Ton deuil du dernier bébé

wooman kiss newborn

Tu te l’étais juré au moment même où ton petit dernier  franchissait le cap de la lumière pour atterrir sur ton ventre et mettre fin à cet accouchement qui n’en finissait plus de finir. C’était terminé pour toi, plus jamais tu n’aurais la force ou la folie de vouloir mettre au monde un autre bébé, aussi beau cela puisse-t-il être. Ton idéal d’avoir trois ou même quatre enfants venait de s’envoler pour de bon avec ton dernier cri de désespoir. Et la liste des raisons du pourquoi ne faisait que commencer.

Il faut dire que tu ne te l’as pas donné facile avec tes deux bébés rapprochés. Chaque nuit blanche, chaque crise de larmes de ton bébé ou de bacon de ta plus vieille et chaque moment où tu ne savais plus où donner de la tête te confirmaient que tu prenais la bonne décision d’arrêter la famille là. Les plus optimistes te disaient qu’avec le temps, tu oublierais cette période plus intense et que l’envie d’agrandir la famille reviendrait.  Tu te disais qu’ils n’avaient aucune idée de ta conviction.

Mais pourtant, même si ta tête sait que tu n’auras pas d’autre enfant, ton cœur, lui, souffre de cette décision. Tu as beau trouver ça dur la maternité et avoir hâte parfois que tes enfants grandissent, il reste que chaque nouvelle étape franchie avec ton dernier bébé t’arrache un pincement ou encore une larme, parce que tu te dis que tu ne vivras plus jamais ça. Sentir les petits coups dans ton ventre, attendre avec fébrilité ton échographie pour connaître le sexe, croiser pour la première fois le regard de ton bébé, le tenir au creux de tes bras endormi et repu après un boire sont tous des moments que tu ne vivras plus. Et ça te fait mal d’y penser. Ranger les vêtements désormais trop petits te rend nostalgique et te départir d’un porte-bébé ou d’une petite balançoire te demande tout ton petit change. Tu as l’impression d’y laisser une partie de tes bébés à chaque fois.

Puis, tu te raisonnes et tu te tournes vers les belles étapes qui sont à venir avec tes deux enfants. Parce que la maternité ne s’arrête pas à changer des couches et à endormir un bébé! Tu acceptes et apprivoises chaque petit deuil qui vient avec la décision de ne plus avoir d’autre enfant et tu mises sur ces deux petits êtres pleins de vie qui font ton quotidien plutôt que sur ton rêve envolé d’un troisième en devenir. Ce sont ces deux-là qui sont à la fois ton moment présent et ton avenir; donne-leur le meilleur de toi-même et chéris chaque instant avec eux. Bientôt, ils seront grands et aujourd’hui ne sera plus qu’un doux souvenir.

 

Anne-Marie Proulx
ANNE-MARIE PROULX

7 thoughts on “Ton deuil du dernier bébé

  1. Carole Répondre

    Meme a 63 ans , le fait de ne plus pouvoir mettre au monde un autre enfant est un grand vide dans ma vie….

  2. Nathalie T Répondre

    merci pour ce magnifique texte… qui fait verser des larmes sur mes joues et dans mon coeur… ayant termine ma derniere grossesse, en 2016, sur une fausse-couche (bb dcd a 8 SA et curetage), ce deuil est encore plus difficile a passer au travers :'(

    heureusement que j’ai 2 belles poulettes en sante de 4 1/2 ans et 8 ans qui me donnent toute la joie de vivre 💖

  3. Karine G Répondre

    J’ai trois magnifique enfants en santé et bientôt la quarantaine. ..y a pas une journée qui passe sans que j aie une pensée pour la bedaine que je n’aurai plus jamais 😐 mais je m’encourage en me disant qu’un jour…je b ercerai mes futurs petits enfants

  4. Amélie Répondre

    Wow, les mots me manquent pour dire à quel point mon coeur devient gros chaque fois que je donne mes choses de bébé. Déjà deux ans depuis ma dernière grossesse et incapable de me faire a l’idée que je n’aurais pas d’autre enfant. Mais je suis déjà très chanceuse d’avoir mon petit coco et ma petite cocotte. Merci pour ce magnifique texte qui m’a fait verser des larmes.

  5. Gaulin Isabelle Répondre

    La maman parfaite, c’est celle qui traverse les étapes de sa vie en ayant conscience que chaque tranche de vie, c’est un petit deuilà passer. Que le destin, nous a drôlement bien gâté. Merci la vie pour toutes ces belles expériences, je me sens choyée d’avoir pu les vivre. ☺️

  6. Benoît Répondre

    Très joli texte, je regrette juste l’absence complète du papa. Je pense que toute grossesse devrait se vivre à trois (bébé, maman et papa) et que la décision (delibérée ou non) d’agrandir ou non la famille affecte la maman comme le papa.

  7. Aline Répondre

    Ce texte est magnifique et décrit tellement ce que je ressens pour le moment que j’en pleure…
    Le truc c’est que moi je VEUX un troisième petit loulou, c’est mon mari qui ne veut pas et ne semble pas comprendre la douleur que ça représente pour moi. Je comprends ses raisons mais « le cœur à ses raisons que la raison ignore… » J’ai conscience d’avoir beaucoup de chance d’avoir deux magnifiques garçons en pleine santé mais… je ressens un manque et ne suis pas prête à faire ce deuil…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *