Ton nouveau-né et les 4 grandes questions des bonnes femmes au centre d’achats

old woman funny face

C’était par une journée pluvieuse, t’sais une vraie journée de marde. Bébé pleurait sa vie, ta jauge de sommeil était aussi vide que la bouteille de vin sur le comptoir et ton besoin d’interaction sociale te donnait envie d’ouvrir le bottin téléphonique et d’appeler quelqu’un au hasard, juste pour jaser. C’est là que t’as eu l’idée du siècle, du moins tu pensais, de sortir de ta prison et de te rendre au centre commercial. Depuis plusieurs mois post-accouchement, tu demeurais à la maison sagement en tentant de ne pas ébranler la sacro-sainte routine de bébé et de respecter ses besoins. Mais là, des besoins, toi aussi tu en avais et c’était aujourd’hui que ça se passait. Out, la garde-robe trop petite. Tu magasinerais jusqu’à tomber d’épuisement en posant des questions à toutes les vendeuses que tu croiserais juste pour entendre une voix adulte te répondre. Mais y’a une chose à laquelle tu n’étais pas préparée; les questions auxquelles tu ferais face et qui te feraient perdre foi dans le raisonnement logique de l’être humain.

#1  C’est-tu une p’tite fille?

En te promenant tout bonnement entre les rayons d’un magasin, une personne s’est approchée de toi et semblant ne pas avoir regardé ton bébé, elle s’est lancée et t’a demandé, c’est-tu une p’tite fille? En fait, non madame, ce n’est pas une petite fille, mais t’sais, comme je rêvais d’en avoir une, ben j’ai décidé d’habiller mon garçon en robe rose fleurie. Pis comme ce n’était pas assez féminin à mon goût, je lui ai mis des couettes dans les cheveux et des boucles d’oreilles. Pas mal réussi hein le résultat?

#2  Allaites-tu ?

C’est en t’assoyant sur un banc en plein centre commercial, jonglant avec bébé, le thermos rempli d’eau chaude, le biberon et la poudre de lait maternisé, qu’une dame s’est approchée et t’a demandé LA question. Allaites-tu? Bien oui, j’allaite, c’est assez évident non? J’avais juste le goût d’une petite soupe Lipton avant d’allaiter, t’sais, question de pas avoir faim moi non plus. Désolée de vous décevoir.

#3  Est-ce que c’est vraiment le tien?

En payant à la caisse de ton magasin préféré, la caissière, visiblement beaucoup plus jeune que toi, t’a dévisagée longuement avant de te demander, est-ce que c’est vraiment le tien? Non, non ce n’est pas le mien, je l’ai emprunté, je pensais le ramener bientôt. Je suis trop jeune pour avoir des enfants à ce qui paraît donc j’utilise ceux des autres. Non mais?

#4  Est-ce que je peux y toucher?

Alors que tu observais attentivement un objet qui t’intéressait une petite bonne femme s’est penchée tout près de ton bébé et t’a demandé est-ce que je peux y toucher? Non madame, vous ne pouvez pas lui toucher. Ce n’est pas des draps égyptiens de chez Linen Chest que l’on tâte pour connaître son niveau de douceur. Ses joues ne servent pas à être pincées et tes lèvres trop maquillées, réserve-les pour tes petits enfants, les miens repasseront s’il vous plaît.

Ça fait que après des heures de magasinage, les bras pleins de sacs et ta jauge d’énergie dans le négatif, t’es retournée chez vous, avec soulagement. T’as regardé ton bébé et tu t’es dit qu’après tout, t’étais donc bien à la maison.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *