Ode à mon homme

man take care of woman

Aujourd’hui, j’ai envie de t’écrire à toi, mon homme, le mien. Parce que je vous aime donc ben, toi et toutes les petites choses que tu fais pour me rendre heureuse.

Toi, qui me dis quotidiennement que tu me trouves belle. Ce n’est pas rien, après onze ans de vie commune, que tu me trouves encore jolie. Surtout quand tu me dis que tu me trouves belle, avec des étoiles dans les yeux, alors que je porte un kit de mou, que j’ai une motte sur la tête, une haleine de cheval et les cernes qui descendent plus bas que mes seins mous qui viennent de se faire vider de leur lait par notre progéniture. Parce que je sais que ces « tu es belle » là sont en réalité des  » j’te trouve belle même quand tu te sens laide ». Et c’est rassurant de savoir que tu me trouves attirante même quand je ne fais aucun effort pour l’être.

Toi, qui me sers toujours mon repas en premier le soir. Parce que tu sais que j’ai mangé froid toute la journée avec la p’tite et que tu trouves que c’est à mon tour de manger chaud. Ce n’est  pas juste chaud dans mon bedon quand tu fais ça, c’est chaud dans mon cœur aussi.

Toi, qui m’achètes une bouteille de vin un mardi soir ou du chocolat à l’épicerie. Parce que tu sais que j’ai eu une journée difficile et que j’ai besoin de décompresser. Je n’ai pas eu besoin de te le dire. Tu le sais, c’est tout, car tu connais tout de moi.

Toi, qui me fais rire à en pleurer et qui ne se gênes pas pour se ridiculiser juste pour me voir sourire. Tu n’as rien à envier à Louis-José Houde mon amour, je suis ta plus grande admiratrice.

Toi, qui ne dis pas un mot quand je t’envoie 14 000 photos par jour du bébé, même si c’est évident que je te dérange au travail. Mais tu sais très bien que je me sens seule à la maison et ça te fait plaisir de me tenir compagnie à distance.

Toi, qui se stationnes de reculons pour que je sois plus près de la porte, qui déneiges ma voiture, qui viens me chercher quand je sors avec mes amies de filles pour être certain que je rentre en sécurité. J’aime sentir que tu me protèges.

Toi, qui s’inquiètes encore de savoir si je te trouve beau. Pas besoin d’avoir les muscles de The Rock, le swag de Zac Efron ou le sex-appeal de Christian Grey pour m’attirer, mon cœur. J’ai choisi de donner ta face à nos p’tits, ça te donne une idée de ton degré de beauté à mes yeux.

Toi, qui vides la poubelle, laves les toilettes et mon bain, sors faire l’épicerie, parce que tu sais que je déteste le faire. Ce n’est pas que tu aimes particulièrement ces tâches, juste que tu veux alléger mon quotidien, tout simplement.

Toi, qui me regardes encore les fesses quand je monte l’escalier devant toi. Ça fait tellement de bien de se sentir encore désirée. Nos câlins nocturnes ont peut-être perdu de leur spontanéité d’antan, mais le fait que tu aies encore autant envie de moi malgré le moniteur de bébé sur la table de nuit en dit long sur la force du lien physique qui nous unit.

Toi, qui me dis que je suis une bonne maman. Parce que je doute tellement de moi parfois. Mais savoir que tu me trouves à la hauteur, ça m’apaise énormément.

Toi, qui aimes notre fille encore plus fort que tu peux m’aimer moi. Quand je vous surprends à valser dans le salon, à lui dire comme tu la trouves belle ou à juste la coller parce qu’elle t’a manqué durant la journée, mon cœur fond.

Même si dans la lourdeur du quotidien, mes reproches trop fréquents peuvent peser lourd sur tes épaules, sache que toutes ces petites choses positives que tu fais pour moi, je les remarque encore mon amour. Et ce sont elles qui me viennent en tête quand je pense à toi, et non le négatif qui sort trop facilement de ma bouche.

Je t’aime mon p’tit mari juste à moi, le centre de mon univers.

 

Phanie
PHANIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *