées de l’autre, pour laisser entrer les inquiétudes, les obligations, les interminables listes de tâches. L’amour se perd.

Comme la magie des débuts est maintenant bien loin derrière. Que l’excitation des inconnus n’est plus qu’un vague souvenir. Comme on se déçoit plus souvent qu’on se surprend. Que notre sac à compromis est vidé et troué. L’amour se perd.

Puis on se dit qu’il faudrait conserver un peu de tous ces efforts pour notre couple. On se rappelle qu’avant d’être parents, nous étions amoureux. Il faudrait bien mettre un peu de bois dans ce feu qui ne brûle plus aussi fort que l’on souhaiterait.

On organise, on réserve quatre ou cinq adultes pour remplacer ce qu’on fait à deux. On va porter tout ce beau monde chez les grands-parents avec des bagages pour six mois. On fait des câlins et on espère…

Tout est en place, mais est-ce que le couple y sera? Tout le temps passé à être des parents a-t-il fait rouiller les amoureux?

Et si on ne savait plus quoi se dire? Et si on faisait juste parler des enfants? Et si une fois le chaos du quotidien effacé, il ne restait plus rien?

Puis le tourbillon s’éloigne et le calme prend la place. Doucement l’eau brouillée s’éclaircit et tout au fond se révèlent les trésors qu’on ne voyait plus. On se regarde dans les yeux et on revoit l’humain qu’on était, il y a longtemps, avant que l’on devienne papa et maman.

Une bulle dans cette période si intense de parents de jeunes enfants. Une brèche, précieuse, menue, dans l’effort constant qu’est devenu notre quotidien.

Je ne me rappelais plus qu’on s’aimait. Trop affairés que nous étions dans nos rôles parallèles. Ensevelis chacun dans nos univers. Promets-moi que nous y retournerons bientôt, dans ce lieu où je nous retrouve. Dans cet endroit où je me rappelle pourquoi nous faisons tout cela, pourquoi c’est toi le papa de mes enfants.

Promets-moi que tu m’y emmèneras souvent, car je ne veux plus être seulement la mère de tes enfants.

Marianne Chassé
MARIANNE CHASSÉ

6 thoughts on “Je ne me rappelais plus qu’on s’aimait

  1. Martin Répondre

    Wow superbe, touchant .. moi qui viens de me divorcer pour les raisons énuméré dans cet article. Bravo et merci

  2. Andréane Répondre

    Que c’est beau et tellement vrai!

  3. Bertrand Répondre

    J’ai 56 ans. Nous fêterons en septembre nos 25 ans de mariage.
    Les enfants sont grands, ils sont partis l’an dernier.
    J’ai pleuré de bonheur en te lisant…Tout ça est tellement vrai.

    Je te souhaite de voir toujours au fond des yeux de ton chum, cette étincelle qui nous rappelle que l’on est aimé.

  4. Julie Répondre

    Wow
    Touchant et réel .
    Merci d’avoir mis des mots sur un quotidien trop vrai et surtout de m’avoir fait prendre conscience qu’avant nous étions deux et que ce deux doit continuer de vivre si nous voulons demeurer 4 et heureux !!!

  5. Clau Répondre

    J’ai une grosse boule dans la gorge….. trop touchant . tu décris trop bien la réalité ou parfois certains pensent que ca serait plus facile de recommencer ailleurs….

  6. Mélanie-Rose Cantin Répondre

    C’est un grand texte! Merci de cette vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *